En ce moment

    22/10/2021

    Il n’y avait pas que Zemmour et son fusil sniper

    Top 5 des technologies flippantes vues à Milipol

    Par Christophe-Cécil Garnier

    Milipol, c’est LE grand raout mondial pour « la sûreté et la sécurité intérieure des États ». On y expose des armes dernier cri ou le top de la reconnaissance faciale. Focus sur cinq de ces technologies qui peuvent être inquiétantes.

    Chaque année, le gratin des entreprises de surveillance, d’armements et de répression s’expose au salon Milipol, au palais des expositions de Villepinte (93). Dans les couloirs, 30.000 visiteurs et 170 délégations étrangères vont voir le presque millier de stands où la devise principale, énoncée par Gérald Darmanin lors de l’inauguration, est : « La sécurité, première des libertés ». Une sorte de Noël avant l’heure pour les férus de technologies liberticides et candidats à l’élection présidentielle face à tous ces nouveaux jouets.

    StreetPress a croisé le chien-robot tueur de la série Black Mirror. On s’est vu, comme les autres journalistes, refuser l’entrée au stand Alsetex, qui fabrique notamment les LBD. Sur le salon était également présente l’entreprise Cellebrite, producteur des logiciels qui fouillent dans vos portables et qui sont désormais installés dans plus de 150 commissariats. Bref, il y avait du beau monde. StreetPress s’est focalisé sur cinq technologies qui se veulent être l’avenir de l’armement et de la surveillance, et qui ne nous ont pas rassuré…

    1/ Les armes « non-létales » de Byrna

    « Ça ressemble à un flingue, ça fonctionne comme un flingue, mais c’est fait pour être non-létal. » Sur le site internet de Byrna, la phrase d’accroche se veut moyennement rassurante. Les armes de cette entreprise, créée en Afrique du Sud mais qui a connu son succès aux États-Unis, sont censées être destinées à l’auto-défense. Similaire à un pistolet, le calibre tire par air comprimé des billes de 18 millimètres de diamètre, comme au paintball. Sauf qu’à la différence du jeu de tir, les billes ne contiennent pas de peinture mais du piment ou du poivre à l’intérieur. Leur produit phare : la « Byrna max ». Un « mélange exclusif de poivre et du gaz lacrymogène le plus puissant ». Un cocktail qui ferait sacrément mal en manifestation. Sur le stand, un quadragénaire imposant et chauve détaille avec entrain :

    « Si vous touchez l’épaule ou le ventre, la douleur pour la personne va être similaire à une balle. Elle va regarder et se prendre tout le poivre dans les yeux. Avec ça, elle est aveugle pendant 15 à 20 minutes ! »

    Sacrée vision du maintien de l’ordre. Car l’arme a beau être maniée par des civils aux USA, elle est surtout très utilisée par les forces de l’ordre au Chili, au Panama ou à Hong Kong. Et bientôt dans nos rues ? Du côté du stand, on confie que Byrna lorgne sur le marché européen et français…

    2/ Les robots patrouilleurs

    En théorie, le Thalamus est une petite partie du cerveau humain. Mais au salon Milipol, c’est une grosse machine de deux mètres de long et de 250 kilos, flanquée de quatre roues. Ce robot patrouilleur va mettre les agents de sécurité au chômage. Il peut rouler et surveiller autour d’endroits sensibles « pendant douze heures d’affilée », là où ce serait « parfois pénible » pour de vraies personnes.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/img_0106-750x750-1_1.jpeg

    Deux mètres, 250 kilos et 30km/h. Si cette grosse machine vous fonce dessus, ça fera mal. / Crédits : Scopex

    Développé par l’entreprise Global Robotics et distribué par Scopex, toutes deux françaises, le Thalamus sonne l’alarme dès qu’il voit un humain sur sa trajectoire de patrouille. Pour cela, il dispose de plusieurs caméras et d’une technologie qui lui permet de faire la différence entre « un humain, une vache, un chien ou un oiseau ». L’objectif étant de ne pas rameuter la cavalerie pour un Corgi en balade. Avec ses quatre roues, le robot peut galoper jusqu’à 30km/h et a « des performances exceptionnelles » sur des parcours accidentés, selon le patron du stand. Une prouesse qui ferait pâlir les chiens robots tueurs de Black Mirror, qui court moitié moins vite.

    Deux machines Thalamus sont actuellement en phase de test et vont faire les 100 pas autour de sites tenus secrets « dans quelques semaines ».

    3/ La reconnaissance faciale massive

    La petite caméra attachée en haut du stand de Stratign ne paie pas de mine. On dirait presque une fausse. Sur un écran à côté, l’image – d’une mauvaise qualité – est retransmise. Chaque personne qui passe dans le champ voit son visage être entouré d’un carré vert pendant une seconde. La tête est ensuite affichée sur l’écran et la reconnaissance faciale donne un âge estimé ou le genre mais aussi si le masque est mal porté et si la personne a une barbe ou non. Elle indique aussi les émotions possibles ressenties par la personne au moment T : neutre, en colère, apeurée…

    Devant le stand, l’employé de Stratign (qui a son siège social à Dubaï) explique que selon les critères donnés, le logiciel entreprend « 500 millions de recherches en moins d’une seconde ». La compagnie est déjà déployée dans le monde mais, manque de chance, « je ne peux pas vous dire où », lâche l’employé émirati.

    À LIRE AUSSI : Dans tous les commissariats de France, on utilise la reconnaissance faciale

    4/ Les armes qui visent pour vous

    Vous avez toujours été nul pour viser des cibles ? Les ingénieurs israéliens de Smart Shooter ont trouvé LA solution. Et elle est assez terrifiante. Avec leur système de contrôle de tir Smash, les militaires sont désormais aidés pour tuer le plus efficacement possible… Ce dernier calcule le meilleur axe pour viser et le militaire qui tient le fusil, sur lequel est apposé le système, ne peut faire feu « que lorsque c’est sûr à 100% », glisse une présentatrice du produit mortel en anglais. L’armée américaine est déjà intéressée.

    Dans sa brochure, Smart Shooter précise que, lors des phases de tests, les tireurs novices et expérimentés ont pu atteindre « une cible en mouvement » du premier coup à 80% du temps. Avec le système classique de visée, c’est seulement 20% des tireurs expérimentés et aucun novice qui ont obtenu les mêmes résultats macabres. Une innovation qui illustre l’ambiance du salon.

    5/ La tour de surveillance mirador

    Un cube imposant à la base qui soutient un mât haut de plus de quatre mètres, coiffé lui-même de quatre caméras. Le produit Vigitracking représente parfaitement le stand IP-Mirador. Pour couronner le tout, la sono passe le souffle angoissant de Dark Vador, histoire d’insuffler une ambiance plus qu’inquiétante. StreetPress n’a toujours pas compris pourquoi…

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/rn_image_picker_lib_temp_7d871d87-3f2e-45c3-a2df-c39ac5f30aac.jpg

    Avec son mirador de surveillance, l'entreprise a un mantra : « Prévenez le risque avant qu’il ne se déclare. » / Crédits : Christophe-Cécil Garnier

    Cette tour de surveillance de fabrication française peut passer au peigne fin 150.000 mètres carrés de chantier, site militaire, usine sensible et repérer quelqu’un à 250 mètres… Cette sombre vigie des temps modernes répond « à de nombreux besoins » selon le président de la société. Outre son aspect intimidant, elle est très « utile pour dissuader les occupations sauvages et illégales ». L’entreprise a d’ailleurs un mantra : « Prévenez le risque avant qu’il ne se déclare. » Après Star Wars, voilà Minority Report.

    À LIRE AUSSI : La France, fournisseur d’armes officiel des pires dictatures

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. A titre d’exemple, nous avons calculé les moyens engagés pour une enquête écrite et vidéo consacrée aux soutiens armés d’Eric Zemmour.

    campagne 2021 Je soutiens StreetPress  
    mode payements