En ce moment

    31/03/2016

    « CRS, bisous sur vos fesses ! »

    A Lille, la Police (s’)éclate

    Par Julien Pitinome

    Ce jeudi, près de 20.000 manifestants ont défilé contre la loi El Khomri. Si l’essentiel de la manif s’est déroulée dans la bonne humeur, elle a aussi donné lieu à des échanges de coups. Les policiers n’y allant pas avec le dos de la matraque.

    Lille – Ce jeudi c’est le grand jour – à défaut du grand soir – dans le Nord. Comme partout en France, étudiants, lycéens, syndicalistes et salariés défilaient vent debout contre la loi El Khomri. Les banderoles rivalisent d’ironie :

    « Le patronat désire plus notre fric que Gollum ne désire l’anneau. Soyons des milliers de Frodon. »

    Ou :

    « CRS, bisous sur vos fesses ! »

    Le rencard officiel était donné à 14h30, Boulevard Louis XIV, mais dès 8h30, une manif sauvage démarrait dans le centre de Lille. Au total, ce sont près de 20.000 personnes qui ont battu le pavé ce 31 mars. Si une bonne partie de la journée s’est passée dans la bonne humeur, comme ailleurs en France, les violences seront nombreuses et certains policiers ont eu la main lourde. Récit en images.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi2768.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    8 heures du mat’, début de la manif sauvage. Au niveau du Conseil Régional, les policiers interviennent pour virer les militants, syndicalistes et étudiants présents.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi2808.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Les manifestants décident de marcher vers la mairie de Lille. Les forces de l’ordre les suivent de près. Dans une petite rue étroite qui donne sur la mairie, les militants sentent le traquenard. Pour éviter de se retrouver coincés là, ils se mettent à courir. 2 manifestants se font attraper. Les policiers les encerclent. Les coups pleuvent.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi2848.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    14h30, la manif officielle part de porte de Paris.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi2872.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    La France d’en bas remonte le boulevard Louis XIV en direction du conseil régional des Hauts de France.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi2908.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Boulevard Louis XIV, les manifestants en nombre osent des slogans décalés.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi2940.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Boulevard du président Hoover, la CGT, fortement représentée, donne de la voix.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi2994.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Au niveau du siège du conseil départemental, une grande colonne de fumée s’échappe du cortège : les pompiers en grève du SDIS 59 brûlent des pneus.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3025.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    La police est installée tout le long de la gare Lille Flandres. Les manifestants longent les camions de CRS.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3045.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Les militants antifascistes, fumigènes au poing, participent à la manifestation. Quelques slogans anti police fusent.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3091.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Rue Faidherbe, la boutique Apple est maculée de peinture.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3093.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Les étudiants des facultés lilloises sont nombreux à rejoindre la manif’.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3144.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Place de la République, la manif se termine sous le regard des policiers. Des barrières bloquent la circulation.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3149.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Face au dispositif policier, les étudiants répondent par des slogans humoristiques.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3163.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Un homme en fauteuil roulant décide de faire un sitting. Il restera sur place un bon bout de temps. Quelques instants après la police charge.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3203.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Certains ont le smile en toutes circonstances.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3246.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Malgré les injonctions des policiers, certains étudiants décident de rester sur place. Ils ne tiendront pas bien longtemps.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3259.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    La tension monte. Des canettes et autres projectiles volent en direction de la police qui décide d’évacuer la place. Les hommes en bleu chargent. Echange de coups et lacrymo.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3266.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Un homme tombe au sol et n’arrive pas à se relever. Il sera aidé par des étudiants.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/_jpi3292.jpg

    / Crédits : Julien Pitinome

    Ultime charge de la police sur les derniers manifestants. Un étudiant est blessé à la tête par un coup de matraque. Les pompiers arriveront quelques minutes plus tard. 18 heures, la manif se termine.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER