En ce moment

    29 / 03 / 2019

    « Sexistes hors de nos facs ! »

    L’Université rechigne à lutter contre les violences sexistes

    Par Rémi Yang

    Ce jeudi, une centaine de personnes se sont réunies devant l’université Paris Diderot pour dénoncer les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur.

    Paris 13e – « Sexistes hors de nos facs ». Sur l’esplanade Pierre Vidal-Naquet, devant l’université Paris Diderot, plus d’une centaine de personnes sont réunies contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur. Plusieurs collectifs étudiants féministes sont à l’origine de ce rassemblement.

    Ces derniers mois, le climat est électrique à Paris VII après la publication par Mediapart d’une enquête visant Fehti Benslama, l’un des principaux dirigeants de la fac. Une vingtaine de signalements pour « comportements inappropriés, parfois qualifiés de harcèlement sexuel » sont remontés à la présidence de la fac. Trois plaintes ont déjà été déposées contre lui. Les plaignantes de l’affaire Benslama ont rédigé une lettre pour l’occasion, lue au mégaphone. Elles font état d’un « système universitaire abusif et pervers ».

    « Un système universitaire abusif et pervers »

    L’ambiance se veut festive. Une buvette à prix libre a été mise en place et la sono passe Toxic de Britney entre deux sons d’Aya Nakamura. « Des histoires, y’en a vraiment partout », lance Leila, de l’Autodéfense internationale féministe intersectionnelle et anticapitaliste. « C’est important de se regrouper. Un collectif, ça permet de se sentir plus forts et moins seuls. Les victimes de violences sexuelles et sexistes sont isolées », complète-t-elle :

    « En parler, ça permet de se rendre compte que le phénomène est structurel. C’est niais, mais ça donne du courage. On a très peu de lieux où en parler. »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/img_4558-2.jpg

    Rassemblement contre le sexisme à l'Université. / Crédits : Rémi Yang

    Mégaphone décoré de stickers militants à la main, trois jeunes étudiantes se partagent un banc qui leur sert de scène. « L’enseignement supérieur est un milieu propice aux violences sexistes et sexuelles avec de réelles situations à risques que l’on doit urgemment mettre en lumière ! », clament-elles.

    Hiérarchie

    Au sein du milieu universitaire, les enseignants occupent une position dominante par rapport aux étudiantes. « C’est une hiérarchie très forte et très violente, il y a une relation de pouvoir qui permet d’abuser de sa position d’autorité. Par exemple, les doctorantes sont fortement dépendantes de leur directeur de recherche », analyse Camille du Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement dans l’enseignement supérieur (Clasches). « Le professeur a la main sur la carrière académique de l’étudiante. Il peut mettre son année universitaire en péril », ajoute Manon de la Brigade des actions féministes en faveur de l’égalité (Baffe), une asso étudiante féministe de Paris IV.

    « Les victimes ne parlent pas parce qu’elles ont peur des représailles », souligne Leila. « Il faut les rassurer en leur disant que si certains agresseurs sont procéduriers, il n’y a que très peu de chances qu’une plainte pour diffamation aboutisse », répond Camille du Clasches.

    Parcours du combattant

    Toutes dénoncent l’inaction des institutions. Le parcours pour aller dénoncer un prof harceleur est un vrai chemin de croix pour les étudiantes. Parmi les militantes présentes au rassemblement, certaines d’entre elles ne connaissent même pas totalement les rouages du système institutionnel. « C’est très compliqué de savoir à qui s’adresser », regrette Manon de la Baffe.

    Et lorsqu’une procédure est lancée, il faut attendre un sacré bout de temps avant d’en voir le bout. Manon se rappelle d’un cas où un dossier a été déposé avant l’été dernier. « Il a fallu des mois pour que les victimes aient une réponse et qu’on leur dise qu’on ne va pas saisir la commission disciplinaire mais qu’on va lancer une enquête interne avant », se souvient-elle. Incompréhension: la commission disciplinaire est elle-même censée enquêter. « En plus, les délais sont très longs et il y a toutes ces strates administratives successives à valider avant que notre victime soit entendue. »

    Mission impossible?

    Depuis juillet 2013, les universités sont tenues d’avoir en leur sein une mission égalité femme-homme, un dispositif censé – entre autres choses – accompagner les victimes de violences sexistes et sexuelles et faciliter leurs démarches.

    « Je suis contente de voir autant de monde au rassemblement », se réjouit Jules Falquet, membre du Centre d’enseignement, de documentation et de recherche pour les études féministes (Cedref) de l’université Paris Diderot. Elle est à l’origine du premier colloque en France sur les violences sexuelles au sein de l’enseignement supérieur, et fait partie du pôle égalité femme-homme de l’université. D’un air las, elle confie ne pas « être sûre du dynamisme » du dispositif. « La première chose que doivent faire les victimes, c’est chercher un groupe. C’est dans leur intérêt d’aller en parler à l’extérieur de la fac. On n’est pas formés pour ça », lâche la quarantenaire, lunettes roses teintées sur le nez. Manon ajoute :

    « Les missions égalité femme homme n’ont pas vocation à être des dispositifs d’écoute et d’accompagnement : il n’y a pas de psy, pas de médecin… »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/img_4576_0.jpg

    « Les victimes ne parlent pas parce qu’elles ont peur des représailles. » / Crédits : Rémi Yang

    Dans le milieu universitaire, la question des plaintes fait toujours débat. Le Syndicat de combat universitaire de Montpellier (Scum) pointe du doigt la mission égalité femme-homme de l’université Paul Valéry, qui déconseillerait aux victimes de porter plainte. À cela s’ajoute la difficulté de passer le pas et témoigner devant la police. Ces affaires sont donc souvent cantonnées au sein de l’université.

    Jugés par leurs pairs

    Pour lancer une procédure interne, les victimes sont censées passer par la mission égalité ou les ressources humaines pour faire remonter un signalement au président de la fac. C’est ensuite lui qui a les pleins pouvoirs pour convoquer une commission disciplinaire, ou saisir l’Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Si l’IGAENR dépend du ministère de l’Éducation nationale, et rend son rapport d’enquête à la ministre ainsi qu’à la présidence de l’université, la commission disciplinaire est composée… de professeurs.

    « Lors des procédures disciplinaires, les profs sont jugés par leurs pairs. Du coup, le copinage et la protection des collègues entre eux mènent très rarement à une condamnation », commente Manon. « Et quand bien même il y a une sanction, il est très rare que les faits soient caractérisés de harcèlement ou d’agression sexuelle. En général, on va plutôt parler de troubles au bon fonctionnement de l’établissement », dénonce-t-elle.

    Pour ne rien arranger, lorsqu’un professeur est signalé, il n’est souvent pas suspendu le temps de l’enquête. « L’université Jean-Jaurès de Toulouse est l’une des seules à prendre des mesures conservatoires pour éloigner la victime du prof harceleur », déplore Manon. Des responsables de formation auraient même conseillé à des plaignantes de changer d’université ou de formation plutôt que d’accepter leur demande. « On préfère éloigner celles qui font du bruit plutôt que de poser la question de la responsabilité de l’enseignant. »

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress