En ce moment

    23 / 01 / 2019

    Le nouveau documentaire de StreetPress

    Un an avec le Paris d’Exil FC, une équipe de foot de jeunes migrants

    Par Tomas Statius , Matthieu Bidan

    Dans ce nouveau documentaire, StreetPress suit la première saison du Paris d'Exil FC, un club composé de mineurs isolés. A travers Kader, Yaya et Bakary, 3 joueurs, on en apprend plus sur cette aventure et la personnalité de ces jeunes déracinés.

    Tout commence sur un gazon synthétique, à deux pas de la porte de Clignancourt. C’est ici que s’entraîne le Paris d’Exil Football Club, tous les vendredis soir. L’équipe, qui existe depuis août 2017, est composée uniquement de migrants mineurs isolés. Maliens, Ivoiriens, Tchadiens, Sénégalais… ils sont arrivés depuis quelques mois seulement et tentent de faire reconnaître leur minorité à l’État Français. C’est seulement après cette procédure administrative, semée d’embûches, que l’aide sociale à l’enfance acceptera de les prendre en charge et de leur apporter les aides dont ils ont besoin.

    En attendant, les entraînements sont un moyen d’échapper à la morosité. Encadrée par Baptiste et Guillaume, les deux coachs, l’équipe n’a qu’un objectif en tête : gagner la Coupe de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (FSGT), la compétition à laquelle elle participe.

    Pendant un an, nous les avons suivis. A travers Kader, Yaya et Bakary, trois joueurs de l’équipe, nous racontons le quotidien de cette équipe pas comme les autres, et par extension de bien d’autres mineurs arrivés en France au terme d’un parcours périlleux. Tous les trois racontent leur exodes, leurs vies en France, bien sûr, mais aussi leurs rêves.

    Un documentaire réalisé par Matthieu Bidan et Tomas Statius

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress