En ce moment

    sans papier

    6 résultats

    16 / 04 / 2018

    « Un policier me hurlait "fils de pute retourne dans ton pays" tout en me donnant des coups de poing »

    Bavures en série au centre de rétention du Mesnil-Amelot : 27 plaintes en 2017

    Insultes racistes, passage à tabac loin des caméras, crachat au visage... StreetPress s'est procuré 27 plaintes pour violences policières, déposées par des étrangers retenus au centre de rétention du Mesnil-Amelot, pour la seule année 2017.

    06 / 12 / 2017

    Elles projettent de porter plainte

    À Calais, les assos organisent des rondes pour protéger les migrants des violences policières

    Depuis près de deux mois, plusieurs associations organisent des rondes de nuit pour protéger les migrants des violences policières et recueillir leurs témoignages. Ils en ont collecté une soixantaine.

    28 / 11 / 2017

    Air France fait de la résistance

    L’Etat privatise une partie des expulsions de sans-papiers

    La police délègue certaines reconduites d’étrangers en situation irrégulière à des sociétés privées. Des escortes payées par les compagnies aériennes qui, par ailleurs, si elles refusent d’embarquer un sans-papiers doivent s’acquitter d’une lourde amende.

    10 / 10 / 2017

    « L’Europe collabore avec un dictateur »

    Après les révélations de StreetPress, 47 ONG demandent l’arrêt des expulsions de Soudanais

    Pour cette cinquantaine d’ONG, la collaboration entre plusieurs Etats de l’Union Européenne dont la France, et le Soudan est un véritable « pacte avec le diable ». Elles demandent la fin du renvoi de réfugiés vers la dictature.

    01 / 10 / 2017

    Des émissaires du régime autorisés à visiter plusieurs centres de rétention

    Comment la France a livré des opposants politiques à la dictature soudanaise

    Accueil d’agents sur le territoire français, visites en centre de rétention… Depuis 2014, la police française collabore étroitement avec la dictature soudanaise, favorisant ainsi le renvoi à Khartoum d’opposants politiques réfugiés en France.

    03 / 02 / 2017

    « J’ai divorcé, je me suis retrouvé sans-papiers »

    Arrivé légalement en France, embauché en CDI, Jean répond à tous les critères pour faire renouveler son titre de séjour. Sauf qu’entre son installation définitive en 2011 et aujourd’hui, il a divorcé de la Française qu’il avait épousée au Sénégal.