En ce moment

    16/03/2020

    Soyez nos yeux et nos oreilles

    Coronavirus : On va en parler, mais comment ?

    Par Mathieu Molard , Yann Castanier

    Quel est le rôle de StreetPress dans cette période de crise ? Ce matin, on a fait le point (par téléphone). De quoi vont parler nos articles ? Comment faire vivre un média si sa rédaction est en quarantaine ? On vous explique.

    La première conf’-call de rédac’ se termine à l’instant. La conférence de rédaction, c’est la réunion (hebdomadaire à StreetPress) où l’on choisit les sujets de nos prochains articles. Aujourd’hui, la question n’est pas vraiment « de quoi » allons nous parler, mais « comment » raconter cette crise majeure ? StreetPress est un média qui privilégie le terrain et place l’humain au centre de ses articles. Comment tenir cette ligne quand les contacts sont proscrits et le confinement général probable dans les prochains jours ? StreetPress c’est aussi des vidéos regardées par près de deux millions de personnes chaque mois… Comment tourner sans mettre un pied dehors ? StreetPress c’est des articles 100% « pas lus ailleurs ». Comment apporter un éclairage nouveau, sans nourrir un brouhaha qui nuit à la qualité de l’information.

    Nos lecteurs sont, comme nous, branchés sur BFM, FranceInfo ou Le Monde, pour suivre l’évolution de la pandémie et les annonces sanitaires. Nous n’irons pas sur ce terrain déjà largement couvert, nous n’aurions aucune plus-value. Mais nous savons faire autre chose.

    1. Garder notre ligne

    StreetPress raconte les marges, les précaires, les sans-grades et les sans-dents. Et dans chaque crise, les premiers à morfler sont les plus fragiles. Ceux qu’on oublie. Nous devons continuer à nous intéresser à eux.

    Les journalistes de StreetPress ont la vingtaine (à une ou deux exceptions près, mais ne nous étendons pas là-dessus pour ne pas froisser les égos) et nos lecteurs sont en moyenne à peine plus âgés. Nous devons témoigner de nos préoccupations communes.

    2. Montrer le meilleur

    Dans les situations extrêmes, il apparaît le pire mais aussi le meilleur. Des solidarités se mettent en place pour aider ceux qui en ont besoin. Nous aimerions aussi le raconter.

    3. Apporter des respirations

    Si nous sommes amenés à rester confinés plusieurs semaines, l’angoisse peut vite monter. Nous aurons besoin, je crois, de nous aérer l’esprit. Alors nous avons décidé de parler aussi d’autre chose : nous publierons des articles légers ou plus sérieux, mais qui permettront de penser à autre chose.

    4. Inventer

    Soumis à des contraintes inédites nous devons inventer des réponses inédites. Nous sommes déjà sur le coup et de nouveaux formats (vidéos notamment) vont débarquer. Suivez notre chaîne Youtube.

    5. Couvrir d’autres sujets qui nous semblent essentiels

    Le 4 mars dernier StreetPress publiait une enquête sur la mort d’un nourrisson à Mayotte. L’enfant de trois mois, déjà malade avait inhalé des gaz lacrymogènes. Un décès qui s’inscrit dans un contexte de violences extrêmes sur l’île. Nous allons vous en parler, comme d’autres sujets que nous jugerons essentiels, même s’ils sont hors de cette crise sanitaire.

    On a besoin de vous

    Nous sommes immobilisés mais pas isolés. Pour comprendre et raconter ce qu’il se passe nous avons plus que jamais besoin de vous. Apportez-nous vos idées, vos témoignages, vos expériences. Parlez-nous de vos angoisses et de vos joies. Paul sera aux manettes de nos réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Insta, Youtube. On attend de vos nouvelles.

    Et surtout, prenez soin de vous.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Nous avons besoin de 80 000 euros avant le 2 décembre pour finir l'année. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER