En ce moment

    22 / 01 / 2013

    L'impact de leurs prêts étudiants sur leur portefeuille

    « Quand j'ai passé mon permis, je n'ai mangé que des patates pendant 3 mois »

    Par Elodie Font

    Une école qui coûte cher + des parents qui ne peuvent pas aider = un prêt étudiant. Et après ? Comment rembourser son prêt quand on est au chômage ? Comment gérer cette charge en plus ?

    Rétilia – Au chômage – Rembourse 236 € par mois

    Rétilia a 27 ans, vit entre Paris (chez sa mère) et Lyon (où elle et son futur mari viennent de signer un bail). Sortie d’une école de commerce, elle n’a eu aucun mal à avoir un prêt. Elle en a plus à le rembourser.

    Quand est-ce que t’as fait un prêt ? « En 2009, quand je suis rentrée en école de commerce (l’ESC de la Rochelle, ndlr). Avant, j’étais à la fac, ça me coûtait rien – surtout que j’étais boursière. Sauf que les écoles de commerce, elles s’en foutent que tu sois boursier ou non, c’est 8.000 € l’année pour tout le monde. »

    Ça t’a coûté 16.000 € en deux ans ? « Non, je pouvais pas me le permettre. J’ai payé de ma poche la première année, et la deuxième, j’étais en apprentissage, c’est ma boîte qui a payé l’école. Mais j’ai quand même dû refaire un prêt en deuxième année, parce que mon entreprise était à Laval, mon école à la Rochelle, je lâchais 800 € par mois pour les loyers de mes deux apparts. Mes parents me soutenaient, mais ils ne pouvaient pas nous payer des études – je dis « nous » parce qu’en plus, j’ai une sœur jumelle qui a fait une école de commerce au même moment que moi. »

    En tout, la banque t’a prêté combien ? « 12.000 €. Sur le coup, t’as l’impression de gagner au loto, mais faut pas se laisser emballer. Perso, je trouve qu’un prêt étudiant te rend plus réaliste, plus assidu en cours. Tu te dis, je viens de lâcher 8.000 €, je ne vais pas glander pendant un an. »

    Ça a été facile d’obtenir un prêt ? Oui, quand t’es dans une école de commerce, les banques se jettent sur toi. Pour eux, je pourrai le rembourser sans problème après mes études ! S’ils savaient ! Et encore, plusieurs fois pendant mes études, ils sont revenus à la charge pour s’assurer que je n’avais pas besoin d’un autre petit prêt. »

    Là, tu rembourses ton prêt jusqu’en 2017, 236 € par mois. Tu es au chômage depuis plusieurs mois, comment tu fais ? J’habite chez ma mère ! Et j’ai l’argent du Pôle emploi… Pour être honnête, je me prive, j’évite le shopping, je reste terre-à-terre. Je fais vraiment attention, surtout que je me marrie l’été prochain, faut absolument que j’économise.

    Je lâchais 800 € par mois pour les loyers de mes deux apparts

    Charlotte – 27 ans – A mangé des patates pendant des mois

    Charlotte, conductrice de travaux, rit de sa situation, un an et demi après être sortie de la zone rouge. Plus question de se priver autant qu’avant, même si elle a toujours deux prêts étudiants sur le dos.

    À quel moment t’as pris un prêt ? J’en ai fait un premier en 2006, à la sortie de mon BTS. Et un autre en 2008, à la fin de mes études. En tout, j’ai 9.000 € à rembourser – en comptant les intérêts. En licence, j’ai dû monter sur Paris, c’était la seule fac qui proposait ma spécialité (conductrice de travaux sur des monuments ou des sites historiques, ndlr). J’étais en alternance, ma fac à Paris, mon entreprise à Bordeaux, fallait que je paie deux apparts… Ma boîte me payait mais c’était pas gérable, et mes parents pouvaient pas m’aider.

    Ça n’a pas été trop compliqué de faire un prêt ? Non, parce que ma banquière était celle de ma mère, elle connaissait ma situation familiale – j’étais quand même boursière niveau 6. Mais la banquière savait que j’étais major de promo, que j’en voulais. J’ai réussi à avoir un prêt sans garant, mon garant c’était mon diplôme et mes bulletins.

    Tu rembourses combien par mois ? 50 € par mois pendant mes études, 100 € depuis. Je pourrais rembourser davantage par mois, mais je ne préfère pas. Là, je peux aller boire des coups, me faire des petits concerts, ne plus avoir l’impression de vivre comme une étudiante. Tant pis si ça étale dans le temps le remboursement. Quand j’ai mon 13e mois, je préfère économiser pour voyager plutôt que pour rembourser plus vite mon prêt.

    Tu te prives un peu dans ton quotidien ? Je me suis beaucoup privé, ça fait seulement un an et demi que je suis plus dans le rouge. Au moment où j’ai passé mon permis, je n’ai mangé que des patates pendant 3 mois. Mais vraiment que des patates ! Bon j’en mange encore pas mal, mais je n’ai plus aucun scrupule à me faire bien à manger ! Aujourd’hui, je regarde tout ça avec le fou rire, parce que j’ai connu bien pire comme période… Bien bien pire.


    > Encore 4 ans avant de la rembourser
    > Rembourse 100 euros par mois

    Mon garant c’était mon diplôme et mes bulletins

    Lucinda – 28 ans – Fait du vélib et boycotte les restos pour économiser

    Lucinda bosse dans une radio, un contrat fixe mais pas forcément le même salaire à la fin du mois. Si le mois se termine bien, pas de souci pour rembourser ses 196 € de prêt ; si son salaire est moins avantageux, tout devient plus compliqué.

    À quel moment t’as pris un prêt ? Quand j’ai commencé mon master… Avant, j’avais fait une licence à la Sorbonne, je vivais chez mes parents en région parisienne, je bossais de temps en temps, j’avais jamais trop eu de problèmes de thunes. Et puis quand j’ai commencé mon master à l’Iheal, j’en ai eu marre de faire 3h de trajet par jour, du coup, j’ai voulu me prendre mon appart sur Paris, être indépendante. Je sais que ça fait un peu caprice de fille de bourges, mais bon, sur le moment, j’en avais très envie. Mes parents ont dit ok, mais tu te concentres sur tes études et tu ne bosses pas à côté.

    T’as emprunté combien ? 12.000e, pour tenir deux ans (dont une partie de mes études en Colombie). Je me faisais des virements au début du mois, 1.000e quand j’étais à Paris, 500e quand j’étais en Colombie. Pour deux ans, honnêtement, 6.000e, c’est très juste.

    C’est quoi l’impact de ce prêt sur ton quotidien ? C’est 196 € par mois qui partent vers la banque directement. C’est faire toujours très attention à mes dépenses – surtout quand t’habites à Paris et que ton salaire n’est pas hyper haut… Là, en ce moment, ça fait deux mois que je ne me suis pas fait un resto, que je vais pas dans les bars et que je me suis pas acheté une fringue alors qu’il faut absolument que je remplace mon jeans. Mais tu vois, là, j’ai dû appeler SOS médecins, bam, 50 € d’un coup, et puis j’ai invité mon père, et voilà il me reste quelques dizaines d’euros pour vivre jusqu’à la fin du mois. Et je ne veux surtout pas partir en négatif, ça je le vis trop mal, quand ça m’arrive, ça m’angoisse, je dors trop mal.

    T’avais envisagé que ce serait compliqué de le rembourser ? Oui, oui, j’étais au courant. Mais à l’époque, je pensais que mes parents pourraient assurer au cas où, bon au final c’est plus compliqué que ça. Mais le bon côté, c’est que ça m’oblige à faire du vélib pour rentrer chez moi : 50 minutes de vélo par jour, c’est pas mal, non ?

    Là, en ce moment, ça fait deux mois que je ne me suis pas fait un resto

    Sara – 25 ans – 8.000 € à rembourser pour une école de mode

    Passionnée de mode et de marketing, Sara s’est décidée à faire une école parisienne qui alliait les deux. Une école qui a un coût : 7.000 € l’année. Aujourd’hui, si elle rembourse son prêt, c’est grâce à ses parents.

    T’as fait un prêt pour financer ton école ? Oui, c’était 7.000 € l’année. Mes parents en ont payé une, j’ai fait un prêt pour l’autre année. Mes parents voulaient que ça me responsabilise.

    Tu as commencé à le rembourser ? Oui, en août dernier – j’ai fini mes études l’été dernier. Le problème, c’est que je n’ai pas encore trouvé de boulot, du coup, j’ai demandé à ma banque de pouvoir commencer à rembourser le prêt dans quelques mois, mais ils n’ont pas voulu. Et là, du coup, c’est hyper compliqué, parce que je n’ai pas de revenus, et je dois rembourser 250 € par mois.

    Comment tu fais ? Heureusement que mes parents sont là… pour l’instant, ils le remboursent pour moi. Sauf pour le mois de janvier, j’ai réussi à le payer moi-même ! Pour l’instant, ils peuvent m’aider, mais ça ne va pas durer, j’ai ma petite sœur qui commence ses études en septembre et puis, même, il faut que j’arrive à le rembourser, ce prêt ! Je ne peux pas continuer à faire que mes parents se serrent la ceinture. Je peux te dire que le jour où j’aurai de l’argent, j’offrirai un bête de voyage à mes parents !

    Pour toi, le prêt, c’est une source d’angoisse ? Oui, dès le début, je trouvais qu’un prêt, ça faisait super peur parce que t’as pas le droit à l’erreur, il faut que tu trouves un boulot super vite. Et puis je ne pensais pas que la banque refuserait de repousser mes remboursements à dans quelques mois… je me suis pas assez renseignée dès le départ, j’ai fait trop confiance.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress