En ce moment

    24 / 11 / 2015

    Dans la presse nationaliste : « sommes-nous devenus une nation de lopettes ? »

    Les 5 pires solutions de l’extrême-droite contre le terrorisme

    Par Mathieu Molard

    Interdire le Coran, c’est l’idée du quotidien catho intégriste « Présent ». L’hebdo « Rivarol » propose lui de réhabiliter la torture… La presse d’extrême-droite a des tas d’idées contre le terrorisme. Comme dit « Minute » : « Maintenant, ça va chier ! »

    « On vous avait prévenus ! » C’est en substance ce qu’assène toute la presse d’extrême droite cette semaine. Ainsi les royalistes de l’Action Française s’honorent de faire partie de « ces lanceurs d’alertes longtemps ignorés et méprisés ». Rivarol de son côté joue les anciens et assure avoir tiré la sonnette d’alarme… « dès 1958 » en annonçant « la destruction de notre pays et de notre race par l’immigration extra-européenne ».

    Dans cette course à la gloriole, la palme revient à Minute qui s’auto-congratule sur deux pleines pages. L’hebdo frontiste rappelle ainsi avoir, dès décembre 2014, dénoncé « un ennemi intérieur que l’Etat n’ose pas nommer ».

    Bizarrement Minute ne semble pas non plus oser le nommer : dans ce même article, Marc Bertric assure que les Français « veulent que l’on liquide les…, disons les islamistes, et que, comme disait Poutine, on aille les traquer “jusque dans les chiottes“ ». Vas-y Marco lâche toi, dis-le que tu veux fumer tous les muslims !

    Un pays de « couilles molles »

    Si toute la presse d’extrême droite ronge son frein, c’est qu’à ses yeux la réaction des Français manque de « virilité ». « Sommes-nous donc devenus une nation de lopettes ? », s’interroge ainsi Marie Delarue sur le site Boulevard Voltaire. Et de détailler dans cet article repris par Rivarol, sa « honte » :

    « J’ai honte. Honte de vous tous, assemblée de couilles molles qui avez aujourd’hui mis Paris en état de mort clinique. »

    Dans le même registre Minute ironise sur le pianiste du Bataclan dont StreetPress a dressé le portrait  :

    « Un vélo… un piano… du John Lennon… et si ça manquait un peu de virilité ? »

    « Ce qu’on imagine, là pour le moment, tient plutôt du dialogue à la Sylvester Stallone dans Rambo », précise Minute :

    « Je te ferai une guerre comme t’en as jamais vue… Fils de pute… Maintenant, ça va chier. »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/picmonkey_collage_3.jpg

    Florilège des Unes nationalistes / Crédits : SP

    Des solutions bien « viriles »

    Si on applique le programme que déroule la presse d’extrême droite… « ça va chier » :

    1Ressortir la bonne vieille gégène

    Cet instrument de torture DIY, employé par l’armée française pendant la guerre d’Algérie, serait pour Rivarol, l’outil parfait pour faire parler « par tous les moyens » les terroristes que l’Etat a « sous la main » :

    « Le technicien qui a le plus efficacement utilisé ces méthodes s’appelait Aussaresses. La seule façon, certes moralement plus que discutable, de faire se délier les langues c’est la “gégène”. »

    2S’acheter un gun

    Rivarol toujours, fait ce constat : « Donald Trump (…) ne put s’empêcher de dire que s’il y avait eu des gens armés au Bataclan l’affaire eût pris une toute autre tournure. (…) Et pourtant il est évident que Trump parlait de bon sens. »

    3Pratiquer l’auto-défense

    Minute nous fait un petit cours de socio-politique. « Les citoyens ne renoncent à la liberté [d’user de la violence] qu’à la seule condition que l’Etat assure leur protection. Si l’Etat faillit à assurer cette protection, ils sont en droit de reprendre leur délégation de pouvoir… » CQFD.

    4Se préparer à la « guerre urbaine en zone métropolitaine »

    C’est ce que recommande l’Action Française, qui compte dans ses réseaux des gradés de l’armée :

    « Interdire l’islamisme, donc le Coran ? »

    img_3915.jpg
    « Jusqu’à présent, par peur du qu’en-dira-t-on, aucun scénario n’a été envisagé, et l’entrainement des forces armées françaises en milieu urbain est le parent pauvre de notre formation. »

    5Interdire le Coran


    L’idée est de Présent qui assure que « le lien existe entre l’islam et l’islamisme, c’est le Coran » donc il faut « en bonne logique, agir à la source (…) et donc l’interdire ».

    Course au buzz post-attentat

    Le buzz politique de la semaine est pour Présent qui décroche « l’interview exclusive de Marion Maréchal-Le Pen ». A ses copains catho-faf elle lâche la punchline qui leur fait plaiz :

    « Si des Français peuvent être musulmans et exercer leur foi, il faut qu’ils acceptent de le faire sur une terre qui est culturellement chrétienne. Ca implique qu’ils ne peuvent pas avoir le même rang que la religion catholique. »

    Minute aussi devait avoir son Le Pen en exclu (Jean-Marie). Sauf qu’à cause d’une perquis’ à son domicile, le padre leur a posé un lapin.

    Le buzz sur les réseaux sociaux, de la semaine est pour Jérôme Bourbon. Depuis qu’il a découvert twitter, le red chef de Rivarol s’en donne à cœur joie. Jolie succès pour ces deux piaillements retweetés respectivement 562 fois et 335 fois :



    Comme toujours après ce genre d’événements, sur le net, c’est la course au buzz conspi. Cette fois, la palme revient à wikistrike qui publie en une « BREAKING NEWS – La preuve que les attentats de Paris sont un false-flag » . Le site internet pointe des « faits accablants » :

    - L’Etat avait rétabli les frontières (dans le cadre de la Cop21)

    - La veille des attentats le ministère de l’intérieur « publiait un rapport selon lequel le terrorisme était devenu la seconde préoccupation des Français après le chômage…» 

    - « Un exercice simulant des attentats a été conduit le matin même de l’attaque par les services d’urgence hospitaliers. »

    Des faits « accablants » pour wikistrike…

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress