En ce moment

    20/04/2023

    Être formé gratuitement aux métiers médicaux-sociaux, c’est possible

    Stéphane, réfugié de 16 ans, rêve de devenir infirmier

    Par StreetPress

    Des jeunes sans diplôme ont repris leurs études pour travailler dans des métiers qui ont du sens. Ils ont suivi Prepapp : un programme gratuit qui les accompagne vers une formation d’aide-soignant ou d’accompagnant éducatif et social.

    Article en partenariat avec Groupe SOS

    « Pour moi, prendre soin des gens c’est essentiel. » Stéphane a toujours voulu être infirmier. Le jeune homme, mineur non accompagné (MNA), a quitté le Cameroun en juin dernier pour arriver seul sur le territoire français. « J’ai toujours eu envie [de le devenir], mais je n’ai pas eu la possibilité », précise-t-il. Ce n’est que cette année que son désir a pu se concrétiser. Le jeune homme de 16 ans a intégré Prepapp (Préparation à l’Apprentissage), un programme de formation gratuit lancé par le Groupe SOS qui accompagne les jeunes vers une formation d’aide-soignant ou d’accompagnant éducatif et social.

    Des métiers indispensables au quotidien, mais pour lesquels il manque cruellement de candidats. Le Groupe SOS souhaite donc promouvoir ces deux secteurs tout en permettant aux jeunes de s’insérer dans le monde professionnel.

    Pas besoin de diplôme

    Pour être formé, pas besoin de diplôme ou de connaissances sur le sujet, il suffit d’avoir entre 16 et 29 ans et de résider en quartier prioritaire de la politique de la ville en Île-de-France. Prépapp a été déployé d’abord en Seine-Saint-Denis : Bagnolet, Bobigny, Montreuil, Aubervilliers, Saint-Ouen, Saint-Denis, Noisy-le-Grand, Neuilly-sur-Seine Noisy-le-Sec et Pantin. Le dispositif Prepapp est désormais aussi déployé en Moselle à Metz et en PACA à Marseille.

    Selon l’INSEE, en 2019, 12,9 % des 15 à 29 ans n’étaient ni en emploi, ni en formation ou en études en France (hors Mayotte). Le Groupe SOS estime que ce chiffre élevé provient notamment d’un système scolaire inadapté qu’il faudrait réinventer. Pour tenter de s’adapter aux besoins des élèves et de proposer un suivi personnalisé, le programme accueille entre 10 et 15 personnes par groupe. Le Groupe SOS propose également un accompagnement pour des solutions de garde d’enfant, de logement, d’accès au permis de conduire et toute problématique de mobilité pour permettre aux jeunes de se consacrer pleinement à leur formation. Motivé à bloc, Stéphane passe donc ses soirées à réviser et fait tout pour obtenir son diplôme.

    Trois mois et demi de formation avant de démarrer une alternance

    À l’issue de ses trois mois et demi de formation, Stéphane intègre une école d’aide-soignant en alternance. Il est désormais apprenti dans une maison d’accueil spécialisée à Villepinte :

    « Je prends soin des gens comme si c’était moi-même »

    Le Groupe SOS dispose en plus de ses propres établissements du sanitaire médico-social, de plusieurs partenariats avec des établissements du sanitaire médico-social par lesquels les jeunes ayant participé au programme Prepapp, peuvent être recrutés. Actuellement, plus de 150 personnes ont pu bénéficier de cette formation et trouver une alternance.

    Aujourd’hui aide-soignant, Stéphane compte bien poursuivre son parcours pour devenir infirmier. « Il pensait vraiment ne pas avoir le niveau pour intégrer et viser ces métiers-là », se souvient Bachir, chef de projet des promotions Prepapp Île-de-France. « Moi je le vois vraiment monter les échelons un à un et devenir chef de service, cadre de santé et plus… »

    > Découvrir le programme Prepapp.

    Vidéo réalisée par Thibault Lauras.
    Rédaction de Lisa Noyal.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER