En ce moment

    23/05/2012

    Notre dossier sur la bouffe et les jeunes  

    Parce qu'il y a une vie après le Big Mac

    Par StreetPress

    La bouffe vous l'aimez comment ? Que vous soyez resto U ou poireaux à la crème, notre dossier ravira tous les goûts : vous allez croquer des grillons, glaner des denrées périmées et découvrir à quoi pensent les livreurs de pizza. Bon app' !

    Ah la nourriture… Thème de conversation formidable et intarissable. « On mange où ? » « Ah non c’est vrai, t’es relou à pas aimer le chèvre ! » « On se commande des sushis, j’ai la flemme… Non, j’en ai déjà mangé ce midi. » Et tous les jours, le refrain revient, rengaine routinière (« y’a des pâtes carbo au frigo ») et parfois surprenante (« mon cœur, j’ai réservé deux places au resto »). Qu’en fait-on, de cette passion commune pour la bouffe ? Certains se contentent de manger, d’autres en vivent, d’autres encore tripent complètement dessus.

    Ceux qui bouffent Dopés au fromage râpé ou accrocs au bio, les vrais djeuns n’ont pas forcément le cash pour manger tous les soirs au McDo. La pub vous avait fait croire qu’ils enchaînaient les barres chocolatées et les Big Mac : StreetPress est allé vérifer dans leurs frigos .

    Ambiance « vintage » ou « open-space », à chaque étudiant son Resto U. Avec notre Gault & Millau des meilleurs restaurants universitaires de Paris , plus aucune chance de se retrouver en dèche de mayonnaise. On les a tous testés et on vous dit même où manger du colombo de porc. Miam ! Et si 3,05 euros pour la cantine de la fac, c’est toujours trop cher pour vous, direction le marché de Wazemmes, à Lille, où « les glaneurs » s’organisent pour faire de la récup’ en équipe .

    Ceux qui vivent de la bouffe Livreur de pizza, un métier pour tocard ? Pendant que Monsieur est devant la télé, M. Pizza Rabbit a déjà récupéré le numéro de madame qui est allée lui ouvrir la porte. Pour faire ce métier, il faut être malin sinon vous risquez de vous faire voler vos pizzas. Et peut-être votre mobylette. StreetPress a aussi passé une formation de vendeur de cacahuètes à la sortie du métro . Et passée la barrière de la langue, on se dit qu’on pourra toujours se reconvertir.

    Ceux qui tripent sur la bouffe Manger des insectes, c’est la bouffe du futur. Si si. N’écoutant que son courage, StreetPress a crash-testé la quiche aux vers de terre. Il a fallu importer les insectes vivants, les faire cramer à 200 degrés pour finir par les sentir craquer sous le palet. A lire le plus éloigné possible d’un repas.

    C’est un moyen de planer en toute légalité : aller faire des randos, le ventre vide, et se purifier toute la journée en avalant thé sur infusion. Grâce aux cures de jeûne, vous aurez l’impression d’être drogué sans rien consommer. C’est meilleur pour la santé qu’une vraie barrette, mais c’est (beaucoup) plus cher : entre 1.500 et 2.000 euros la semaine de cure.

    Allez, il est l’heure de se mettre à table !

    > A lire dès jeudi

    Dans le frigo des vrais djeuns
    Les cures de jeûne : un moyen de planer en toute légalité

    > A lire dès vendredi

    Top 10 : La carte des meilleurs restos U de Paris
    « Paternaliste », « équitable » : A Lille, la tente des glaneurs divise les amateurs de récup’ alimentaire

    > A lire dès samedi

    Crash test : j’ai mange une quiche aux vers
    A quoi pensent les livreurs de pizza ?

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Nous avons besoin de 80 000 euros avant le 2 décembre pour finir l'année. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER