En ce moment

    14 / 02 / 2012

    Les deux suspects d'extrême-droite ont été relaxés

    Nouredine Rachedi va faire appel

    Par Robin D'Angelo

    Sur StreetPress Nouredine Rachedi est «abasourdi» après que le tribunal de Versailles ait relaxé les 2 «nationalistes» suspectés de l'avoir tabasser à l'été 2008. Le jeune homme compte faire appel «dès qu'il aura réalisé ce qui lui arrive.»

    Mardi 14 février, le tribunal de Versailles a relaxé Kevin Lamadieu et Romain Blandin, les deux agresseurs présumés de Nouredine Rachedi, victime d’un passage à tabac pendant l’été 2008. Joint par StreetPress quelques minutes après le verdict, Nouredine Rachedi a fait part de son incompréhension:

    « Je suis choqué. Abasourdi complet. Compte tenu du dossier je pensais au moins que le premier que j’avais identifié … N’importe quel observateur l’aurait condamné ! »

    N’importe quel observateur l’aurait condamné !

    Agression raciste Le 25 juillet 2008 vers 00h50 Nouredine Rachedi avait été arrêté par deux hommes dans un parc à Guyancourt (Yvelines), alors qu’il rentrait à son domicile. Les deux hommes lui avaient demandé « s’il était arabe » et ce qu’il pensait « des événements en ex-Yougoslavie » avant de le passer à tabac. La ratonnade avait entraîné 21 jours d’incapacité totale de travail pour le statisticien de 34 ans.

    Quelques jours après l’agression, Nouredine Rachedi reconnait Kevin Lamadieu parmi les photos d’individus dangereux que lui tend la police. Au moment de son interpellation, la police découvre chez le suspect de 22 ans, passé par le GUD , un portrait d’Hitler et des photos du jeune homme en train de faire le salut nazi. 8 mois après, grâce à des recoupements téléphoniques, ils découvrent qu’il était avec Romain Blandin le soir de l’agression. Nouredine Rachedi reconnaît le deuxième suspect comme son autre agresseur.

    Appel « On n’a pas encore le motif de leur libération, nous n’avons pas reçu le jugement », explique l’avocate de M. Rachedi Nawel Gafsia qui a pris acte de la décision de la présidente du tribunal de relaxer les suspects. « Elle a du penser qu’il y avait un doute tout simplement. »


    Nouredine après son agression

    Nouredine Rachedi donne lui sa vision du verdict:

    « On est dans un pays gangréné par l’islamophobie. »

    Le jeune homme qui expliquait à StreetPress être devenu depuis son agression « hypersensible sur les questions de racisme » envisage de faire appel:

    « Tout le monde me dit de le faire mais pour le moment je ne réalise même pas. J’ai 10 jours pour faire appel, je le ferai quand j’aurai réalisé ce qui arrive. »

    Joint par StreetPress Pascal Fournier, l’avocat de Romain Blandin, n’est pas surpris par le verdict:

    « Concernant mon client, c’était la décision que j’attendais. La reconnaissance avait été tardive et par formelle du tout. »

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress