En ce moment

    20 / 10 / 2015

    Bernard Cazeneuve confirme nos informations

    Nos révélations sur les migrants déplacés en jet privé font ronchonner le ministre

    Par Tomas Statius

    En conf de presse, c’est un Bernard Cazeneuve grognon qui confirme les infos de StreetPress. Il précise même que l’avion d’Air Sans Pap’ coûte 2 millions d’euros par an à l’Etat. Par contre, pas un mot sur le sort des migrants déplacés.

    Place Beauvau, Paris 8e – Ce mardi 20 octobre à 17h, le ministre de l’Intérieur conviait les journalistes à une conf’ de presse spéciale Calais. Nos informations sur les transports de migrants en avion privé loué par la police, se sont invitées dans le débat. Et ce n’est même pas StreetPress qui a mis le sujet sur la table.

    Cazeneuve pas content

    Interpellé par 2 journalistes britanniques sur Air Sans Pap’, Bernard Cazeneuve a ronchonné :

    « Ce débat comme beaucoup d’autres sur Calais est pleins d’approximations. Chaque année nous dépensons bien 30 millions d’euros pour des reconduites et 2 sont en effet utilisés pour ce Beechcraft. »

    Effectivement, sur la base de l’appel d’offres, StreetPress évoquait un coût d’1,5 million d’euros, sans chiffrer en détails les autres dépenses. Aux temps pour nous.

    L’un des deux journalistes anglais tente son va-tout et interrompt le ministre. Il demande confirmation sur la fréquence de ces vols chaque semaine :

    « Et bien parfois, il y en a 3, parfois 1, parfois 2. S’il y a une escorte, c’est pour assurer la sécurité des migrants. »

    A la tribune, le ministre a aussi fustigé ce journal qui « considérait la semaine dernière qu’on n’éloignait pas assez de gens et qui aujourd’hui trouve qu’on en éloigne trop ». Pas vraiment notre genre. Bernard Cazeneuve a probablement confondu StreetPress avec l’un des nombreux médias qui a repris l’info.

    Les questions insistantes des journalistes d’outre-manche ont eu le don d’irriter le service presse du ministre. A la fin de la conf’, un conseiller sermonne même nos 2 confrères :

    « Ici ça ne fonctionne pas comme ça. Ca ne se fait pas. »

    L’Intérieur fait dans l’humanitaire

    Joint par StreetPress plus tôt dans l’après-midi, le ministère de l’Intérieur avait confirmé l’ensemble des informations publiées la veille dans l’article Air Sans Pap’ : La location de l’avion coûte bien 1,5 million d’euros et les opérations mobilisent 1 ou 2 policiers par sans-papier transféré. Le ministère tente une justification hasardeuse à cet étonnant système :

    « On préfère mobiliser des policiers sur une journée d’avion plutôt que sur 2 jours pour un transfert en train. Ça nous coûte moins cher comme ça. »

    Et tout ça, ce serait surtout pour le bien des migrants, se risque même l’Intérieur :

    « On ne veut pas séparer des familles donc on les déplace ensemble. »

    Pour relire notre enquête, c’est par ici.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress