En ce moment

    10 / 01 / 2019

    Le jeune homme a porté plainte

    Un sans-papier soudanais accuse la police de lui avoir fait subir « une véritable séance de torture »

    Par Tomas Statius

    Au Centre de rétention administrative de Oissel puis à l’aéroport de Roissy, des fonctionnaires de la police auraient violemment passé à tabac Ali, 23 ans (2), Soudanais en situation irrégulière.

    Le 19 décembre (2), quand Ali (1) a vu cinq policiers se pointer devant sa chambre au Centre de rétention de Oissel, non loin de Rouen, le jeune homme était loin de penser qu’il s’apprêtait à vivre un tel calvaire. Devant un agent de police judiciaire, dans une plainte que StreetPress a pu consulter, ce sans-papier soudanais raconte les brimades, les insultes, les coups que lui ont portés les policiers chargés de son expulsion. Des mots crus et rudes, rares dans la bouche de réfugiés, plutôt enclins d’habitude à minimiser les agressions qu’ils subissent :

    « C’était une véritable séance de torture. »

    Le membre d’une association de soutien aux réfugiés renchérit :

    « Quand je l’ai vu, je ne l’ai pas reconnu. J’ai honte de ce qui s’est passé. »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/torture.png

    Extrait de la plainte / Crédits : DR

    Expulsion attendue

    Le 19 décembre, cela fait plus de 40 jours qu’Ali est enfermé au Centre de rétention. Sa demande d’asile a déjà été refusée par l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), tout comme par la Cour nationale du droit d’asile. Le jeune homme a déjà rencontré les officiels de l’ambassade du Soudan, étape obligatoire avant un renvoi vers Khartoum.

    Au dernier jour de rétention, la tentative d’expulsion était donc attendue. Elle intervient en plein milieu de la nuit, raconte Ali le lendemain des faits au commissariat central de Rouen. « Hier, il y a 5 policiers qui sont venus me voir au centre de rétention administrative pour me déplacer » :

    « Ils m’ont enfermé dans une petite pièce dans le noir. J’ai eu peur, je me suis recroquevillé. »

    C’est alors que les policiers auraient commencé à le frapper, raconte Ali. Il décrit précisément l’enchaînement des faits. D’abord, « la serviette » que les fonctionnaires lui auraient mis sur le visage, comme pour lui cacher la vue. Puis « les coups de pieds » et les « coups de poing » jusqu’à son départ pour l’aéroport de Roissy à cinq heures du matin :

    « On m’a mis des coups sur tout le corps (…) c’était une véritable séance de torture. »

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/perdu_connaissance.png

    Extrait de la plainte / Crédits : DR

    « J’ai perdu connaissance »

    Ali est finalement transféré à l’aéroport de Roissy. Sur place, un avion l’attend pour le renvoyer au Soudan, son pays d’origine. Le jeune exilé craint plus que tout le retour dans la dictature. Il s’en est ouvert à plusieurs camarades d’infortune du centre de rétention de Oissel. Arrivé sur place, il refuse de sortir de la voiture de police qui l’a transportée, raconte-il dans une seconde déposition :

    « Les policiers m’ont sorti par la force du véhicule. »

    Ali voit les avions. Il se met à courir mais est rapidement rattrapé par les policiers :

    « Un policier m’a fait une balayette et un autre m’a poussé avec sa matraque après je suis tombé au sol. Puis on m’a frappé et j’ai perdu connaissance. »

    Assisté d’un traducteur, Ali raconte calmement la suite. Comment un policier l’aurait « traîné (…) jusque dans une pièce », avant qu’un autre lui mette « un morceau de fer dans la bouche pour le forcer à ouvrir [la bouche, ndlr] ». Pendant ce temps, un troisième fonctionnaire l’aurait « forcé à boire de l’eau ». Selon le jeune homme, c’est seulement l’intervention d’un médecin qui met fin à ce pugilat. Ali est alors mal en point :

    « Je saignais du nez. Un médecin est venu, il m’a osculté (…) Il a dit que j’avais un problème au coeur et que j’étais intransférable. »

    Ali est finalement ramené au centre de rétention avant d’être libéré. Dans sa déposition, il se montre déterminé :

    « Je suis choqué du comportement particulièrement violent de la police aux frontières à l’aéroport. »

    Contacté par StreetPress, le parquet de Rouen n’a pas donné suite à nos demandes d’interview. La photo principale est une image d’illustration, les personnes représentées ne sont donc pas celles mises en cause.

    (1) Prénom modifié à la demande de l’intéressé.

    (2) Edit le 10 janvier à 17h20 : contacté par StreetPress, Ali affirme que les policiers ont mal pris en note plusieurs éléments de sa plainte. Les faits se seraient déroulés le 19 décembre et non le 20 comme cela a été écrit. Il est âgé de 23 et non 18 ans.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress