Pôle emploi organise des recrutements inspirés de The Voice : un dispositif « humiliant » pour les chômeurs

Buzzers et entretiens à l'aveugle

Start-up Nation | Enquête | par | 17 Octobre 2018

Plusieurs agences Pôle emploi ont organisé des sessions de recrutement inspirées du télé-crochet The Voice. Un dispositif qui n'amuse pas certains agents.

Assis sur des fauteuils rouges, trois recruteurs tournent le dos à une candidate. La demandeuse d’emploi est debout au milieu de la salle. Elle répond aux questions. Si son profil séduit l’un de ces professionnels, il doit se retourner pour presser l’un des buzzers posés sur la table qui les sépare. Il ne s’agit pas d’un jeu, mais bien de véritables entretiens d’embauche inspirés de The Voice, le télé-crochet de TF1, organisés par une agence Pôle emploi des Hauts-de-France. Une affiche projetée au mur reprend même la charte graphique de l’émission.

Ceci n’est pas un de nos montages

« C’est vraiment humiliant », s’étrangle Damien (1). Ce salarié de Pôle emploi a découvert l’existence de ces sessions de recrutement inspirées d’une émission de télé-réalité via l’intranet de l’établissement public. Avant d’alerter StreetPress. Notre insider a mené sa petite enquête et découvert que ce cas est loin d’être isolé. Au moins 8 agences, réparties dans plusieurs départements, ont mis en place ces entretiens d’embauche à la sauce The Voice. Plusieurs documents internes détaillent le fonctionnement de ces sessions de « recrutement “à l’aveugle” ». À Castres, le 2 octobre dernier, les « DE » – pour demandeurs d’emplois – devaient « se présenter à des recruteurs d’agences d’intérim, jusqu’à ce qu’ils se retournent pour signifier qu’ils retiennent le profil ! À la manière d’un célèbre télé-crochet. » Le doc précise les jobs à la clé : ouvrier abattoir, électronicien, soudeur, agent de fabrication, préparateur de commande, cariste, manutentionnaire, maçon, manoeuvre et électricien.

Un jeu qui n’amuse pas tout le monde

« On n’est pas sur un poste de commercial, où, à la limite, cela se justifierait de tester la capacité de conviction. Mais sur des métiers manuels et, pour certains, il n’y a même pas d’embauche à la clé. On va leur proposer une simple immersion. Un stage en gros », s’indigne un autre agent qui a eu vent du dispositif :

« Les candidats de The Voice font le choix de participer à l’émission. Là, on parle de personnes qui sont au chômage, parfois depuis longtemps. Trouver un travail c’est une nécessité. Pas un jeu. »

Des recruteurs contents de jouer :) / Crédits : Pôle

« C’est les jeux du cirque, c’est totalement avilissant de mettre un demandeur d’emploi dans cette situation », appuie Pierre-Edouard Magnan du Mouvement national des chômeurs et précaires :

« Comme si un emploi était un cadeau, une sorte de don que devraient arracher les demandeurs. »

Selon nos informations, plusieurs fonctionnaires se sont émus de ce nouveau mode de recrutement et le sujet serait remonté en haut-lieu. Réponse de Paris : il ne faut plus reprendre les codes graphiques de The Voice, afin d’éviter un recours juridique du producteur du télé-crochet. Mais rien à dire sur le principe en lui-même. Pierre-Edouard Magnan compte également interpeller le Directeur général de Pôle emploi, à l’occasion d’un comité national de liaison qui doit se tenir le 25 octobre prochain.

Du côté de Pôle emploi, on explique à StreetPress que l’objectif est de permettre aux recruteurs de « se concentrer sur les compétences et le savoir être ». Les participants sont « tous volontaires et bénéficient d’un accompagnement préparatoire ». Quand on évoque la mise en scène et l’usage de buzzers, ça semble coincer un peu plus : « Je n’ai pas connaissance de ça », reconnait notre interlocuteur. Il n’est toutefois pas question de remettre en cause le dispositif :

« Les retours que nous avons sont plutôt positifs. »

Hunger Games

« This is the job » n’est pas le seul événement inspiré d’émissions de télé-réalité : Pékin Express et Top chef ont été adaptés et respectivement rebaptisés « Nîmes express » et « Pôle chef ». Des actions qui s’inscrivent dans le programme « idées innovations » de Pôle emploi, qui vise à favoriser les initiatives locales. Chaque agence est désormais libre d’expérimenter de nouveaux dispositifs. Elle fait ensuite un compte-rendu, mis à disposition des autres antennes qui peuvent s’en inspirer. L’idée est louable, sauf que les dérives sont nombreuses. StreetPress s’est procuré un tableau qui recense plusieurs dizaines d’initiatives. Si, le plus souvent, il s’agit de formations ou d’ateliers visant à élargir les compétences des demandeurs d’emplois, certaines actions interpellent.

Qui se retournera ?? / Crédits : Pôle Emploi

Ainsi à Liévin (62), Pôle Emploi a organisé une « Chasse au Trésor », avec des « indices à chercher ou des questions sur le marché de l’emploi, la loi du travail, les compétences nécessaires à l’exercice de différents métiers ». L’agence d’Anzin (59) a, quant à elle, mis en place un recrutement baptisé « Bas les masques, mets ton survêt », autour d’activités sportives. À Lens, c’est une « course d’orientation (…) façon Da Vinci Code »… La quête d’un emploi a décidément tout du parcours du combattant.

« Ça part d’une bonne intention, mais au final c’est complètement infantilisant et toutes ces initiatives autour du sport donnent l’impression qu’il faut secouer les demandeurs d’emploi, qu’ils ne se bougent pas », commente l’un de nos insiders. À quand l’adaptation d’Hunger games ?

Edit 18/10/2018 à 18h50 : Pôle emploi déclare à France Inter « suspendre » les recrutement inspirés de The Voice.

/ Crédits : France Inter