En ce moment

    23/11/2022

    Il prône la « Domination by love »

    Jean-Marie Corda, « gourou » de la dissidence épinglé par la Miviludes

    Par Maxime Macé , Pierre Plottu

    Jean-Marie Corda, ex-compagnon de route d’Alain Soral, s’est reconverti en YouTubeur et coach en développement personnel. Un business aux relents sectaires qui flirte avec l’arnaque.

    Artiste de rue, acteur et producteur porno, coach sexuel, youtubeur, Jean-Marie Corda est un ovni au sein de la fachosphère. Il a été un temps proche d’Alain Soral, avant de se brouiller avec lui. Il est désormais à la tête d’une communauté qu’il décrit lui-même comme « une secte », et dont il dit être « le gourou ». Le youtubeur, suivi par un peu plus de 50.000 personnes sur ce réseau est épinglé dans le rapport annuel de la Miviludes pour ses pratiques d’escroqueries financières et son emprise sur des jeunes hommes, et notamment des mineurs. À l’origine, un programme de développement personnel de son cru : « Domination by love » (ou « DBL »). Une « domination par l’amour », qui met en avant une forme de discipline personnelle que l’on acquiert grâce aux conseils vidéos de Corda, payants forcément. Mais pas de soucis : il fournit aussi des astuces pour gagner rapidement de l’argent.

    Des placements douteux

    Pour recruter, l’homme se met en scène dans des vidéos tournées dans des palaces et avec des jeunes femmes reléguées au rang d’objet. Le but : convaincre son public qu’il brasse énormément d’argent et que celui qui suit ses conseils peut facilement générer des fortunes en « revenus passifs ». En réalité, il s’agit d’investissements dans des cryptomonnaies peu fiables et volatiles (dites « shitcoins ») ou des services de trading en ligne. Il a d’ailleurs abandonné le dernier en date après seulement un mois d’utilisation. Officiellement pour cause de non-rentabilité. Un couac ? « Pour ceux qui viennent de rentrer récemment c’est la perte évidemment. Désolé pour vous les gars », a-t-il simplement lancé à sa communauté sur son canal Telegram.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/une_jean-marie_corda_1.png

    La Miviludes explique avoir reçu de nombreux signalements à propos de Jean-Marie Corda. / Crédits : DR

    Jean-Marie Corda propose aussi d’investir dans la vente « multi-niveau ». Concrètement, une structure de réseau de vente dans laquelle les anciens parrainent les nouveaux et touchent une commission sur les ventes effectuées par leurs recrues. Une structure pyramidale régulièrement associée à une escroquerie… De quoi financer en réalité surtout son niveau de vie, qu’il évalue à 120.000 dollars par mois.

    Son site internet présente pourtant un avertissement très clair quant aux produits financiers proposés :

    « Vous ne devez pas investir à moins que vous ne soyez prêt à subir une perte totale de l’argent que vous avez investi. »

    Un message qui n’a pas dissuadé ses fans d’investir de l’argent dans ses projets. La Miviludes explique avoir reçu de nombreux signalements de la part de proches qui s’inquiétaient et alerte sur « des ruptures avec l’environnement social et familial, des sollicitations de sommes exorbitantes en contrepartie de promesses d’une réussite sociale et de gains rapides. Les proches dénoncent un système conduisant à un enfermement total, une soumission et un engagement inconditionnel aux meneurs ». Pour motiver ses troupes et « récompenser les membres du réseau les plus méritants, le meneur du mouvement proposerait les services de prostituées sur une plateforme en ligne », précise l’organisme français de lutte contre les dérives sectaires.

    L’ami des russes

    « Les jeunes recrues sont invitées à rejoindre sa communauté sur les réseaux sociaux en vue d’une expatriation vers les pays de l’Est – en particulier vers la Russie, la Biélorussie, l’Estonie, l’Ukraine ou bien encore la Bulgarie – avec à la clé la promesse de devenir riche et d’être réellement libre », note la Miviludes. « Domination by Love » est alors utilisé comme un outil de communautarisation pour les Blancs. À la manière du suprémaciste Daniel Conversano, Jean-Marie Corda promeut l’expatriation vers les pays de l’Europe de l’Est avec deux motivations majeures : la France est déjà « remplacée » (il parle d’ailleurs de « Frankistan »). L’État « communiste » empêcherait également de développer des business en taxant les entreprises et les particuliers à « plus 70% »…

    Lui-même a vécu en Russie plusieurs années. Un pays à propos duquel il ne tarit pas d’éloges malgré quelques concessions faites sur la corruption endémique. Celui qui se revendique d’un patriotisme russe plutôt que français, envisageait même de prendre la nationalité russe. Il a d’ailleurs vigoureusement soutenu les visées expansionnistes de Vladimir Poutine dans ce conflit. Il déclare même vouloir « s’impliquer publiquement, financièrement et physiquement », en faveur de la Russie au nom d’un combat « pour la civilisation européenne ». L’homme explique avoir « lourdement investi dans l’économie russe et notamment dans l’industrie ». Mais « ce sont des activités du réel, je n’ai pas besoin de les promouvoir sur YouTube », dit-il. Il précise s’être également engagé dans une opération humanitaire dont il existe une seule trace : une vidéo de lui posant devant des palettes de denrées alimentaires, sans plus de contexte. Et il a ouvert, en complément de sa chaîne YouTube principale, une chaîne pro-russe qui relaie des vidéos d’autres influenceurs pro-Kremlin anglophones et des vidéos officielles du pouvoir russe. Elle dépasse difficilement le millier d’abonnés. Elle est sans activité depuis juin. Lui-même explique avoir quitté la Russie depuis six mois…

    Contacté par StreetPress, Jean-Marie Corda n’a pas répondu à nos sollicitations.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements

    Faf, la Newsletter

    Chaque semaine le pire de l'extrême droite vu par StreetPress. Au programme, des enquêtes, des reportages et des infos inédites réunis dans une newsletter. Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Faire bouger les lignes, avec vous.

    StreetPress pratique un journalisme ouvert, conscient et engagé. Comment être neutre face au racisme, au sexisme, à l’homophobie et à toutes les formes de discriminations ? Pour faire bouger les lignes nous avons choisi d’enquêter sur ceux qui en politique comme ailleurs portent cette haine. Chaque mois nous publions des enquêtes et la newsletter FAF, consacrée à l’extrême droite. Elle est gratuite et pourtant elle coûte au moins 70 000 euros à produire.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER