En ce moment

    09/03/2012

    En attendant les Elohims...

    A Paris une manifestation des raëliens contre l'Eglise, la pédophilie et le Royaume-Uni

    Par Antoine Deprez-Ségobia

    Les raëliens sont énervés: Persuadés que le Royaume-Uni leur en veut personnellement ils organisaient le 8 mars une manifestation devant l'ambassade. Les 15 pélérins croient en leur fabuleuse destinée: «Winston Churchill a bien ri de Gandhi».

    Mercredi après-midi – Boulevard Malesherbes à Paris. Un petit groupe d’une quinzaine de personnes a répondu à l’appel du mouvement raélien, pancartes et tracts à la main. Deux agents de la préfecture de Paris les observent de loin, avec lassitude. Sur les pancartes, ces inscriptions : « UK Cabinet in bed with Pope and pedophilia ». Comprendre : le gouvernement britannique dans le même lit que le Pape et la pédophilie.

    Point Godwin Les raëliens sont très remontés. Le responsable régional du mouvement – qui préfère rester anonyme car il a « déjà eu des problèmes » (lâchant tout de même qu’il bosse pour une entreprise du Cac 40) – explique sa position :

    « Des actes de pédophilie commis par des membres de l’Eglise catholique, on en dénombre des dizaines de milliers. Nous avons d’ailleurs créé l’association Nopedo pour dénoncer la pédophilie dans l’Eglise catholique. Nous avons déposé plainte, à l’occasion d’un déplacement du Pape à Londres. Cette plainte a été reçue mais le gouvernement a étouffé l’affaire de manière à ce que personne ne puisse intervenir et notamment arrêter le Pape pendant son voyage. C’est ça l’objet de notre protestation ! »

    Autre motif de colère, qui appuie très fort sur le point Godwin : les « crimes contre l’humanité » du Pape, qui est contre l’utilisation du préservatif et qui serait donc « responsable de la mort de milliers de personnes à cause du SIDA. »

    Le Cabinet britannique a étouffé l’affaire

    Gandhi La manifestation devait avoir lieu devant l’Ambassade de Grande-Bretagne mais, en raison du périmètre de sécurité à respecter à proximité des ambassades et de l’Élysée, elle a finalement été repoussée 100 mètres plus loin. Le groupe est tout de même allé à l’Ambassade « déposer une lettre » : « On ne va pas aller contre la loi et on ne va pas employer la force » poursuit le responsable régional. Ce dernier se contente de remettre cette fameuse lettre au chef de la sécurité de l’ambassade – qui lui aurait assuré qu’elle serait bien remise à l’ambassadeur.

    Déception pour les raëliens qui ne perdent pas espoir pour autant :

    « Winston Churchill a ri de Gandhi et de son mouvement pacifique en le traitant de « va-nu-pieds »

    Winston Churchill a ri de Gandhi et de son mouvement pacifique

    Tombés du ciel D’autres mouvements sectaires dans le même genre ont lieu le même jour un peu partout dans le monde. « On a conscience d’être une sorte de vaccin pour la conscience des hommes. On a aussi conscience que les hommes et les gouvernements en place ne vont rien faire pour changer mais on compte sur les citoyens et sur Internet pour faire prendre conscience aux gens du problème.»

    Le docteur Piton a découvert le mouvement le 19 juillet 1983. Il porte au cou un pendentif où se mêlent l’étoile de David et le svastika indien, le symbole du mouvement raëlien. Il me fait part de ses découvertes sur le jeun, l’avancée technologique des Elohims et de ses lectures croisées des textes sacrés où l’on devrait trouver trace de ces fameux êtres venus du ciel (oui, c’était un peu compliqué à suivre) :

    « Un jour, c’est un monsieur un peu bizarre comme moi qui m’a raconté que la vie sur terre avait été créée scientifiquement par une société extra-terrestre, les Elohims de la Torah hébreu : un masculin pluriel injustement traduit par le singulier « Dieu ». Et « Elohim », ça veut dire quoi s’il vous plaît ? Ceux qui sont tombés du ciel. »

    Visiblement, ils sont encore assez peu à adhérer à ces théories. Les passants ne s’arrêtent même pas pour lire les tracts que l’on vient de leur donner, pensant sûrement qu’il s’agit d’un flyer de promotion pour Carrefour.


    Docteur Piton et sa jolie médaille

    Les passants ne s’arrêtent même pas

    Pas blanc comme neige Mais n’est-ce pas surtout un coup de comm’ de s’attaquer au Pape de la sorte ? Non, répond en chœur le petit groupe : «On a une règle d’or, c’est de ne pas chercher à convaincre les gens mais on veut faire tout ce que l’on peut pour les informer.»

    Et les informer sur leur propre passé, ils y pensent ? Déjà, en 2006, Hayat el-Mountacir, l’auteur du livre « Les Enfants des sectes » relevait « des tentatives de théorisation de la pédophilie » dans les écrits de Raël. Un article du Parisien rappelait également que plusieurs membres du mouvement raëlien ont été soupçonnés d’actes pédophiles.

    C’est vrai que les écrits de Raël consultables sur le site de la Miviludes dans la rubrique les conséquences sur l’enfat du groupe sectaire , restent ambiguës :

    « Ne rien dire à ses enfants au sujet du sexe, c’est mal, leur expliquer à quoi ça sert, c’est mieux mais ce n’est pas encore suffisant : il faut leur expliquer comment ils peuvent s’en servir pour en retirer du plaisir. »

    bqhidden. Comment ils peuvent s’en servir pour en retirer du plaisir

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpres

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER