En ce moment

    28 / 10 / 2014

    La municipalité interdit la marche des zombies

    Lille, ville interdite aux zombies

    Par Maëlle Lafond

    Chaque week-end d’Halloween, des fans de la culture zombie défilent déguisés dans les rues de Lille. Mais cette année la Mairie, pour ne pas troubler « une fête catholique » interdit l’événement. Sur StreetPress, l’organisateur raconte ses déboires.

    Dégradante pour l’image de la ville, créatrice de troubles à l’ordre public, … Dur, dur d’être un zombie cette année à Lille : la Mairie de la ville vient d’annuler la Zombie Walk qui devait avoir lieu samedi 1er novembre. Les morts-vivants du dimanche seront donc cantonnés à se traîner d’un stand à un autre dans le périmètre de la gare Saint-Sauveur, malgré le succès des éditions précédentes : 5.000 participants défilaient dans les rues de la ville, en 2013.

    Patrick James Smead, 40 ans, ingénieur en telecom’ et sécurité dans le civil, est le responsable communication de l’association. Joint par téléphone, il revient pour Streetpress sur les détails de l’affaire.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/zombie-nid.jpg

    2 Lillois à la Zombie Walk 2012 / Crédits : Flickr CC

    C’est quoi une zombie walk ?

    C’est juste un moment ludique autour de la culture zombique qui va de la littérature à la tv en passant par les jeux vidéos et le ciné : on permet à des gens de se rassemblement pour discuter, échanger, se reconnaître en tant que communauté.

    Le phénomène est né aux US, berceau de la culture, en 2005. Ça existe en France depuis 2008 et il s’en organise dans pas mal de ville en France. La communauté commence à prendre du poids ! (La page Facebook de la Zombie Walk 2014 de Lille compte un peu plus de 6.000 « j’aime », ndlr).

    Pourquoi la Mairie a-t-elle interdit la marche ?

    «il ne faut pas entraver l'accès aux lieux de culte» Patrick James Smead

    D’après elle, c’est lié au fait que 1e novembre est une fête catholique : il ne faut pas entraver l’accès aux lieux de culte. Et puis vu que c’est un jour férié, il y a moins de main d’œuvre pour encadrer la marche, surtout qu’il y a un match le lendemain.

    On a essayé de décaler la marche au week-end suivant en maintenant juste le rassemblement à Saint-Sauveur le 1e, mais on a reçu une fin de non-recevoir quand même. Si ça ce n’est pas la preuve qu’ils ont un problème avec l’événement en lui-même…

    Rien à voir avec les attaques de clowns recensées ces derniers jours dans le Nord de la France ?

    On peut le supposer, nous aussi on a fait cette association d’idée quand on nous a parlé de troubles à l’ordre public, de violences etc. On reconnaît que les zombies peuvent aussi avoir ce côté effrayant mais de notre côté on a toujours dit aux participants de ne pas faire peur aux enfants, de s’amuser entre eux tout en se comportant avec respect vis-à-vis des passants.

    Et du coup la marche tombe à l’eau ?

    On n’est toujours pas fixés, on n’a pas de nouvelle de la Mairie donc on a annulé la marche. On ne veut pas être dans l’illégalité, on est une association culturelle, ce n’est pas un combat politique. La marche était le sommet de notre événement mais on maintient quand même le reste des activités.

    On aurait pu tout annuler mais on pense qu’on se doit d’être présents, ne serait-ce que pour que les années suivantes puissent exister. Donc on se rassemblera samedi devant la gare Saint-Sauveur : il y aura des stands de maquillage, de vente d’accessoires zombiesques, des expos et des concerts gratuits. Après ça, on avisera pour 2015.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER