Flicage permanent et sanctions à la RATP: les salariés de la ligne 13 au bord du burn out

Flicage permanent et sanctions à la RATP: les salariés de la ligne 13 au bord du burn out

« Ici, on est des numéros, des larbins. »

Metro boulot tombeau | Enquête | par , Lola Blassieaux | 9 Octobre 2018

Flicage permanent et sanctions à la RATP: les salariés de la ligne 13 au bord du burn out

Retards en série, rames bondées, la ligne 13 a mauvaise réputation. Pour inverser la vapeur, la direction de la RATP met la pression sur ses salariés entre brimades et sanctions. Des agents au bord du burn out racontent leur quotidien à StreetPress.

« Mesdames, messieurs. Le trafic est perturbé sur l’ensemble de la ligne dans les deux sens, en raison d’un colis suspect. Nos agents sont en cours d’intervention. » C’est la petite ritournelle qu’entendent régulièrement les usagers de la ligne la plus engorgée de Paris. Dans ces cas-là, pas le temps d’attendre les démineurs. Ce sont les salariés qui sont envoyés en première ligne. « Je ne me souviens même plus le nombre de colis suspects que je me suis tapés », déplore Hélène (1), militante SUD-RATP.

Cette histoire, ils sont plusieurs employés de la RATP à nous la raconter. Pour éviter de perdre du temps, la direction demanderait directement aux salariés d’aller « inspecter » les colis suspects. Quitte à mettre leur vie en danger. Et Sabrina (1), agente de station, renchérit :

« La fois où j’ai dû vérifier un vieux carton scotché [sur les quais d’une station de métro] avec des inscriptions en arabe, je n’en menais pas large. »

C’était avant les attentats :

« Je ne suis pas du genre à avoir des préjugés, mais on pense forcément à un moment qu’on risque de se faire sauter. »

À force d’accumuler les retards, la direction aurait la main légère niveau procédure de sécurité, selon les salariés. « Les agents doivent apporter des précisions sur la nature de l’objet, mais en aucun cas il ne sont autorisés à les manipuler », oppose le service presse de la RATP.

Et encore, s’il n’y avait que ça. Pression, flicage, stress…Les salariés en poste sur la ligne 13 témoignent de l’ambiance délétère qui règne sous le sol parisien.

Pas le temps de niaiser

Au pays de la RATP, c’est la chasse au retard permanent. Pour tenter d’améliorer l’image de la ligne 13, la société de transports demande toujours plus à ses employés. Pour Abdellah Aksas, délégué CGT et conducteur de métro, c’est sûr :

« La direction met la pression sur les salariés pour limiter les retards. »

Et tant pis pour ceux qui craquent. Les conducteurs, en première ligne de ce rapport de force, conduisent dans l’angoisse. Le comble, pour le syndicaliste, un humiliant « Top 50 des conducteurs les plus en retard » :

« Il est affiché dans certains locaux communs. Le tableau recense les mauvais élèves. »

Pour l’homme, l’existence de cette liste est l’exemple même de la gestion inique du personnel de la part de l’entreprise. Contactée par StreetPress, la régie dément et condamne « comme étant fallacieuse toute accusation qui viserait à penser cela ». Tout en reconnaissant que ces données existent :

« Le suivi des retards en ligne […] permet d’expliquer globalement à notre autorité nos résultats […]. Seul l’encadrement dispose de ce suivi aux fins précédemment évoquées et ne faisant en aucun cas l’objet d’un affichage nominatif »

Big Brother

Lundi matin, le quai de la station St-Denis Université déborde. Il est à peine 9h. Les portes se ferment, laissant aux voyageurs quelques centimètres pour respirer. Le conducteur s’élance à 65 km/h. Près de son tableau de bord trône « la boîte noire ». Nombreux sont les salariés à nous avoir parlé de ce dispositif, repensé il y a une dizaine d’années par la direction. Elle enregistre, pour des raisons de sécurité, les paramètres d’exploitation, soit la vitesse, les durées de trajet, les prises de postes et les mouvements. En clair, tout ce qui se passe dans la cabine. Mais pour Abdellah, la vérité est ailleurs :

« Sur la 13, elle est aussi utilisée pour nous fliquer ! »

Sous couvert d’anonymat, un autre conducteur le confirme. Foutaises pour la direction de la RATP qui crie au complot :

« Ce dispositif a pour seul objectif de maintenir le niveau de sécurité […] et de prévenir tout accident ou incident qui serait lié à la mauvaise application des règles de conduite. »

Outil de flicage ou simple système de sécurité, la présence de cette boîte noire angoisse les conducteurs interrogés. Conséquence, ils perdent leurs moyens. Au départ de la rame, certains partent dans le mauvais sens. Quand d’autres, au terminus, oublient de descendre.

Le flicage se poursuit sur les temps de pause, affirme l’ensemble des salariés que nous avons interrogés. Un pipi, une discussion trop longue, un coup de téléphone. « Il est impératif de justifier ses moindres faits et gestes », lance Abdellah. Alors, chaque jour, ils consignent tout minutieusement, sur une feuille de route : retard, arrêt du train, pause, incident technique ou voyageur… En cas d’erreur, ils devront répondre de leurs actes dans le bureau de la direction.

Coucou, c’est le client mystère !

Station Liège. Les cliquetis des tourniquets résonnent. Derrière son guichet, Jean (1), chemise impeccable, uniforme tiré à quatre épingles et sourire figé, surveille le ballet des voyageurs. Jean, c’est celui dans sa cabine. Celui qui se fait insulter tous les premiers du mois. Celui à qui on répond : « la putain de borne de marche pas ». En poste depuis deux ans sur la 13, c’est un habitué des clients mystères. Le dispositif a été mis en place il y a 10 ans par la RATP dans « le cadre d’un contrat signé avec Île-de-France Mobilité » pour « sonder la satisfaction », indique le service presse :

« Les mesures sont commentées aux agents en toute transparence afin de les féliciter et de les aider à progresser. »

Sauf que sur la ligne 13, les clients mystère défilent à la chaîne. « Cinq parcours par station et par mois », indique la régie. Soit plus d’un par semaine et par arrêt de métro. En moins de six mois, Jean s’est fait visiter dix fois :

« Maintenant, je suis devenu un pro pour les démasquer. Mais ça ne m’empêche pas de stresser à chaque passage de client. »

Surtout que chaque faute commise est sanctionnée. Placard ouvert, plans désordonnés, cravate de travers… « Tout doit être parfait », explique Jean. En fonction des résultats, les agents de station sont ralentis ou stoppés dans leur carrière. « La petite prime de fin d’année, ou l’augmentation, il faut vite l’oublier », assène Hélène. Selon la RATP : « aucune situation de souffrance liée à cette pratique n’a été rapportée ». La visite de ces agents a pourtant des conséquences, comme l’affirme Sabrina : « Trois agents ont été mis à pied par l’entreprise à la suite de la visite de ces clients mystères ». Une situation que reconnaît la direction à demi-mot :

« À ce jour, aucune mise à pied n’a été notifiée, hors cas de récidive. »

La semaine prochaine, Jean aura son entretien annuel et le bilan de ses visites surprises. En attendant, il gère seul la vente de tickets, l’entretien des machines, la sécurité de la station, le renseignement, les SDF, les malaises voyageurs…

Trop de pression, trop de violence

Début mai, le Palais de Justice de l’île de la Cité a migré à Porte de Clichy, sur le nord de la ligne 13, emportant avec lui 10.000 nouveaux usagers, qui viennent remplir les rames déjà bondées du métro. Le tout sans augmentation significative de budget ou du nombre de rames. « De toute façon, on est déjà au max. En heure de pointe, tous les métros tournent à plein régime et il n’y a pas de place pour en ajouter de nouveaux », affirme le syndicaliste.

Alors que la ligne s’engorge, voyageurs et employés sont au bout du rouleau. « Aujourd’hui, la direction vend du rêve. Elle promet une destination en classe affaire. Mais dans le métro, ça pue la pisse, le vomi et le clochard. Et les premiers concernés, c’est nous ! », gronde Abdellah. Sabrina est le punching-ball des passagers : « Je me prends leur agressivité en pleine face ». Jean cache sa désolation derrière un sourire robotique :

« J’ai arrêté de compter les insultes, les agressions, les bagarres… »

Quant à Hélène, une ancienne, elle sait bien que se plaindre sera inutile : « On me traite souvent salope. Mais ici, on est des numéros, des larbins. Et mes chefs ne feront rien pour changer cela ». Alors il faut prendre son mal en patience. Relever la tête et espérer. Relâcher la pression loin de l’ambiance souterraine.

Dernier maillon de la chaîne : « les pousseurs », officiellement assistants de régulation. Leur job ? Gérer le flux des passagers devant les portes aux heures de pointe. Bousculades, insultes, mépris… En contrepartie de ce boulot ingrat, ils suivent une formation professionnalisante, deux heures par jour. À la clé, promesse d’embauche et promotion. Dans la réalité, il n’y aura que peu d’élus. Sarah témoigne : « Tout est fait pour nous décourager. Même les plus motivés sont recalés. Une personne sur 100 est recrutée. » Le contrat de Sarah se termine en fin de semaine. Elle ne le renouvellera pas :

« T’es payée 700 euros et ce boulot te bouffe ! »

StreetPress a recueilli le témoignage de 12 employés de la ligne 13. Tous sauf un, par peur de la direction, exigent l’anonymat.
Article en partenariat avec le CFPJ.


L'actu