En ce moment

    06/12/2021

    Convocation et coups de pression

    Atteinte au secret des sources : StreetPress dans le viseur de la police

    Par StreetPress

    Depuis plusieurs semaines, le parquet de Paris tente par tous les moyens d’identifier une source de StreetPress : convocation de la journaliste, réquisition judiciaire… StreetPress s'insurge contre cette atteinte grave à la liberté d’informer.

    Depuis plusieurs semaines, la police et le parquet de Paris tentent d’identifier la source d’un article publié sur StreetPress. Pour arriver à ses fins, elle multiplie les procédures et fait pression sur nos journalistes et notre média.

    Chronologie des faits

    Le 05 octobre dernier, StreetPress publiait un article sur un policier vendeur de stupéfiants, titré :

    « Vincent est flic… et dealer. »

    Mi-octobre, Fanta Kébé qui signe ce papier est contactée par un commissaire de la brigade des stupéfiants (DRPJ), qui lui demande l’identité de sa source. Elle refuse de la donner et adresse le fonctionnaire à la direction du média.

    Le 21 octobre, la journaliste reçoit à StreetPress et à son domicile personnel une convocation pour être entendue par ce même service. StreetPress, par l’intermédiaire de son rédacteur en chef, prend attache avec le parquet de Paris pour lui signifier la politique du média. La journaliste se rendra, si nécessaire, à la convocation, accompagnée de l’avocate du média Maître Valentine Rebérioux. Mais en vertu des différents textes qui garantissent la liberté et l’indépendance de la presse, notre journaliste ne fournira pas l’identité de sa source. Le parquet décide de maintenir la convocation.

    Le 02 novembre, Fanta Kébé se rend dans les locaux de la brigade des stupéfiants (DRPJ). Le commissaire en charge du dossier refuse qu’elle soit accompagnée de l’avocate de StreetPress pendant l’audition. Sur conseil de maître Rebérioux et de la direction du média, la journaliste fait demi-tour. Le fonctionnaire de police prévient, devant l’avocate de StreetPress, qu’il a l’intention de « fouiller la vie » de la journaliste pour identifier sa source.

    Ce mardi 30 novembre, c’est cette fois Johan Weisz directeur de publication de StreetPress qui reçoit une « réquisition judiciaire » exigeant la communication de « toutes les informations (…) permettant d’identifier le policier, objet de l’article publié sur votre site le 05/10/2021 ». Un acte de procédure qui émane cette fois de l’IGPN (la police des police), sur instruction du substitut du procureur de la République du tribunal judiciaire de Paris.

    En cas de refus, StreetPress risque une amende de 3.750€ et d’éventuelles nouvelles poursuites.

    Nous ne céderons pas aux pressions

    Ce harcèlement est inadmissible.

    La protection des sources, définie tant comme l’informateur du journaliste que comme l’information qu’il ou elle reçoit, est garantie par l’article 2 de la loi du 29 juillet 1881 et consacrée par les juges européens qui la considèrent comme « l’une des pierres angulaires de la liberté de la presse ».

    Sa remise en cause est une atteinte directe à l’indépendance et à la liberté de la presse en France.

    Johan Weisz, directeur de publication
    Mathieu Molard, rédacteur en chef
    Valentine Rebérioux, avocate

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER