En ce moment

    21 / 07 / 2011

    Les twittos à l'assaut du palais présidentiel de Carthage ?

    @ooouups, candidat à la Constituante tunisienne: « J'espère gagner le soutien de Slim Amamou »

    Par Mathieu Molard

    Hyper et cyber-activiste @ooouups alias Ali Gargouri a fait ses classes dans le parc des Buttes-Chaumont avec les sans pap' tunisiens. Pour porter le Hashtag #botzaris36 jusqu'en Tunisie il a décidé de se présenter à la constituante de septembre.

    Comme ça tu as décidé de devenir le nouveau Ben Ali?

    Oui c’est décidé, je vais me présenter à la constituante. Quant à devenir le nouveau Ben Ali, c’est plutôt le contraire… Je serai candidat comme « indépendant » avec une liste composée de personnes qui œuvrent dans l’ombre, des personnes neutres comme moi. Elle n’est pas encore finalisée donc pour l’instant je ne veux pas donner de noms, mais vous en saurez plus dans les prochains jours.

    T’es allergique aux partis?

    Ils n’ont aucune idée de ce qui se passe en Europe pour les expatriés. Je ne crois pas qu’ils peuvent porter la voix des Tunisiens de l’étranger. Nous nous sommes sur le terrain, aux côtés de ceux qui sont en difficulté. Les problèmes des sans papiers, comme ceux de Botzaris , je les connais. Quant à la vie d’un expatrié, avec toutes les complications économiques et administratives que ça comporte, je la vis. Ensuite, comme beaucoup de Tunisiens, je n’ai pas confiance en cette soi-disant nouvelle classe politique. Derrière les nouveaux visages, il y a trop souvent des caciques du régime de Ben Ali ou des Islamistes.

    Comme Mitterrand, tu as 100 propositions?

    100, pas encore, mais si je me présente c’est bien pour changer certaines choses. D’abord il faut en finir avec les mauvaises habitudes du régime précédent. Nous devons faire la lumière sur les relations qui existaient avec les différents pays européens. Arrêter de tout dissimuler, comme c’est toujours le cas en France à Botzaris (Ndlr: devenu soudainement « annexe d’ambassade », peut être en raison de la présence d’archives compromettantes) mais aussi dans tous les pays d’Europe. Tout reste opaque, il faut qu’à l’avenir il y ait une vraie transparence.

    Ensuite les Tunisiens sont constamment confrontés à des difficultés administratives. Internet notamment, pourrait grandement simplifier les démarches. Il y a d’autres choses toutes simples à faire, comme élargir les horaires d’ouvertures des consulats. Il faut aussi faciliter les investissements dans un sens comme dans l’autre.

    Troisième mesure, créer un organisme chargé d’accompagner chaque famille de tunisiens présente à l’étranger. Proposer des aides au retour pour ceux qui le désirent. Les accompagner dans leurs démarches et leur proposer des aides quand ils sont en difficulté. Les services sociaux ne doivent pas s’arrêter aux frontières de la Tunisie.

    Une aide au retour, faciliter les investissements: t’es de gauche ou de droite?

    La politique ne se définit pas forcément en ces termes… Je suis libéral, ce qui ne m’empêche pas de m’engager pour ceux qui sont en difficulté.

    Suivez @ooouups sur Twitter


    C’est plutôt chère une campagne, t’as gagné à l’Euromillion?

    Non malheureusement, mais il existe quelques aides. Je vais surtout essayer de faire avec peu de moyens. Je vais utiliser au maximum les réseaux sociaux . Le net peut être un excellent outil pour la démocratie. Pour autant, je vais essayer d’aller aussi le plus possible à la rencontre des gens.

    Tu proposes quoi pour tous tes électeurs twittos?

    Arrêtons toute forme de censure en Tunisie. Que ce soit pour diffuser du porno, critiquer l’armée ou le régime, chacun doit être libre. Après, certaines choses peuvent être condamnables. Mais il ne faut surtout pas censurer en amont. Laissons dire et jugeons après si c’est illégal. Et d’ailleurs n’hésitez pas à me critiquer, ça fait avancer le débat.

    Internet doit être intégré à nos institutions démocratiques. Pourquoi ne pas autoriser le vote en ligne? Le taux de participation serait plus élevé. De la même façon internet peut impliquer les gens plus directement dans la vie politique. Ne faisons pas les mêmes erreurs que la France: nos élus ne doivent pas être inaccessibles. Chaque élu devrait consacrer une part de son temps à échanger, sur des forums, avec ses administrés. En quelques sortes des cahiers de doléances permanents et interactifs. Les Tunisiens de l’étranger devraient ainsi pouvoir participer à la vie démocratique de leur ville d’origine.

    Parfois quand tu t’endors le soir, tu ne te sens pas un peu seul?

    J’espère ne pas le rester. Je veux rassembler les gens qui, comme moi, s’engagent au quotidien. J’espère aussi gagner le soutien d’autres indépendants comme Slim Amamou , avec qui je partage de nombreuses opinions (ndlr: alias @slim404 , hacktiviste et secrétaire d’état à la jeunesse et au sport dans le premier gouvernement post Ben Ali, il a depuis démissionné).

    Je suis libéral, ce qui ne m’empêche pas de m’engager pour ceux qui sont en difficulté

    bqhidden. Arrêtons toute forme de censure en Tunisie. Que ce soit pour diffuser du porno, critiquer l’armée ou le régime, chacun doit être libre

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER