En ce moment

    13 / 12 / 2012

    Vous n'en avez rien eu à faire, et vous avez tort

    Best-of 2012 : Nos articles les moins lus de l'année

    Par StreetPress

    Nos meilleurs articles, vous avez déjà cliqué dessus (logique), alors voici le top 10 des sujets les moins lus de l'année - mais qui, en toute subjectivité, sont intéressants (si si). Un peu de jeux vidéo, un peu de profs, un peu de prison.

    15 plans pour tester l’autogestion en mode easy

    L’extrait « La boutique n’est dirigée par aucun patron puisque toutes les décisions sont prises en assemblée générale toutes les deux semaines. La boulangerie possède par ailleurs diverses caisses de solidarité mises à disposition d’associations ou de luttes sociales. » Wanna more ? C’est ici.

    Pourquoi il faut le lire ? T’en connais d’autres, des articles qui parlent de pain poilâne ?

    En plus, l’auteur, c’est… Chang des bois. Le seul mec de Rouen qui écrit sur StreetPress.

    Et pour l’instant, c’est liké par… 4 personnes. Au compteur des tweets s’affiche un triste 6. Vous êtes anti-autogestion ou quoi ? [Lire l’article]


    En plus, y’a des photos de vélos

    2Là-bas on m’appelait la sidéenne

    L’extrait « On a des cas de personnes qui refusent de se soigner, qui essayent de ressembler à des personnes normales, en se remariant, en ayant des rapports sexuels non protégés avec leurs partenaires. Il y a un vrai blocage culturel. » Tu en veux encore ? C’est .

    Pourquoi il faut le lire ? Pour se remonter le moral en cette période de fêtes, rien de mieux qu’un petit article sur le sida.

    En plus, l’auteur, c’est… Carole Bailly, stagiaire émérite aux 30 followers (aidez-la), celle-là même qui a enquêté dans les bas-fonds des halls parisiens.

    C’est déjà liké par… 18 personnes intelligentes, elles. Visiblement, Twitter a moins saisi la gravité de la pandémie, avec 7 minuscules tweets. [Lire l’article]


    Faut dire, c’était osé de mettre une photo en anglais.

    3Tout, vous saurez tout sur les élections étudiantes

    L’extrait « Le CS se charge uniquement des doctorants et de la recherche quand le Cevu s’occupe de la vie sur le campus (les maquettes de diplômes, les modalités des exams…) » Tu veux plus de sigles ? C’est par là.

    Pourquoi il faut le lire ? Parce que ça fait 15 fois qu’on t’explique, que ça fait 15 fois que tu t’en fous et que tu ne retiens rien. C’est très mal.

    En plus, l’auteur, c’est… Robin d’Angelo, le boss de la rédac de StreetPress (et Dieu sait si on est nombreux sous ses ordres). À chaque fois que tu ne lis pas un article de Robin, la crise à l’UMP est repoussée d’une semaine. Visiblement, tu n’as pas été très assidu ces derniers temps.

    C’est déjà liké par… 10 étudiants perdus. Et 3 brillants twittos. [Lire l’article]

    4Ben alors, on te voit plus aux soirées rétrogaming

    L’extrait « Êtes-vous nostalgique des années 90 où vous jouiez à Zelda pendant 3 jours d’affilé ? « On est nostalgiques du temps qu’on avait à balancer ! On en avait rien à foutre, on pouvait passer 20 heures sur la console… Y’avait un pov’ message d’épilepsie sur le manuel mais on en avait rien à foutre. » Tu aimerais te marier avec Zelda ? C’est là.

    Pourquoi il faut le lire ? Parce qu’il y a du diapo sonore en plus de l’article. Merci de nous aider un peu quand on essaie de sortir des clous.

    En plus, l’auteur, c’est… Élodie Font, chef d’édition à StreetPress. Je pourrais vous dire du bien d’elle, mais le problème c’est qu’elle, c’est moi.

    C’est déjà liké par… 10 personnes. Et 2 twittos (autant dire moi et StreetPress – autant dire no-bo-dy.) [Lire l’article]


    Tout ça parce qu’on essaie de vous montrer des filles qui jouent aux jeux vidéo

    5Gabon : « Mon père, ancien diplomate, est sans-papiers dans son propre pays »

    L’extrait « Sa maison a été encerclée par des policiers quelques jours après son début de campagne [L’homme dont la fille témoigne s’est présenté en politique.] Il devait les soudoyer pour sortir de chez lui. C’était une assignation à résidence, non officielle. Son entreprise d’agro-alimentaire, qui exportait dans toute l’Afrique, a mis la clé sous la porte : les autorités sanitaires ont cessé de lui délivrer les autorisations pour vendre ses produits. » Tout le témoignage de la fille de cet opposant politique au Gabon, c’est là.

    Pourquoi il faut le lire ? Au cas où vous projetez d’aller fêter Noël au Gabon, ça peut toujours servir. Et parce que c’est poignant, tout simplement.

    En plus, l’auteur, c’est… Emma Paoli, qui, quand elle ne parle pas du Gabon, s’intéresse aux Roms.

    C’est déjà liké par… 18 amoureux du Gabon. Et 8 fans d’actu internationale sur Twitter. [Lire l’article]


    Si même mettre une photo de Sarko en Une, ça fonctionne plus, où va la presse ?

    6Université d’été du PS : une journée avec Amélie à essayer de faire du réseau

    L’extrait« Toutes les questions ont été écrites à l’avance. On évite les surprises car sinon toute la salle serait gênée si l’un d’entre nous déstabilisait Jean-Marc Ayrault. Et puis c’est vrai qu’il y a une forme d’auto-censure. » Un peu plus de la cuisine interne du PS ? Viens déguster ça là.

    Pourquoi il faut le lire ? Parce que vous ne pouvez pas snober un article où il y a la phrase « Tout l’enjeu c’est d’être bourré ». Vous n’avez juste pas le droit.

    En plus, l’auteur, c’est… David Perrotin. On le connaît pas trop, mais sur sa fiche StreetPress, c’est marqué qu’il est « pigiste pour Rue89, rédac’ chef d’Acturevue.com, et serveur à ses heures perdues. » Donc un mec bien.

    C’est déjà liké par… 13 amoureux de Martine Aubry (et 18 twittos). [Lire l’article]


    Ok, donc Sarko, ça vous plaît pas. Martine, ça vous plaît pas. Vous voulez une photo de qui au juste ?

    7« Les détenus se comparent eux-mêmes à des travailleurs du Tiers-Monde »

    L’extrait « Les détenus ressentent un profond sentiment d’injustice, notamment parce qu’ils n’ont aucune indemnité en cas d’arrêt maladie et parce qu’ils sont sous-payés. Ils se comparent eux-mêmes à des travailleurs du tiers-monde ou à des esclaves modernes. Il ne s’agit pas d’une zone de non-droit mais d’une zone d’exclusion du droit du travail organisée par l’Etat. » Encore un peu de cours de droit ?

    Pourquoi il faut le lire ? Parce que si vous ne le faites pas, c’est que vous vous moquez éperdument du sort des détenus français. Et ce serait une faute grave.

    En plus, l’auteur, c’est… Julia Gualtieri, stagiaire il y a quelques mois, journaliste connue et reconnue dans quelques années. Nous vous aurons prévenus avant tout le monde.

    C’est déjà liké par… 56 personnes ! C’est un bon début, ne relâchons pas les efforts. Amis twittos, vous êtes seulement 21 à nous avoir offert un RT. Tout repose sur vous. [Lire l’article]

    8Quand l’Iran débranchera ses habitants de l’Internet

    L’extrait « Avis aux autocrates de tous poils, mettre en place un Intranet géant, à l’image de l’Internet national iranien est assez simple à réaliser. “Ca n’a rien d’extraordinaire”, s’amuse un administrateur réseau contacté par StreetPress. » Plus de big brother ? C’est par là.

    Pourquoi il faut le lire ? Parce que la circulation libre de l’information, c’est le b-a-ba de la démocratie. Et que l’Iran est loin d’être le seul pays à vouloir asseoir son contrôle du net – l’article évoque aussi le cas de la Birmanie. Avant de rejoindre les Anonymous, vous devez lire ce sujet.

    En plus, l’auteur, c’est… Johan Weisz, le boss de StreetPress. Ne pas liker son papier, c’est s’exposer à de graves mesures de rétorsion de la part du grand chef.

    C’est déjà liké par… 25 courageux internautes… 57 twittos désintéressés ont aussi relayé le papier. Presque une marée humaine. [Lire l’article]


    Que Brigitte Bardot s’élève contre les injustices !


    C’est vrai que l’image de Une n’était pas très racolleuse…

    9Où sont passés les indignés français ?

    L’extrait « Première étape : prendre ses distances avec le nom des “indignés” : « D’abord, parce qu’on est plutôt insurgés ou révoltés qu’indignés ». Du haut de ses 58 ans, Marc sourit dans sa barbe. Et aussi pour des raisons stratégiques : « Ça nous a desservis. Les médias ont dit qu’on n’avait pas d’objectifs, qu’on était seulement contre. C’est faux ! » Plus de révolte et plus d’indignation par ici.

    Pourquoi il faut le lire ? Ben, vous savez où ils sont, vous, les indignés français ? Ben voilà, vous savez pourquoi il faut lire cet article.

    En plus, l’auteur, c’est… Céline Mouzon qui aime tellement ce métier qu’elle va jusqu’à manger des insectes. Rien que pour ça, elle mérite un respect éternel.

    C’est déjà liké par… 28 indignados. Et 10 audacieux combattants sur Twitter. [Lire l’article]


    Puisque vous n’avez pas l’air sensible au rose, nous le bannissons désormais de StreetPress.

    10Précarité et impréparation : l’entrée dans l’arène des jeunes profs de fac

    L’extrait « Là où j’appréhendais, c’était au niveau de l’autorité, surtout que Paris 8 c’est un peu particulier. Quand ils ne sont pas d’accord avec toi, certains étudiants te le manifestent de manière virulente, limite ils t’agressent verbalement. Ça m’a un peu déstabilisé, et surtout c’est fatiguant. Il faut toujours être alerte et organiser tes idées pour pas te laisser bouffer. » Pour rentrer dans l’arène, c’est par là.

    Pourquoi il faut le lire ? Pour te dire que tu n’as pas la profession la plus stressante du monde.

    En plus, l’auteur, c’est… Paola Schneider, ancienne stagiaire de Street, branchée féministes et fan de couchsurfing.

    C’est déjà liké par… 11 jeunes profs. Heureusement qu’Hollande va en recruter davantage, ça nous fera plus de lecteurs. Et 14 sur Twitter. ALLEZ HOLLANDE. [Lire l’article]


    Une salle de classe, ça vous fait pas rêver ?

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress