En ce moment

    01 / 02 / 2018

    L'Action Française est morte, vive l'Action Française

    Le journal de l'Action Française cesse de paraître

    Par Mathieu Molard , Yann Castanier

    Faute d'écus dans les caisses, le dernier canard royaliste de France met la clé sous la porte... pour le moment. « Nous allons relancer une publication avant la fin de l'année », annonce le secrétaire général du mouvement politique du même nom.

    Sale semaine pour les camelots. Le 28 janvier, le ministère de la Culture annonçait le retrait de l’écrivain monarchiste et antisémite, Charles Maurras, du « Livre des commémorations nationales 2018 », la liste officielle des personnalités commémorées par l’État. Quatre jours plus tard, l’unique canard qui se revendique de son héritage, l’Action française 2000, met la clef sous la porte.

    Dans son dernier édito, Français Marcilhac évoque des « problèmes financiers que nous ne pouvons plus éluder ». Le bimensuel monarchiste, relancé en 1998 par le Centre royaliste d’Action française (Craf), était l’organe de presse du mouvement politique du même nom. Il reprend le nom du quotidien, un temps dirigé par Charles Maurras, lancé en 1908 et interdit à la Libération. Disponible dans certains kiosques, l’Action française 2000 était surtout vendu à la criée par les militants royalistes.

    A l’extrême droite, beaucoup, comme Renaud Camus, le théoricien du grand remplacement, regrettent déjà la disparition du périodique. Seul Jérôme Bourbon, le red’ chef de Rivarol, le seul hebdomadaire pétainiste de France, ne semble pas vraiment ému. Le canard des camelots n’était plus assez antisémite à son goût.


    Le journal pourrait renaitre

    Si le journal cesse de paraître, l’organisation politique ne disparaît pas pour autant. Elle a même plutôt le vent en poupe et son secrétaire général, François Belker revendique aujourd’hui 3.000 adhérents :

    « Une progression de plus de 50% en 5 ans, l’Action française ne s’est jamais aussi bien portée. »

    Le mouvement politique lance même au mois de février sa propre maison d’édition et promet un retour prochain du canard sous une nouvelle forme :

    « Nous allons relancer une publication avant la fin de l’année. »

    Photo de Yann Castanier : le responsable des jeunes de l’Action Française tend un exemplaire de l’Action Française 2000 au comte de Paris, Henri d’Orléans, prétendant au trône de France.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER