En ce moment

    30/07/2010

    Affaire de la barre Balzac à la Courneuve

    Expulsion de la Courneuve : la vidéo du DAL, la réaction de la préfecture et celle des familles

    Par Samba Doucouré

    Retour sur l'expulsion des habitants de la barre Balzac de la Courneuve, avec la réaction de la préfecture à la vidéo du DAL sortie sur Mediapart et celle des familles qui parlent de « pied cassé » et de bébé avec « des douleurs aux côtes ».

    1. La vidéo du DAL :

    La vidéo du DAL a été mise en ligne par Mediapart et largement reprise par les télévisions.

    2. La réponse de la préfecture :

    Dans un communiqué envoyé aux rédactions à 11h40 ce vendredi, la préfecture réplique :

    « Aucune personne présente n’a été blessée, et une équipe médicale des Sapeurs-Pompiers de Paris était présente lors de l’opération, à laquelle ont également participé la DRIHL et la Croix-Rouge. (…)

    Malgré l’agitation et la vive résistance des squatteurs, qui ne peut conduire qu’à rendre plus difficile la tâche des policiers, ces derniers ont fait preuve de sang-froid et de professionnalisme. (…)

    C’est en cela que les services de l’Etat confirment que cette opération a été menée dans de relatives bonnes conditions, une évacuation de ce type n’étant jamais chose aisée, lorsqu’il y a des résistances physiques, mais restant tout à faite nécessaire. »

    3. La réaction des familles : « Nous avons des certificats médicaux qui attestent des violences »

    Soumahoro, délégué des familles sans-logis, joint par StreetPress, réagit au communiqué de la préfecture :

    « Nous avons des certificats médicaux qui attestent les violences policières. Ma femme a eu le pied cassé, le bras droit déboité et les ongles sortis. Nous avons aussi le cas d’un bébé de 3 mois qui éprouve encore des douleurs aux côtes. Une militante du DAL a eu une main fracturée. (…)

    Ils disent que nous pouvons récupérer nos affaires mais quand vous habitez le 93, c’est difficile d’aller dans le 91 pour le faire. Ceux qui ont une voiture ont pu aller prendre leurs affaires mais les autres non. De plus, c’est difficile d’identifier ses affaires car elles sont toutes mélangées, je n’ai pas pu reprendre tout ce que je voulais.

    Je suis déçu de l’attitude des autorités françaises. Il y en a parmi nous qui ont été traumatisés, certains sont venus ici pour fuir la guerre en Côte d’Ivoire et ils retrouvent la même barbarie ici. »

    Comment se passent les négociations sur les relogements ?

    « En ce qui concerne les négociations, ils cherchent à nous diviser en traitant les cas de régularisation de certains et en mettant de côté celui d’autres. Le relogement n’a toujours pas été abordé, on ne parle que des sans-papiers. (…)

    Ils nous ont hébergés provisoirement, nous avons aucun engagement écrit de leur part, ce qui veut dire qu’ils peuvent nous virer du jour au lendemain. 5 personnes n’ont toujours pas été prises en charge et n’ont pas été hébergées à l’hôtel. Personnellement je crois que c’est pour nous diviser toujours plus ».

    L’expulsion de la barre Balzac à la Courneuve, les articles de StreetPress :

    22 juillet :

    > Vidéo: A la Courneuve le sous-préfet du 93 dépêché en urgence pour reloger des familles expulsées lire ici

    25 juillet :

    > Expulsion de la barre Balzac à la Courneuve (93): Où en est-on ? lire ici

    Source: Samba Doucouré | StreetPress

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER