En ce moment

    17 / 04 / 2015

    Le clash Marine vs. Jean-Marie

    Le pire de la presse d’extrême droite, spécial crise au FN

    Par Tomas Statius

    Jean-Marie Le Pen « congédié comme un laquais » selon Rivarol, Philippot à la manœuvre pour virer le patriarche, selon Minute… Cette semaine toute la presse nationaliste y va de son analyse sur la crise au FN.

    «Marine Le Pen c’est Yad Vashem et la Gay Pride, le Crif et la cage aux folles» Rivarol

    C’est l’hebdo pétainiste Rivarol qui avait publié la semaine dernière l’interview de Jean-Marie Le Pen à l’origine du clash avec sa fille. Une semaine et une méchante crise politico-familiale plus tard, le journal s’égosille en manchette :

    « Le fondateur du FN congédié comme un laquais »

    Pour Rivarol, l’axe judéo-gay se paye Jean-Marie Le Pen

    Dans l’édito qui prend fait et cause pour Le Pen père, le réd’ chef de Rivarol revient sur les liens supposés de Marine Le Pen avec les milieux gays et juifs :

    « Marine Le Pen c’est Yad Vashem [le mémorial de la shoah à Jérusalem, ndlr] et la Gay Pride, le Crif et la cage aux folles, le Sentier et Gay Lib. »

    Et de poursuivre sa diatribe anti-Marine :

    « Elle a troqué la flamme tricolore du Front contre celle, sinistre, de Yad Vashem. Avec son concubin Aliot le falot, muni d’une kippa, ils pourront réciter la vulgate et se laisser aller aux pleurnicheries indispensables dans l’espoir d’être enfin reconnu à part entière par ce système qui nous opprime et nous détruit. »

    Pour Minute, c’est un coup de Philippot

    (img) Minute voit des « philippotistes » partoutminute-philippot.png

    Pour Minute, « Le Pen [a été] cloué au pilori pour des banalités » et c’est forcément un coup de Florian Philippot. L’occasion était « trop belle » pour le numéro 2 du FN « de se débarasser de Jean-Marie Le Pen ».

    Minute livre les détails de la conspiration : après la sortie de Rivarol en kiosque la semaine passée, Florian Philippot aurait alimenté les médias en déclarations tonitruantes et en bruits de couloirs. Son but ? Que « la pression ne retombe pas », écrit le journal. En Iznogoud du FN, Philippot aurait aussi conseillé à Marine de virer son père. Et de rapporter ces propos du numéro 2 du Front :

    « Si tu le gardes, le Front est plombé, il est planté ! La présidentielle est perdue ! Ta présidentielle est perdue ! »

    Et Minute de voir des disciples de Philippot partout. Le FN tout entier serait cerné par « les Philippotistes », ces « jeunes morveux qui veulent se payer Jean-Marie Le Pen ». Dans cette « team Philippot », l’hebdo identifie un certain Alexandre B. :

    « Quand il ne passe pas à son temps à insulter les patriotes ne lui convenant pas, [il] anime un blog dont l’objet est de mixer des photos de De Gaulle et des citations du rappeur Booba »

    Le dernier fait d’armes de ce « philippotiste » ? Un tweet où il aurait écrit : « Gollnisch, JMLP : on fera une fournée ».

    L’Action Française attend le roi

    Si les catholiques intégristes de Présent se demande comment les journalistes survivront « à la disparition de leur pire cauchemar », les royalistes l’Action Française s’agacent du bordel au FN :

    « Le Front National, en étalant devant les Français une querelle familiale comme un évènement d’importance nationale, qu’a-t-il fait d’autre que de prouver aux yeux de ceux qui en doutaient encore qu’il est un parti comme les autres ? »

    Pour l’AF, « seuls Bruno Gollnisch et Marion Maréchal Le Pen ont su adopter une attitude politique » explique le bi-mensuel monarchiste qui ne manque pas une occasion de vilipender la « perversion partisane » du système républicain.

    Bonus, le courrier des lecteurs de Rivarol

    « 10/10 ! », « Quel bonheur ! », « Superbe Numéro », « Le meilleur éditorial de la carrière de Jérôme Bourbon »… Sur 2 pleines pages, Rivarol publie les courriers de soutien de ses lecteurs.

    Plusieurs lecteurs se disent heureux du buzz de leur hebdo : « Enfin Rivarol est connu ! » s’entousiasme Claudine. « C’est fantastique ! » écrit Dominique toute fière d’avoir vu « la une de [son] hebdomadaire préféré au début du 13h de TF1 ».

    De nombreux courriers des lecteurs viennent également soutenir « Le Menhir », petit nom donné à Jean-Marie Le Pen au FN : « Vive Jean Marie Le Pen », s’égosille Louis, tandis que J-C a trouvé « JMLP droit dans ses bottes !»

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER