En ce moment

    21 / 05 / 2019

    L’ancien membre de la Ligue de Défense Juive avait fui en Israël

    Affaire Bourarach : Dan Lampel extradé en France, un nouveau procès en décembre

    Par Johan Weisz

    Un nouveau procès va se pencher sur la mort de Saïd Bourarach. Le principal accusé, Dan Lampel, condamné en 2015, avait fui en Israël. Il a depuis été extradé d’Israël vers la France, selon des informations obtenues par StreetPress.

    Dan Lampel, ancien membre de la Ligue de défense juive (LDJ) condamné pour violence volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner de Saïd Bourarach sera rejugé en décembre prochain. Deux sources proches du dossier confirment l’information à StreetPress. Le vigile Saïd Bourarach avait trouvé la mort le 30 mars 2010, à l’heure de la fermeture du magasin de bricolage dont il assurait la sécurité. Il avait été pris à partie par Dan Lampel, un ancien membre de la Ligue de Défense Juive, qui avait appelé en renfort trois autres proches. Le corps sans vie de Saïd Bourarach avait été repêché le lendemain dans le canal de l’Ourcq.

    Le jour du verdict, le principal accusé Dan Lampel avait pris la poudre d’escampette pour s’installer en Israël. Mais contrairement à un mythe qui a la vie dure, Israël extrade bel et bien ses ressortissants. Selon les informations de StreetPress, au terme d’une longue procédure, Lampel a bien été extradé vers la France, en janvier dernier.

    Un premier procès en 2015

    En mars 2015, la cour d’assises de Bobigny se penche, huit jours durant, sur les minutes qui ont précédé la mort de Saïd Bourarach. Les quatre accusés sont condamnés pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, avec les circonstances aggravantes que les faits ont été commis en réunion, et avec usage d’une arme.

    À LIRE AUSSI : « La Ligue de Défense Juive, en vrai »

    Le principal accusé, Dan Lampel, était condamné à neuf ans de prison. Mais alors qu’il comparaissait libre, il avait filé en Israël quelques heures avant que le tribunal ne rende son verdict.

    Dan Lampel extradé en janvier vers la France

    Lors de sa fuite en Israël, Lampel pose ses valises dans la cité balnéaire de Netanya où il vit d’embrouilles, de petits braquages et de trafics. Quand Israël reçoit la demande d’extradition française fin 2016, les autorités n’ont pas de mal à localiser Lampel. Il y est déjà incarcéré, mis en cause dans une affaire de stups !

    Entre temps, les proches de Lampel se mobilisent en Israël, pour essayer de bloquer la procédure d’extradition. L’affaire Bourarach y devient « l’affaire Dan Lampel », du nom d’un documentaire diffusé à la télévision israélienne, qui assure que des menaces pèsent sur la vie de Dan Lampel s’il venait à être incarcéré dans une prison française, où « la majorité des détenus sont musulmans », comme l’assurait un de ses frères face à la caméra de la 2e chaîne de télévision israélienne, Aroutz 2. Après la décision d’un tribunal israélien de procéder à l’extradition, la famille avait déposé un recours devant la Cour suprême. Celui-ci a été rejeté en mai 2018. Fin du game. Depuis janvier 2019, Dan Lampel est incarcéré dans une maison d’arrêt en Île-de-France.

    Un nouveau procès du 10 au 13 décembre

    Le principal accusé de l’affaire Bourarach comparaîtra une seconde fois devant la cour d’assises de Seine-Saint-Denis, du 10 au 13 décembre prochain. Même s’il a déjà été condamné, Lampel qui était en fuite au dernier jour du procès sera donc rejugé à sa demande, profitant d’une disposition récente qui l’y autorise. Une avocate des parties civiles, jointe par StreetPress, explique que ses clients sont « tombés de l’armoire lorsqu’ils ont appris la nouvelle. C’est difficile de se dire qu’on va devoir revivre cela une seconde fois », explique-t-elle à StreetPress. Quant aux deux condamnés de l’affaire présents lors du procès de 2015, ils ont désormais purgé leurs peines et sont sortis de prison.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER