En ce moment

    24 / 04 / 2014

    Thé aromatisé, billes de tapioca et nanars chinois

    A Belleville, le bubble tea des « vrais Chinois »

    Par Inès Belgacem

    Le « Zen Bubble tea » est le hot spot des jeunes Chinois de Paris et de banlieue. C'est dans ce café du 11e que les jeunes de la communauté se retrouvent pour siroter la boisson au tapioca, « mais aussi parce qu'on est entre Chinois. »

    Belleville, Paris 11e – Le « Zen Bubble Tea », et sa devanture noire et violette, est comme tous les dimanches après-midi plein à craquer. Une quarantaine de jeunes Chinois, entre 17 et 25 ans, venus de Paname et de la banlieue, y sont attablés. Un « Super star bubble tea » aux pâtes de fruits multicolores pour l’un, un Bubble tea goût melon aux perles de tapioca pour un autre… Il y en a pour tous les goûts et les couleurs.

    Nous sommes au fond de la rue Louis Bonnet, à quelques pas du boulevard de Belleville. Skiy, la vingtaine, est venu avec sa bande de potes du 93, pour consommer « la boisson traditionnelle de Taïwan » : un thé, chaud ou froid, au goût à définir, mélangé à des perles de tapioca. C’est bourratif et ça coûte 5 euros. Alors, on passe son dimanche après-midi en groupe sur des chaises noires en simili cuir, entre les murs mauves du bar et son ambiance lounge cheap.

    Chinese Pride Autour d’une table en bois laqué noir, Thomas, un grand gaillard niçois en vacances à Paris refait le monde avec Mika et Stéphane. Les deux frères, d’origine chinoise, sont nés en France. Ils ne sont pas tendres sur les groupes de jeunes chinois venus en nombre cet après-midi :

    « Eux ils ne veulent pas se mélanger. Ce sont des vrais Chinois qui viennent de Chine et ils n’ont aucune envie de s’intégrer. Je ne suis même pas sûr qu’ils parlent français… »

    C’est vrai que la première fois que StreetPress se pointe dans le bar, la plupart des clients nous ont envoyé balader, en expliquant ne pas parler français, et replongeant immédiatement le nez dans leur gobelet. Mais une semaine plus tard, on repasse accompagné de Zé, notre traducteur pour l’après midi. Et là, les jeunes Chinois sont beaucoup plus cools avec nous. Et surprise, ils parlent tous français couramment.

    Zen « J’adooore le bubble tea », nous lâche d’emblée Aurélie, qui attend à l’extérieur. « Mais jamais de la vie je rentre là dedans ! », lance la grande brune l’air outré. La Bretonne a préféré laisser son copain commander pour elle. Explication : « À chaque fois que je viens ici, je me fais dévisager. Tous ces regards suspicieux, ça m’intimide… » Selon elle, « les Français ne sont pas les bienvenus ! » Pour les deux tourtereaux, ça sera à emporter.

    Françoise, une brunette élancée de 25 ans, a ouvert le « Zen Bubble Tea » en 2009. Elle aimerait bien ouvrir son « salon de thé » à « une clientèle plus européenne ». Explication de l’engouement de la communauté chinoise pour son spot :

    « Le Bubble Tea est une boisson très populaire en Chine, davantage au goût des asiatiques »


    font color=grey>Zé, notre fixeur de choc dans la communauté du bubble tea


    font color=grey>Françoise, gérante du « Zen Bubble Tea »

    Party less Pourquoi ce rendez-vous du dimanche ? Skiy, avec ses cheveux rouges, son visage fin et ses yeux noisette, a sa petite idée. Il parle comme une mitraillette :

    « Tous les Chinois, à 18 ans, ils commencent à travailler. C’est comme ça ! Ça sert à rien de continuer les études. Dès qu’il y a du travail, on est là ! »

    Skiy bosse dans un resto chinois, en Seine-Saint-Denis. Et d’ajouter :

    « On travaille tout le temps ! On vient ici une fois par semaine, le week-end. Sur notre jour off. On n’a pas les mêmes vies que les autres Français. On se retrouve pour un bubble tea, parce que si on faisait la fête jusqu’à pas d’heure, on serait mort le lundi. »


    font color=grey>Puisqu’on vous dit que c’est du thé !

    Catherine, assise quelques tables plus loin juste devant un mur recouvert de stickers, acquiesce :

    « On préfère venir ici que dans d’autres cafés. C’est notre lieu de rendez-vous, on a plus de sujets de discussions entre nous. »

    Et Catherine de confesser sa passion pour les nanars chinois. « Mais on vient aussi pour le bubble tea ». Of course !

    Zen Bubble Tea,
    13 rue Louis Bonnet 75011 Paris,
    Métro Belleville

    Verre de thé à partir de 4,50 euros.


    Map – Le Zen Bubble Tea, c’est par ici !

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER