Roubaix, son maire UMP et son « couvre-feu » pour les supporters algériens

Roubaix, son maire UMP et son « couvre-feu » pour les supporters algériens

150 CRS, interdiction de circuler et commerces fermés pour les matchs des Fennecs

Persona non grata | Enquête | par | 20 Juin 2014

Roubaix, son maire UMP et son « couvre-feu » pour les supporters algériens

Si l'Algérie bat la Corée du Sud dimanche au Mondial, les supporters n'auront pas le droit de faire la fête à Roubaix. Le maire a passé un arrêté municipal pour vider le centre-ville. Une mesure saluée par le Bloc Identitaire.

« On avait l’impression qu’ils avaient imposé un couvre-feu sur Roubaix», raconte à StreetPress le bloggeur Khader Mouffi . « Quand tous les lieux de vies sont fermés, que le quartier est quadrillé par la police et les CRS en tenue de combat, difficile de ne pas faire la comparaison », ajoute le cyber-opposant.

Couvre-feu Pour l’entrée dans la Coupe du monde de l’équipe d’Algérie, opposée ce mardi 17 juin aux voisins belges, la municipalité UMP de Roubaix n’a pas fait dans la dentelle : un arrêté municipal interdit, à partir de 18 heures, de stationner sur la bien nommée place de la Liberté. Mais surtout de circuler dans la quasi-totalité du centre-ville. Des mesures accompagnées d’un courrier envoyé aux commerçants leur « recommandant » d’enlever de la voie publique tables, chaises, poubelles et autres chevalets.

La plupart des commerçants ont suivi les consignes à la lettre et même un peu plus. Certains sont allés jusqu’à baisser les rideaux de fer, renforçant cette impression de ville fantôme. Un centre commercial a même envoyé un mail aux différents responsables des boutiques qu’il héberge pour demander aux salariés « de sortir uniquement par l’arrière de votre boutique ». Dans le même communiqué, on apprend que « le PC placera des caméras sur les voies de livraison » et « des rondiers dans le centre », en appui du dispositif policier déjà conséquent.

Roubaix, ville pauvre

Roubaix porte le titre peu enviable de (grande) « ville la plus pauvre de France ». 45 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et un taux de chômage trois fois supérieur à la moyenne nationale (31,4 % ).

Barbares « Au centre-ville, il n’y avait presque plus que des policiers. Les rares passants se dépêchaient de rentrer chez eux », continue Khader Mouffi. Au total ce sont 150 policiers, CRS, et gendarmes qui sont mobilisés pour l’occasion, rapporte la Voix du Nord . Le conseiller municipal socialiste Mehdi Massrour y va aussi de sa comparaison :

« Ca donnait l’impression de mesures quasiment contre-insurrectionnelles.»

A croire que les barbares risquaient de déferler sur la ville…. « Peut-être qu’ils avaient peur des Belges », ironise l’élu d’opposition.

Dans son communiqué, la municipalité se contente d’évoquer « des mesures (…) prises à l’occasion de certains matchs » et indique la date du mardi 17 juin. Mais pour le bloggeur roubaisien il ne faut pas s’y tromper: « Ce sont des mesures qui visent la communauté algérienne et maghrébine dans son ensemble. » Soit 11.6% de la population de Roubaix selon l’INSEE.

Récidiviste Ce n’est pas la première fois que l’UMP locale surfe sur la peur de l’immigration. En mai 2013 , le parti de droite avait diffusé un tract sobrement intitulé « Les Roms hors de Roubaix ». Une campagne lancée en réaction au projet de la majorité socialiste, à l’époque aux manettes, de transférer un camp de Roms – déjà présent à Roubaix – sur une friche de la ville. Une annonce qui avait entraîné de nombreuses polémiques. A l’occasion d’une réunion publique, un riverain avait même suggéré « qu’on mette les Roms à Auschwitz » . Dans la salle plusieurs personnes acquiescent.


Le courrier envoyé aux commerçants.

A droite toute A l’extrême droite, on jubile en apprenant le dispositif. « Je ne peux que saluer la prise de conscience de cet élu. C’est un premier pas », commente, joint par StreetPress, Fabrice Robert, le président du Bloc Identitaire. Pas vraiment une surprise. Depuis plusieurs semaines le mouvement d’extrême droite mène une campagne intitulée « L’Algérie c’est ton pays ? Retournes-y ! » Une série de mesures accompagne l’opération. Comme « l’interdiction de circuler pour les supporteurs algériens dans les zones centrales des agglomérations chaque jour de match » ou « l’interdiction de vendre de l’alcool dans les zones de rassemblement des supporteurs algériens » …

« Les identitaires jouent un rôle d’aiguillon politique qui arrive parfois à faire passer ses idées », se félicite Fabrice Robert. Et d’assurer que ses « argumentaires sur les matchs de l’Algérie ont beaucoup circulé à l’UMP ». Pour le prochain match des Fennecs, il promet que son groupuscule va envoyer des « équipes avec des caméras go-pro pour filmer les débordements » dans les villes de Lyon, Paris, Lille… et Roubaix ! Objectif faire de la « ré-information » face aux médias qui cacheraient les débordements.

Tensions « Moi le seul débordement que j’ai vu mardi, c’est des policiers de la Bac qui ont freiné comme des cow-boys pour plaquer violemment aux murs deux ou trois personnes qui éteignaient avec leurs pieds un bout de papier enflammé par des gamins », raconte le bloggeur Khader Mouffi. Selon lui, les mesures pourraient même avoir l’effet inverse de celui espéré:

« Les gens se sentent stigmatisés. Ça peut créer du ressentiment et des tensions. »

Ce dimanche 22 juin, l’Algérie sera opposée à la Corée du Sud et les mesures de « sécurité » devraient être reconduites. La Voix du Nord évoque même un « périmètre plus large ». Car jusqu’à présent le dispositif ne concernait que le centre-ville. Le cyber-opposant Khader Mouffi, pointe du doigt des mesures à visées électoralistes :

« On avait l’impression qu’ils protégeaient leur pré-carré. C’était une manière [pour le maire Guillaume Delbar] d’envoyer un signe à la base de son électorat. »

L’opposition PS aurait souhaité l’installation d’un écran géant accompagné d’un dispositif de sécurité. Jointe par StreetPress à plusieurs reprises, la municipalité n’a pas donné suite à nos demandes d’interview.

Edition : Le service presse de la mairie tente de désamorcer la polémique et évoque au journal Nord Eclair un « couac » de communication. Dans un communiqué de presse, le maire ajoute que les mêmes mesures seront appliquées pour les matchs de l’équipe de France. Ajout le 20 juin à 20h30.


L'actu