En ce moment

    24 / 10 / 2016

    La police ne vient plus et même les ordures ne sont pas toujours ramassées…

    La Noue, le quartier abandonné de Montreuil

    Par Arthur Frayer-Laleix , Michela Cuccagna

    Coralie habite la cité de la Noue où le quotidien n’est pas rose tous les jours entre incivilités et abandon des services publics. Pétition et ramassage des ordures, les habitants s'organisent.

    Montreuil (93) - Elle ralentit le pas devant l’arrêt de bus désert, là où s’arrête d’ordinaire « le 122 » de la RATP. L’abribus de la rue des Clos-Français, dans la cité de La Noue, est vide en ce petit matin du mois d’août :

    « C’est ici que les jeunes s’installent en fin de journée… Ils se posent là avec des canettes et applaudissent les mini-motos qui passent… »

    Elle marque une pause. « Et les mini-motos, elles passent TOUTE LA SOIREE. » Les trois derniers mots claquent bien haut, bien fort, bien bruyants dans l’air piquant du matin. Les flics ? Ils sont aussi absents que les mini-motos sont bruyantes, dit-elle.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/1_8.jpg

    Bienvenue dans les cités où la police ne va plus... / Crédits : Michela Cuccagna

    Coralie a 38 ans, des cheveux très noirs et la tête bien vissée sur les épaules. Elle a aussi la très désagréable sensation d’avoir un moteur de 125 cm3 qui lui ronronne dans le crâne depuis le mois de juin. A la fin du printemps, quand les jours ont commencé à rallonger et à sentir bon l’été, elle a vu tout à coup un ballet de motos et de quads débouler sous les fenêtres de l’appartement qu’elle venait juste d’acheter dans la cité :

    « Ca commençait à 17 heures et cela pouvait durer jusqu’à 2 heures du matin. »

    Elle a eu beau aller parler aux jeunes motards, prévenir la police et alerter plusieurs élus locaux. Rien n’a changé. Pour la première fois de sa vie, elle s’est sentie comme une citoyenne de seconde zone :

    « Comme si les services publics dont fait partie la police ne s’appliquaient pas ici. »

    Une pétition en guise d’appel à l’aide

    Alors au mois de juillet, Coralie a, avec Florence, une autre habitante de la cité, rédigé une pétition dont le titre se détache en grosses lettres noires sur le papier blanc qu’elles ont photocopié : « Rodéos, délinquance et incivilité à La Noue/Clos-Français ». Une pétition pour dénoncer les rodéos incessants dans ce quartier pauvre et à l’écart du centre-ville. Pour pointer aussi les « incendies de voitures », le « trafic de stupéfiant », les « dépôts d’ordures »… Et, plus globalement, pour interpeller sur ce que les deux femmes considèrent être un abandon généralisé de leur cité par les politiques et les flics.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/2_9.jpg

    Les deux amies en ont ras la capuche ! / Crédits : Michela Cuccagna

    « Il y a eu une grosse dégradation du quartier depuis dix ans », juge Florence, 46 ans. Elle a les yeux clairs et des boucles d’oreille comme les bohémiennes en portent dans les livres d’image. Florence vit dans le quartier depuis toujours. Sa fille y a grandi. « La ghettoïsation est un processus lent. » Un matin, dans le parking souterrain où elle se gare, Florence retrouve sa Peugeot 308 sur des parpaings… On lui avait volé les roues durant la nuit. Une autre fois, c’est la calandre avant qu’on lui subtilise. « Je m’en suis rendu compte en partant travailler. » Elle ajoute :

    « Les types viennent et se servent sur les voitures des pièces qui leur manquent. Mon assurance était ravie. »

    Le texte de la pétition se termine par une mise en garde : si les politiques ne continuent à penser qu’à leur pomme, à délaisser les habitants des quartiers populaires, c’est un « embrasement civil, social et politique imminent » qui se dessine.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/9_3.jpg

    Sympa la déco'! / Crédits : Michela Cuccagna

    Les deux femmes espéraient 500 signatures. Plus de 7.000 personnes ont paraphé la pétition. Des habitants de la Noue. Des gens d’ailleurs aussi, qui ont vu dans la description de la Noue, la même chose que dans leurs quartiers à Grenoble, à Amiens, à Marseille… Soudain, Coralie et Florence ont eu l’impression de mettre le doigt sur quelque chose de plus profond que cette simple histoire de mini-motos pétaradantes. Comme si leur pétition avait dévoilé d’un seul coup la fracture béante entre toute une partie de la population coincée dans les cités et les pouvoirs publics.

    La police ne vient plus

    IAM Demain c’est loin


    A la mairie de Montreuil, on se dit très surpris de la pétition et de son ton. Philippe Lamarche, l’adjoint à la tranquillité publique, dit « ne pas se reconnaître dans le texte » :

    « La Noue est un territoire qui vit socialement. Il y a près de 25 associations dans le quartier : un théâtre, une crèche associative, une brocante, un instrumentarium… Tous les quartiers de la ville n’ont pas la chance d’avoir ce tissu associatif. »

    Il dit aussi que l’Etat, la région, la ville ont mis un paquet d’argent pour la rénovation urbaine du quartier. C’est vrai. Près de 8 millions d’euros doivent être posés sur la table pour redessiner les rues et les espaces verts de la cité. Mais il est aussi vrai que repeindre les murs, seul, n’a jamais suffi à changer les choses. IAM le clamait déjà en 1997 dans Demain c’est loin :

    « Les élus ressassent rénovation, ça rassure. Mais c’est toujours la même merde derrière la dernière couche de peinture. »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/7_6.jpg

    Même un coup de peinture, ça serait déjà pas mal... / Crédits : Michela Cuccagna

    Sur le carnaval de mini-motos et de quads dans la cité, l’élu est plus circonspect :

    « Il y a une directive de la préfecture de police qui interdit à la police de prendre en chasse les deux roues pour ne pas provoquer d’accident. »

    La chasse pourrait tourner au drame. Comme à Villiers-le-Bel en 2007, quand deux ados sont morts percutés par une voiture de police et que la ville s’est embrasée durant plusieurs jours.

    Conséquence : la police ne vient pas. Ou ne vient plus. Sabine, une retraité de 62 ans en chemisier bleu et blanc, appelle en moyenne le commissariat 2 à 3 fois par mois. En plus des mains courantes qu’elle a déjà déposées plusieurs fois. « Ca ne sert à rien. Au téléphone, le commissariat dit qu’une voiture passera dès qu’il y aura un véhicule de disponible. Mais aucun policier ne passe jamais. » Elle vit à la Noue depuis trente ans. Quand elle a su que StreetPress venait, elle a écrit sur une feuille de papier la liste de ce qui ne tourne pas rond dans la cité. Une liste de problèmes comme on écrirait une liste de course. Au sujet de la police, éternelle absente de la cité, Florence a le même sentiment : «Les policiers ont baissé les bras. Ils ont peur. » A force d’appeler le commissariat, Florence a fini par enregistrer le numéro sur son téléphone portable.

    Philippe Lamarche, l’élu à la tranquillité publique, préfère parler du « manque de moyens ». Le commissariat de Montreuil compte 160 policiers, dit-il. « Seize autres devraient les rejoindre bientôt. » Cela reste peu pour un commissariat qui chapote les 100.000 habitants de Montreuil et plusieurs villes voisines. « Montreuil comme le reste de la Seine-Saint-Denis à moins de policiers par habitant que Paris. Est-ce que c’est normal ? », questionne l’élu. Sabine la retraité se désole :

    « On se sent abandonné… »

    Elle ajoute presque aussitôt après :

    « Ceux qui font du bruit et font des problèmes sont aussi des jeunes oubliés. »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/4_5.jpg

    Ils ont des Autolib', de quoi se plaignent-ils? / Crédits : Michela Cuccagna

    Les riverains s’organisent pour ramasser les poubelles

    A la Noue, les soucis ne se limitent pas aux motos. La pétition de Coralie, Florence et les autres pointe aussi la « pollution des espaces publics par des dépôts d’ordures ». De fait, quand on se promène dans le quartier à la mi-août, les poubelles s’entassent aux quatre coins de la cité. Par dizaines. Par kilos. Un pot pourris de sacs plastiques, de restes de légumes, de cuvettes de chiotte, de machines à laver le linge HS et de carcasses métalliques de lit, de vélo et d’on-ne-sait-trop-quoi. Trop rarement ramassés au goût des habitants. « On demande uniquement la propreté et le respect », dit Sabine la retraité.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/5_5.jpg

    Les poubelles s’entassent aux quatre coins de la cité. / Crédits : Michela Cuccagna

    Sur le trottoir, un monsieur en jogging gris et en tongs de plage fait pétiller son œil. Il dit avoir trouvé la solution :

    « Avec les habitants de mon immeuble, on s’organise une fois tous les mois pour ramasser et dégager toutes les poubelles. »

    Il ajoute sur le ton de l’évidence : « Ben oui, si on le fait pas, personne le fera à notre place. » Et le ramassage prévu et financé par la collectivité ? La question le fait sourire.

    « On fait un gros travail de ramassage des détritus », assure pourtant Philippe Lamarche, à la mairie, qui rappelle que c’est à la communauté d’agglomération de s’en occuper. Contre les dépôts sauvages, des agents municipaux circulent dans toute la ville pour coller des PV, dit-il. « L’amende peut monter à 1.300 euros en cas de récidive. » Pour l’élu, les poubelles qui s’entassent dans la cité ont aussi une autre cause :

    « Certaines entreprises du BTP viennent déverser leurs gravats à la Noue et dans les autres quartiers. Cela leur évite de payer la déchetterie. Il faut les prendre en flagrant délit ce qui n’est jamais évident. C’est un vrai problème dans toute l’Ile-de-France. »

    Les commerces ont presque tous fermé

    La galerie marchande, au cœur de la cité, a des allures de ville fantôme. Des toiles d’araignées descendent du plafond. Presque plus personne n’y vient y faire ses courses. Pour y acheter quoi de toute façon ? Le rideau métallique du marchand de journaux est baissé depuis des années. Ceux de la plupart des autres commerces aussi. Quand on y passe à 9 heures ce matin d’août, il n’y a que l’épicerie d’ouverte. Le patron est en train de ranger des cagettes de melons et de tomates. Tout devant, trois bonhommes descendent des Kronembourg de bon matin.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/6_5.jpg

    La galerie marchande... / Crédits : Michela Cuccagna

    Pour faire leurs courses, les habitants vont ailleurs, au Auchan de Bagnolet ou dans les supermarchés hors du quartier. « Mais pas au Monoprix », dit Lauriane, la fille de Florence, « c’est trop cher pour y faire toutes ses courses ». La jeune fille de 18 ans porte des bracelets brésiliens et du verni rouge sur les ongles. Elle est en terminale L dans un lycée de Paris.

    Certains diront que la pétition n’est que le coup de sang de quelques énervés. Pourtant, aucun de ces soucis – les motos, les poubelles, la petite délinquance… – ne sont neufs. Depuis dix ans, ils sont quasi-systématiquement évoqués à chaque conseil de quartier. Streetpress s’est amusé à en éplucher les comptes-rendus : En 2007, le conseil évoque « des motos et des scooters [qui] traversent la galerie », « des propriétaires de chien [qui] laissent leurs animaux se soulager dans le passage » et « des accès au parking jonché d’immondices ». En 2009, on parle de voitures « abandonnées ou volées » qui occupent les places de stationnement du quartier et d’une femme dont « 18 plaintes ont été enregistrées au commissariat ». En 2015, on évoque encore les « dépôts d’ordures » et « les rats [qui] se promènent en plein jour » tout en se félicitant qu’un réseau de « trafiquants » ait été démantelé. Presque du banal.

    On accuse encore les immigrés

    Dans son salon inondé de soleil, Coralie sert un café dans de petites tasses blanches. La pétition qu’elle a initiée a aussi été mise en ligne :

    « Les commentaires que j’ai lus sur le web m’ont fait peur ! Il y a au moins un tiers de remarques racistes et anti-immigrés ! J’ai dû rajouter un avertissement disant clairement que toutes les remarques de ce genre seraient supprimées. »

    Depuis, le rythme des signatures a ralenti. Coralie étire une moue fatiguée :

    « C’est effrayant, on sent un immense sentiment d’abandon d’une grande partie de la population. »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/8_3.jpg

    Certaines personnes à Montreuil lui ont reproché de « faire-le-jeu-du-FN ». / Crédits : Michela Cuccagna

    Certaines personnes à Montreuil lui ont reproché de « faire-le-jeu-du-FN » avec sa pétition. La jeune femme soupire :

    « Il faut bien parler des problèmes qu’on rencontre dans le quartier. Sans faire de politique partisane. Ceux qui me reprochent les problèmes qu’on voit tous les jours ne voudraient pas venir vivre à la Noue. C’est tellement hypocrite. »

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress