En ce moment

    02/04/2010

    Pas à une contradiction près, les sites identitaires s’exilent hors de l’hexagone

    Le site « anti-immigration » Fdesouche.com n'est pas hébergé en France

    Par Robin D'Angelo

    Fdesouche.com, le site qui arbore un coq gaulois et dont la devise est « liberté, identité, sécurité » est hébergé… à l'étranger. Comme beaucoup de sites d'extrême droite ou anti-musulmans, susceptibles de tomber sous le coup de la loi

    François Desouche, le site d’extrême droite le plus populaire de France (24.000 pages vues par jour), n’est pas hébergé en France. « Identitaire » » et « nationaliste », ses créateurs ont pourtant choisi de l’installer aux États-Unis, dans la petite ville de Lansing au Michigan. Plutôt paradoxal pour un site qui stigmatise les étrangers qui s’installent en France, avec des titres d’articles plutôt tranchés : Marseille: La Bonne Mère transformée en Mosquée ou La vie en France de Soraya et Nesma: CMU, RMI, allocs…

    Hors de France, dur de condamner les propos racistes

    « Ces sites s’hébergent à l’étranger parce qu’il existe une loi anti-raciste en France depuis 1972 », explique à StreetPress, Marc Knobel chercheur au Crif et ancien responsable d’une association de lutte contre le racisme sur Internet : « Les propos racistes et antisémites sont considérés non comme des opinions mais comme des délits, et des actions en justice peuvent être intentées contre les directeurs de publication de ces sites.» Marc Knobel poursuit: «A partir du moment où ils sont à l’étranger, ils sont tranquilles. Les coordonnées que possèdent les hébergeurs étrangers ne peuvent pas être transmises aux services français ».

    Quitter l’Hexagone, un choix délibéré

    Parfois les sites en question se défendent de tout racisme. Même si beaucoup de textes frôlent la ligne jaune. « Comme leur modérateurs ne sont pas formés comme dans les grands médias, des propos racistes peuvent facilement se retrouver en ligne », estime Marc Knobel. « Soit par inattention, soit par convergence d’idées ». Partant, « il est clair que les sites en question choisissent un hébergement à l’étranger pour des raisons de sécurité et non de commodité ».

    Un site aux audiences pas anodines


    Avec 24.000 pages vues par jour, Fdesouche.com est le site plus couru à droite de la droite en ce moment.

    Ciao la préférence nationale

    Triste extrême droite. Une partie de la galaxie nationaliste du web s’est exilée à l’étranger pour éviter des poursuites sur le sol national. D’autant qu’il est aussi simple, en quelques clics de souris, de louer un serveur à l’étranger qu’en France. Du coup, dans la balance, face au risque juridique, la préférence nationale se fait bien vite oublier.

    Vous voulez en savoir plus ? Pas de chance, François de Souche n’a pas jugé bon de répondre à notre demande d’interview.

    02.04 – 23h00 Mise à jour
    Dernier paragraphe supprimé :
    Les sites cités, Novopress et Bloc-identitaire sont hébergés chez les mêmes prestataires que… StreetPress.com, à savoir la SAS OVH, à Roubaix (59). A propos de Nationspresse, son directeur Jacques Vassieux nous écrit pour signaler notre erreur, précisant “respecter la législation de notre pays”. Quant au site Voxnr, Christian Bouchet nous informe que “si l’hébergement est bien à l’étranger, c’est uniquement pour des raisons de coûts”. Délocalisation… économique ?

    Source: Robin D’Angelo | StreetPress

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER