En ce moment

    09 / 02 / 2010

    Manifestation des sans-papiers : "On est des Français"

    Par Bonnard François

    Ce samedi, environ 300 personnes se sont réunies au Ministère de la régulation de tous les sans-papiers, à Paris. Un rassemblement dont le but était d'interpeller le gouvernement afin de régulariser ces travailleurs oubliés.

    Unifier tous les collectifs de sans-papiers

    La CSP 75 (Coordination des sans-papiers) s’est une nouvelle fois mobilisée dans ses locaux du 18e arrondissement, sur un ancien site de la CPAM. Hébergant depuis le mois de juillet 2009 le ministère de la régularisation de tous les sans-papiers. Les travailleurs sans-papiers présents sur le site sont les personnes qui ont été évacuées de la Bourse du Travail au mois de mai 2009. Le “ministère” a pour but d’unifier tous les collectifs de sans-papiers et d’en faire le lieu emblématique de la lutte et de la régularisation, sous l’égide de la CSP.

    “Ces travailleurs n’ont pas de sécurité sociale malgré leurs cotisations”

    “Qu’est-ce qu’on veut? Des papiers. Pour qui? Pour tous”

    “En 1980, François Mitterrand a régularisé 135.000 personnes qui en avaient fait la demande. Aujourd’hui il est possible de faire la même chose”, clame Anzoumane Sissoko, le porte-parole de la CSP 75. Selon lui, “la réalité du travail doit suffire pour être régularisé”. Boubou Bathily, membre de la CSP 75, continue sur le même ton : “tous ces gens présents à cette manifestation ont travaillé, travaillent et travailleront. On cotise, on paie nos impôts, on paie la taxe tous les jours. L’immigration a toujours participé à l’économie de ce pays. On ne se considère pas comme immigrés, on est des Français”.

    On parle de devoirs. Et les droits alors?

    “Nous menons ce combat depuis 1996” raconte Djibril Diaby, le responsable de la communication du CSP 75. Ces travailleurs n’ont pas de sécurité sociale malgré leurs cotisations. Un comble pour le pays qui a inventé le système social “pour tous”.

    Source : François Bonnard / StreetPress

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress