En ce moment

    09/01/2017

    Pour en finir avec les Flash-Balls et LBD, symboles de la militarisation du maintien de l'ordre

    Par Pierre Douillard , Aladine Zaïane

    Pendant les manifs contre « la loi travail et son monde », les policiers ont fait usage de « lanceurs de balles de défense », blessant et mutilant des manifestants. Pierre Douillard plaide pour l’interdiction de cette arme.

    Des syndicats de police présentent le Flash-Ball comme un bon compromis pour pouvoir riposter à une violence présentée comme grandissante, par exemple face à des manifestants armés de cocktails molotov. À la base, ce n’est pas cet argument qui a été présenté. En 1995, lorsque Claude Guéant arme certains équipages de police – chargés du banditisme, du terrorisme, ainsi que la BAC qui patrouille dans les quartiers périphériques – c’est pour répondre aux nouvelles menaces urbaines. Ensuite il est généralisé en 2002 par Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, avec une logique ostentatoire. Il s’agit « d’impressionner les voyous », de faire peur.

    À partir de 2007, le gouvernement Sarkozy fait expérimenter une arme plus puissante et précise, le LBD 40. Sarkozy utilise la révolte de Villiers-le-Bel la même année pour légitimer cette nouvelle arme. Lors de ces émeutes, des policiers sont blessés par des tirs de plomb. Cette nouvelle version permet selon lui de riposter à des tirs à balles réelles. Simultanément, le LBD est utilisé lors des manifestations et dans les quartiers populaires, puis généralisé. Il matérialise la militarisation du maintien de l’ordre, il faut l’interdire.

    C’est une arme de standard militaire

    Ce LBD est une arme de catégorie A, donc, selon les classements officiels, une « arme à usage militaire ». Nous constatons une montée en gamme par rapport au Flash-Ball qu’on utilisait auparavant. C’est une arme hybride entre le maintien de l’ordre et un usage militaire : elle est dotée d’un canon rayé, d’un viseur électronique, tire des munitions de 40 mm et se tient comme un fusil. Oui, la police utilise des armes militaires contre des civils, des armes qui ont provoqué la mort d’un homme en 2010, à Marseille, et à Auxerre il y a quelques jours. La frontière est de plus en plus poreuse et floue entre opération de guerre et maintien de l’ordre. Cet été à Beaumont-sur-oise, après la mort d’Adama Traoré, les gendarmes avaient des fusils d’assaut HK G36 dont ils ont été dotés dans le cadre de l’état d’urgence. En parallèle, les CRS disposent à présent d’une arme capable de tirer des projectiles à répétition, le PGL-65 . Nous sommes face à une escalade dans l’armement des forces de police, sur fond d’état d’exception.

    « Oui, la police utilise des armes militaires contre des civils, des armes qui ont provoqué la mort. »

    Pierre Douillard

    Nous sommes bien loin de l’argument des « cocktails molotovs » et des « tirs à balles réelles » présenté précédemment. Il y a en fait une dynamique continue, de militarisation et de dotation d’armes de plus en plus puissantes, utilisées dans le maintien de l’ordre.

    Non la violence des manifestants n’a pas augmenté

    Cette logique de militarisation repose sur l’affirmation que la violence et l’insécurité augmenteraient. C’est la même rengaine depuis 25 ans, servie par tous les gouvernements pour justifier les lois sécuritaires. Prenons l’exemple des manifestants. Quand on nous dit qu’ils sont plus aguerris qu’avant ce n’est pas vrai.

    Si on regarde l’histoire des mouvements sociaux en France depuis les années 50 on s’aperçoit que les manifestants étaient souvent beaucoup plus offensifs. En autres exemples, on peut évoquer les grandes grèves de mineurs dans le Nord juste après la guerre, les grèves insurrectionnelles dans le bassin nantais en 1955, le meeting d’Ordre Nouveau attaqué par la Ligue Communiste en 1973, les manifestations de sidérurgistes quelques années plus tard, les luttes anti-nucléaire. Sans parler de l’effervescence des mouvements autonomes dans les années 70 et 80. Aujourd’hui, pour justifier de cette militarisation, les actions offensives sont montées en épingles par les médias et la classe politique.

    Aujourd’hui on vise les individus

    La doctrine de la police jusqu’à récemment c’était de s’adresser à un corps collectif. C’est-à-dire d’utiliser des gaz lacrymogènes, des canons à eaux, de maintenir à distance les manifestants. Aujourd’hui il y a une mutation de la doctrine. On vise à frapper les chairs et individualiser la violence. Ce n’est plus seulement une foule qui subit les lacrymogènes mais une, deux ou trois personnes qui sont frappées dans leur chair. Ça se déroule en deux temps. On tire, les gens fuient. Après coup, quand les gens se rendent compte qu’on s’expose à perdre un œil, c’est censé les dissuader par la peur.

    « On vise à frapper les chairs et individualiser la violence. »

    Pierre Douillard

    On va me poser la question : quelle alternative à ces armes dans ce contexte difficile ? Mon propos n’est pas de proposer aux ministres de l’Intérieur qui vont se succéder les ingrédients pour avoir une bonne police ou mener une répression plus efficace. La brutalisation de la société est engendrée, notamment, par la mise à sac néolibérale des conquêtes sociales arrachées par la Résistance après la Libération et le racisme structurel des opérations de police dans les quartiers périphériques. La distribution de LBD et des fusils d’assauts aux policiers n’y changera rien.

    Il y a une hausse du sentiment d’impunité dans la police

    Depuis 20 ans, la police a repris l’habitude de presser la détente en direction des individus. Dans un contexte d’état d’urgence où les policiers sont amenés à conserver leur arme à feu, c’est d’autant plus préoccupant. En vérité, ces armes sont transitoires. On se dirige vers des modèles de plus en plus puissants et dangereux. La police en France s’aligne sur les standards nord-américains et israéliens.

    Enfin, en cautionnant cette escalade on s’oriente vers une hausse du sentiment d’impunité des policiers. Les fonctionnaires ayant gravement blessé des personnes sont, dans l’immense majorité des cas, non poursuivis ou bien relaxés. Techniquement, le policier est incité à tirer car le LBD 40 dispose d’un viseur sophistiqué. Il peut tirer à 20 ou 30 mètres avec une grande précision, permettant ainsi à un policier de procéder à une punition physique extrajudiciaire sur une personne tout en étant à distance. Donc peu ou pas de risques de poursuites et un sentiment d’impunité grandissant.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER