En ce moment

    26/04/2024

    Les deux hommes ont été placés en garde à vue

    Derrière les tags « islamistes » dans une école de Quimper, des cambrioleurs qui voulaient « nuire aux musulmans »

    Par Laura Hue , Mathieu Molard

    Deux hommes ont été arrêtés pour le cambriolage et la dégradation d’une école catholique privée de Quimper. Ils avaient couvert les murs de tags « islamistes » pour « nuire aux musulmans ».

    Les graffitis « islamistes » dans une école avaient été apposés pour « nuire aux musulmans ». Le jeudi 11 avril au matin, stupeur au sein de l’école privée catholique Saint-Charles de Quimper (29) dans le Finistère. Au cours de la nuit précédente, des individus se sont introduits par une fenêtre coulissante mal refermée et ont couvert les murs de plusieurs classes et d’un couloir de tags à caractère « islamistes ». Des « dizaines d’inscriptions réalisées au marqueur », rapporte France Bleu Breizh Izel. La police est appelée sur place et la direction de l’enseignement catholique finistérien porte plainte, détaille Ouest France. Les enseignants et une poignée de parents volontaires ont rapidement nettoyé les tags et les enfants ont pu rejoindre les salles de classe dans la matinée.

    Ce jeudi 25 avril, aux environs de 3 heures du matin, les policiers interpellent un homme cagoulé et ganté alors qu’il sortait de la même école, rapporte à StreetPress une source policière. Placé en garde à vue, il déballe tout : la tentative de cambriolage de cette nuit-là, mais aussi être l’auteur des graffitis « islamistes » découverts deux semaines plus tôt. Il confesse avoir agi avec l’intention « de nuire aux musulmans ». Dans la foulée, il lâche le nom de son complice présumé, qui a également été interpellé et placé en garde à vue. Les deux hommes reconnaissent le caractère islamophobe de la démarche, mais aucun lien avec un groupuscule ou un parti d’extrême droite n’a pu être établi par les forces de l’ordre qui ont ouvert une enquête pour « tentative de vol aggravée et incitation à la haine ».

    Contactés par StreetPress, le parquet de Quimper, la préfecture, la mairie, l’école, la direction de l’enseignement catholique du Finistère et la mairie de Quimper n’ont pas donné suite à nos sollicitations (notamment en raison des vacances scolaires).

    Photo de Une provenant du compte Facebook de l’école primaire Saint-Charles.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER