En ce moment

    04 / 04 / 2016

    De la house, du disco et des licornes

    Le Camion Bazar balance ses mixs du Weather jusqu'en Pologne

    Par Paloma Laratte

    Romain et Benedetta ont monté le Camion Bazar. Un camtar transformé en scène que le couple balade pour mixer à Paris, mais aussi aux 4 coins de l’Europe.

    Vincennes (92) - Il est 3h du matin au Weather Festival 2015. Le Camion Bazar est posé entre deux scènes. Une petite foule se dandine sur les mixs du DJ, Romain Play. A côté de lui, Benedetta déguisée en licorne, danse. Accrochée à l’auvent, une boule disco scintille et un arc-en-ciel en bois est fixé sur un côté du camion.

    Romain et Benedetta sont des figures de la nuit parisienne. Chaque week-end, ils baladent leur camtar dans les hot-spots de la capitale, comme le Cabaret Sauvage ou le 6B. On les retrouve aussi dans des festoches ou des concerts aux 4 coins de la France.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/img_7775.jpg

    Bière, döner et bon humeur au Weather Festival 2015 / Crédits : Luc de Lagontrie

    Les boss

    StreetPress retrouve Benedetta en terrasse d’un café de la Rue des Petites-Écuries. Lunettes de soleil et reste de paillettes du week-end sur le nez, la trentenaire semble sortir de soirée. Avec son mari, Romain Play, 43 ans, ils habitent dans une maison de campagne à 2 heures de Paris. Pas d’alliance au doigt pour ce couple, mais des tatouages. Un cœur pour elle, un éclair sur la première phalange de l’annulaire gauche pour lui. Les deux fêtards se sont rencontrés il y a 6 ans. En soirée, bien sûr :

    « On s’est très bien entendu, on avait un peu la même vision de la fête. »

    L’idée du Camion Bazar émerge suite à la lecture d’un article sur un couple qui baladait son shop dans une camionnette. C’était il y a 2 ans et demi. Depuis, les rôles sont bien répartis : l’ancienne étudiante en hôtellerie de luxe s’occupe de la scénographie, des bookings, et autres négociations ; tandis que le maroquinier de profession, s’occupe du son.

    Si aujourd’hui ils vivent grâce au Camion bazar, les 2 loustics n’en ont pas oublié leurs marottes. Benedetta travaille en tant que décoratrice pour plusieurs soirées à Paris et s’occupe de sa marque de fringues And the Konfettis. Romain, lui, est aussi DJ.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/denismeyer_2016-03-4525.jpg

    Benedetta se déguise en licorne. Des fois. / Crédits : Denis Meyer

    Le concept

    Au volant de leur Renaud Master, le couple se balade de teuf en teuf. Plus qu’un simple camtar, le Camion Bazar est une scène à part entière avec ses décors. En plus de l’arc-en-ciel et de la boule à facettes, le couple accroche des casseroles, des fleurs en plastique ou des livres sur son véhicule. Pour Benedetta, le décor contribue à amener le public dans leur monde. Devant le Camion Bazar, pas de grandes barrières de sécurité, l’équipe se veut proche de son public et fait la fête avec.

    Pour eux, le week-end commence le jeudi avec la préparation et le chargement du camion. Il se termine le lundi avec le retour à la casbah. La bande tourne dans plusieurs villes de France et s’exporte même dans toute l’Europe. Résultat ? Le camtar a pas mal de kilomètres au compteur :

    « La Pologne, c’est le plus loin qu’on ait fait. On a aussi été en Allemagne, en Suisse et en Belgique. »

    Côté son, Romain joue la carte de l’éclectisme. Dans la même soirée, il passe avec aisance de la house à la variété. Benedetta explique :

    « On attend de nous quelque chose de varié. Si c’est pour jouer la même chose que les groupes sur scène, ça n’a plus trop d’intérêt. »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/img_7445.jpg

    Confettis et licornes / Crédits : Luc de Lagontrie

    Party Harder

    Le couple et leurs potes DJ, performeurs et animateurs, font autant la fête que leur public. Tout au long de la soirée, ils multiplient les happening, cours de fitness et distributions de paillettes. Le tout en étant pas mal alcoolisé :

    « La bière c’est la base pour commencer. Après… on a de la vodka, souvent. A partir d’avril, le Ricard au petit matin c’est parfait ! »

    Vers 6h, les organisateurs demandent généralement à la petite troupe du Camion Bazar de fermer leur scène. La bande sort alors ses « Cadis Bazar », des cadis de supermarchés thunés. Ils paradent en costume dans le festival. Et organisent parfois des courses avec ces drôles de véhicules.

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress