En ce moment

    19/06/2012

    Elle a créé le site qui permet de faire une cagnotte en ligne pour le birthday de ton pote

    Céline Lazorthes, boss de Leetchi.com : « L'idée m'est venue en organisant le weekend d'intégration de mon master »

    Par Céline Mouzon

    A 29 ans, Céline Lazorthes est une jeune à suivre. Son site Leetchi.com permet d'organiser ses cadeaux communs. Avec 20 employés, 300.000 utilisateurs et des millions d'euros de levés, le leetchi se transforme en pastèque.

    Elle a la pêche ! Céline Lazorthes, 29 ans, dirige Leetchi . Une entreprise de fruits exotiques ? Que nenni ! Le site web des cadeaux communs. Finies les collectes interminables pour payer le cadeau d’anniversaire d’Hugo ou la soirée pour le Pacs d’Hélène et Virginie : il suffit de créer une cagnotte sur internet et d’inviter ses potes à cotiser. Le crédo ? « Les bons comptes font les bons amis ».

    BDE « L’idée m’est venue en organisant le weekend d’intégration de mon master HEC. La collecte d’argent a été une galère ». Le projet mûrit pendant l’année : « Cette idée m’a obsédée ! » Mener à bien des projets, elle connaît : après son bac, elle entre en prépa intégrée à l’Epita, une école d’ingénieurs, et monte la campagne du BDE. Elle en devient la présidente. Une première expérience qu’elle conforte ensuite avec des projets de comm’ en freelance, pendant ses études au Pôle Léonard de Vinci. Un petit tour chez eYeka, une boîte spécialisée dans la cocréation marketing en ligne, lui donne un aperçu solide de l’univers des start-ups.


    Céline Lazorthes | Bio express

    1983 : Naissance à Toulouse
    2001 : Bac S au lycée Fermat (Toulouse). Entrée à l’Epita (Kremlin-Bicêtre). Présidente du BDE.
    2003-2007 : Institut de l’internet et du Multimedia au Pôle Léonard de Vinci (La Défense)
    2006-2008 : eYeka, startut spécialisée dans la cocréation marketing sur internet
    2007-2008 : HEC master management et nouvelles technologies
    Novembre 2009 : Lancement de Leetchi

    Girafe à 20.000 euros Aujourd’hui, Leetchi tourne plutôt bien : plus de 300.000 utilisateurs et 20 employés. L’entrée en bourse ? « Dans quelques années ! », rigole-t-elle. L’entrepreneure, qui reste « toulousaine de coeur », surfe sur l’air du temps : colocations, pots de départ, weekends entre copains. Le résultat est parfois improbable : « La cagnotte la plus originale, c’était pour financer un cadeau de mariage qui était… une girafe ! C’était une grosse cagnotte, 20.000€. »

    Parrains Elle carbure au café-pizza. Et ne dort pas beaucoup. « Il faut se lancer ! C’est la plus belle aventure ! Mais ça demande beaucoup d’énergie. Et de pugnacité ! »
    Pragmatique, elle reste proche de ceux qui, parmi les premiers, lui ont fait confiance. Xavier Niel, le très médiatique patron de Free, et Oleg Tscheltsoff, le co-fondateur de Fotolia : des business angels qu’elle considère comme « des modèles de réussite ».

    L’association France Digitale et le think tank Renaissance numérique la comptent parmi les membres de leur CA. C’est que la jeune CEO travaille à la promotion de son secteur, l’économie numérique : « le recrutement est plus équitable ! Il y a plus de femmes, des tranches d’âge plus jeunes, plus de jeunes diplômés », s’enflamme-t-elle.

    World company Céline Lazorthes garde les pieds sur terre et s’entraîne pour le semi-marathon de Paris. Sans oublier un concert de-ci de-là. Le dernier en date ? Death Cab for Cutie , fin mai, au Trianon. Pendant ce temps-là, côté business, l’ascension continue. Sa dernière levée de fonds – 4 millions d’euros – lui ouvre les portes de l’international:

    « On annonce le lancement de Leetchi en Allemagne dans 15 jours. L’Angleterre sera pour la fin de l’année. »

    Sur le modèle de Leetchi, elle vient d’inaugurer Bankiwi, un site de tirelire en ligne pour les ados. Kiwi, leetchi…, creuser le sillon fait partie de la stratégie ? « Je voulais un nom court, facile à retenir et international. Et puis, les noms de fruits, ça a plutôt porté chance ! » Et d’évoquer Apple et Orange. Tout simplement.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER