En ce moment

    27/07/2017

    Ils sont des centaines à camper nuit et jour pour renouveler leurs titres de séjour

    Dans l’enfer de la file d’attente de la Préfecture de Nanterre

    Par Maxime Reynié

    « C’est dégradant, les mots me manquent », lâche Adoum. Comme des centaines d’autres, ce jeune tchadien poireaute devant la préfecture de Nanterre pour renouveler sa carte de séjour. A StreetPress, ils sont plusieurs à raconter leurs nuits de galère.

    Nanterre (92) – La nuit tombe sur la centaine de personnes qui attendent à même le sol devant les grilles de la préfecture, ce mardi 20 juillet. Ce soir, il y a foule. Travailleurs immigrés, étrangers en instance de naturalisation : tous sont là pour renouveler leurs titres de séjour.

    Certains font la file depuis plusieurs jours déjà. Thibaud, 43 ans, sourire aux lèvres est là pour sa femme. Arrivé à 15h, il s’apprête à passer sa deuxième nuit d’affilée aux portes de la préfecture. Son épouse, Nidal, viendra le relayer dès les premières lueurs du jour. La jeune femme vit en France depuis 3 ans. Elle travaille dans un grand groupe à la Défense. Cela fait 9 mois qu’elle a demandé le renouvellement de sa carte de séjour. Sans succès.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/hl_mreynie_pref_nant_6.jpg

    Thibaut ne se laisse pas abattre / Crédits : Maxime Reynié

    Vive les vacances

    A minuit, alors que le soleil s’est couché, la file ne désemplit pas. Pour éviter les tensions, Thibaud tient une liste d’attente officieuse :

    « Ca évite aux gens de se faufiler dans la file au dernier moment ou de vendre leur place, parfois à 250€. »

    Dans la queue, les conditions d’attentes sont spartiates. « Il n’y a ni toilettes, ni distribution d’eau », déplore une jeune femme, la vingtaine. Pour se soulager, un bosquet à 100 m fait donc office de water closet. Pour l’eau, les gens comptent sur la générosité des riverains.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/hl_mreynie_pref_nant_9.jpg

    250 noms dans la liste / Crédits : Maxime Reynié

    Ce soir là, Mohamed, 36 ans, commerçant dans le quartier, dépose avec un ami des dizaines de bouteilles d’eau fraîches gratuitement. « Touché » il fait cela « avec le coeur ». Ce n’est pas la première fois que l’homme vient aider :

    « Ca fait 3 mois que ça dure »

    « On a un gros rush avant et pendant les vacances », explique t-on du côté de la préfecture :

    « Avec ceux qui veulent partir et doivent refaire au dernier moment tous leurs papiers au détriment des autres personnes qui attendent aussi. »

    La préf a d’ailleurs publié “un communiqué de presse”:http://www.hauts-de-seine.gouv.fr/Actualites/Nanterre-service-du-sejour-des-etrangers-differez-votre-venue-si-votre-demande-n-est-pas-urgente datant de 23 juin intimant aux personnes dont les demandes ne seraient pas urgentes de patienter jusqu’en septembre.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/hl_mreynie_pref_nant_5.jpg

    Camping sauvage / Crédits : Maxime Reynié

    Adoum est dos au mur

    Sauf que certains ne peuvent pas attendre. Adoum est de ceux là. Le jeune tchadien, chemise blanche impeccable sur le dos, est arrivé en France en 2013. Il est prof de maths au collège Jules Vernes dans le 12e. « J’ai fait ma demande de changement de statut d’étudiant à salarié en mars et je n’ai toujours aucune nouvelle ». Aujourd’hui, Adoum est au pied du mur. Son contrat se termine dans un mois. Il craint alors que son dossier ne soit examiné trop tard :

    « Si je ne suis plus sous contrat mon dossier sera refusé et je serai sans-papiers. Quand on est sans papiers dans ce pays, on n’existe pas. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/hl_mreynie_pref_nant_7.jpg

    Adoum et sa chemise blanche / Crédits : Maxime Reynié

    Arrivé à 21h, il s’apprête à passer sa cinquième nuit dehors. « Là, vous voyez des gens qui dorment contre une plaque ou c’est mentionné ‘place des droits de l’homme’ », s’énerve t-il tout en montrant un petit muret contre lequel sont adossés trois camarades d’infortune :

    « Nous sollicitons un traitement beaucoup plus digne. C’est dégradant, les mots me manquent. »

    Après des heures de queue, le jeune homme apprend que son dossier n’est toujours pas traité… et qu’il devra revenir la semaine suivante.

    Deux poids, deux mesures

    6h30, le soleil se lève. Encore une nouvelle journée. Les gens sont épuisés. La queue compte désormais plus de 500 âmes. Parmi eux des enfants en bas âge. Un jeune garçon de 15 ans environ, survet’ rouge, pousse un chariot avec du café et du thé vendu à 50 centimes. Depuis le début des vacances il vient chaque matin pour se faire un peu d’argent. « Tu veux un sucre avec l’ami ? », interroge t-il un jeune homme qui vient de lui acheter un café.

    Autour d’une boisson chaude, les esprits se réveillent difficilement dans l’attente de l’ouverture des grilles. Certains craignent des tensions à l’ouverture. D’autres ne décolèrent pas de la nuit qu’ils viennent de passer.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/hl_mreynie_pref_nant_14.jpg

    « Tu veux un sucre avec l’ami ? » / Crédits : Maxime Reynié

    « Je pense que si ici c’était une queue de personnes qui ont la nationalité française, ça aurait été dans tous les médias, tous les jours », opine Thiam. En jean-baskets et polo vert, cet ingénieur de 25 ans monte sa propre boîte deux ans seulement après être sorti d’une école renommée. Cela fait 10 mois qu’il a demandé le renouvellement de sa carte de séjour, sans succès :

    « En France, on nous parle du digital, d’innovation mais nous, on fait la queue toute la nuit sans toilettes. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/hl_mreynie_pref_nant_12.jpg

    Au petit matin, la file prend de l'ampleur / Crédits : Maxime Reynié

    « Il y a quelques jours c’était le bordel total »

    A 8h, 5 policiers se mettent en place en plus des 3 agents de la préfecture. Les portes ouvrent dans une heure. Dans le calme, deux files se mettent un place. La première, interminable avec plus de 700 personnes, est pour l’accès aux étrangers sans rendez-vous. L’autre, assez courte, est pour ceux ayant un rendez vous ou toute autre requête administrative.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/hl_mreynie_pref_nant_15.jpg

    10 par 10 / Crédits : Maxime Reynié

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/hl_mreynie_pref_nant_19.jpg

    Le graal : un bon pour un rendez-vous à la préfecture / Crédits : Maxime Reynié

    Tant bien que mal, les policiers et les agents essaient de guider ce petit monde. Eux aussi sont fatigués par cette situation. « Aujourd’hui c’est calme mais il y a quelques jours c’était le bordel total », lâche l’un d’entre eux quand StreetPress lui tape la discute. Il est 9h. Les portes ouvrent. Les gens avancent dix par dix dans le calme. Chacun espère obtenir un ticket à l’entrée garantissant d’être reçu à la préfecture. Trois heures plus tard, les portes ferment.

    La file se reforme.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/hl_mreynie_pref_nant_11.jpg

    C'est reparti pour un tour / Crédits : Maxime Reynié

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER