En ce moment

    13 / 05 / 2010

    Le membre du bureau politique du FN en pleine parano

    Farid Smahi (FN): « Les franco-algériens feront sauter votre maison »

    Par Armelle de Rocquigny

    Sur StreetPress Farid Smahi s'en prend aux franco-algériens qu'il suspecte de vouloir «faire sauter la tour Eiffel». Rassurez-vous il n'a rien contre les maghrébins, il y a aussi «les franco-israéliens qui détournent des millions avec les banques»

    Le Festival du Film Uninvited a été créé en 1999 pour dénoncer « l’intolérance » – du sexisme quotidien aux conflits religieux – au travers de films indépendants. Et quand Farid Smahi, du bureau national du Front National arrive au cinéma Action Christine samedi à 20h, en tant qu’invité du festival, il s’exclame: « Intolérance: Ah, c’est pour nous ça ! ».

    Farid Smahi vanne sec devant un parterre d’intellectuels

    L’ancien conseiller régional du FN en Île-de-France a été invité pour participer à un débat sur la double nationalité. Avant, deux films sont projetés dans la salle de cinéma où il a pris place. Le premier de Felix Muralt raconte la galère des immigrés pour les visites médicales. Le second, Le petit prince de Jafar, de Javad Zeiny – réalisateur et président du festival – est une autobiographie: Celle d’un enfant iranien, qui a toujours rêvé d’être français.

    Visiblement ce dernier film a inspiré le militant FN. Au début de la projection quand des paysages de l’Iran apparaissent à l’écran, une voix off commente : « C’est mon pays, mon beau pays ». Farid Smahi sort l’artillerie lourde et s’esclaffe: « Bah t’avais qu’à y rester !». L’équipe qui l’accompagne est morte de rire.

    Farid Smahi, Bio Express

    12 Mai 1953: Naissance à Lyon. Son père est un ancien combattant d’origine algérienne ayant servi dans l’armée française pendant la Seconde Guerre Mondiale
    1996: Parution de son livre “Faut-il brûler les Arabes de France? Arabisme et francité, hier, aujourd’hui, demain”
    1997: Rencontre Jean-Marie Le Pen, après une carrière dans l’équipe de France water-polo et un travail d’éducateur sportif à Boulogne-Billancourt
    1998: Rejoint le FN et participe aux élections régionales à Paris en 4ème position sur la liste de Martine Lehideux
    1998-2004: Conseiller régional FN en Île-de-France
    Aujourd’hui: Membre du bureau politique de Front National et secrétaire départemental en Essonne

    Une venue qui fait polémique

    A la fin de la projection, le débat sur la double nationalité démarre entre Smahi, et le sénateur Nouveau Centre de Paris, Yves Pozzo di Borgo. L’association FASTI, qui lutte pour les droits des travailleurs immigrés, devait être présente mais a décliné l’invitation lorsqu’elle a appris la venue du frontiste. De prime abord, ce soir tout se passe plutôt bien. Le sénateur Pozzo di Borgo se montre même plus que courtois avec Farid Smahi. « Je suis très heureux de parler avec vous ce soir », déclare t-il en début de débat.

    De la provocation en guise d’arguments

    Mais rapidement, les choses s’enveniment. Il suffit de quelques minutes à Farid Smahi pour allumer le premier bucher. « J’affirme une nouvelle fois mon profond désaccord avec la binationalité. C’est un signe de trahison ». Il poursuit de plus en plus véhément: « Au même titre que nous n’avons qu’une seule mère, nous n’avons qu’une seule patrie ». La salle jusqu’ici plutôt silencieuse commence à alimenter le feu . « Et on n’a pas de père ? » s’exclame une des spectatrices. Un garçon au premier rang s’énerve et brandit son passeport américain: «J’ai un passeport américain et français, et pour cette raison je suis un traitre ? ». L’incendie démarre.

    « Que feront les binationaux algériens si une guerre du gaz éclatait avec la France? »

    Ils sont plusieurs à être venus plaider leur cause face aux thèses nationalistes du représentant du FN. Franco-bulgares, franco-marocains ou franco-irlandais, tous voient en la binationalité une forme de richesse.

    Farid Smahi sort de sa botte sa spéciale: « Que feront les binationaux algériens si une guerre du gaz éclatait avec la France? ». Sûr de son fait, il s’écrie: « Ils soutiendraient l’Algérie, bien sûr ! Ils auront pour mission de faire sauter votre maison, de faire sauter la tour Eiffel! » Et quand une femme l’accuse « d’avoir un sérieux problème avec le Maghreb », Smahi dément: « Non, je ne vise pas que les binationaux maghrébins, les israéliens sont concernés…en nombre. Ils volent des milliards par le truchement des banques». Même le sénateur Pozzo di Borgo, d’habitude diplomate, s’emballe : « Je ne peux pas vous laisser dire une chose pareille dans un pays des droits de l’Homme tel que la France! »

    M. Smahi a un message pour vous

    Alpagué en coulisse Farid Smahi a quand même un message de tolérance à faire passer aux binationaux: « Faites un choix. Pensez à vos enfants. Pensez à la France de demain. Éduquez vos enfants dans notre culture française ». Le mot de la fin revient à jeune militant FN qui s’insurge fièrement devant nous: « Et que fait on du racisme anti-blanc, anti-français ? Pourquoi n’en parle-t-on jamais ? »

    «Ils auront pour mission de faire sauter votre maison, de faire sauter la tour Eiffel!»

    «Les franco-israéliens volent des milliards par le truchement des banques»

    A lire aussi sur StreetPress: Farid Smahi (FN) en guest star du Festival de cinéma Uninvited

    Source: Armelle De Rocquigny | StreetPress

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress