En ce moment

    01/05/2017

    Jean-Marie Le Pen et les historiques du Front préparent le clash avec le FN « dédiabolisé »

    Front National, canal historique

    Par Mathieu Molard , Pierre Gautheron

    Au pied de la statue de Jeanne d’Arc, Jean-Marie Le Pen déclare son soutien à sa fille. Mais en coulisses, ses lieutenants préparent un combat Front contre Front pour les législatives. Dans leur viseur, les circonscriptions laissées à Dupont-Aignan.

    Place du Palais Royal, Paris 1er – En tête de cortège, la marque Le Pen fait recette auprès de la meute de journalistes. Veste rouge et brin de muguet à la boutonnière, le « président » prend la pose. Les flashs crépitent.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/jm_lp_1er_mai_2017_jeanne_darc-2.jpg

    La marque Le Pen, toujours vue à la TV. / Crédits : Pierre Gautheron

    En queue de défilé, Thomas Joly du Parti de la France (PDF) tente de donner de la voix. « Islam hors d’Europe ! » scandent ses fidèles, drapeaux au vent, muscles saillants et cheveux courts. Mais le Front, canal historique ne rassemble plus les foules : à peine plus de 300 sympathisants ont fait le déplacement.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/jm_lp_1er_mai_2017_jeanne_darc-7.jpg

    Les militants du Parti de la France donnent de la voix. / Crédits : Pierre Gautheron

    Le coup de la panne

    Le cortège rejoint la place des Pyramides. Au pied de la statue de Jeanne D’Arc, Roger Holeindre, 88 ans, patiente au chaud sous son béret rouge. Présent à la création du Front, il assiste au calvaire de son éternel président. Quelques phrases et le vent entre dans la danse, avant une panne technique qui coupe la chique à Le Pen. Un journaliste aurait malencontreusement glissé sur un câble, nous dit-on. Le Pen tente de poursuivre, mais la voix ne suit pas. Alors, assis derrière son pupitre il meuble à coup d’anecdote et de bons mots.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/jm_lp_1er_mai_2017_jeanne_darc-11.jpg

    Roger Holeindre, ex-FN, ex-OAS et même ex-Paris Match! / Crédits : Pierre Gautheron

    Front historique contre FN dédiabolisé

    L’occasion pour nous, de parler tactique avec Thomas Joly. « Nous ce n’est pas le Front National dédiabolisé », attaque bille en tête, le secrétaire général du PDF. Avant de détailler la stratégie électorale du Cartel qui regroupe pour les législative les Comités Jeanne, Civitas et le PDF :

    « Là où ils [le FN] mettront des militants de la gay-pride, on présentera un candidat Front National canal historique. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/jm_lp_1er_mai_2017_jeanne_darc-19.jpg

    Thomas Joly du Parti de la France. / Crédits : Pierre Gautheron

    Dans le viseur, Florian Philippot ou Sophie Montel. Même stratégie dans les circonscriptions qui pourraient être réservées par le FN aux candidats Debout la France, le parti de Nicolas Dupont Aignan, tout juste rallié au camp Bleu Marine. Au total, ils promettent plus de 200 candidats placés avec soin. Et la com’ promet d’être au diapason. « Pas le temps » de mener une campagne de terrain, alors il promet des rassemblements devant les centres qui accueillent des migrants et les mosquées.

    Le Pen rentre dans le dur

    Fin de la panne technique. Et comme pour faire écho aux propos de son associé politique, Le Pen durcit le ton. Rétablissement de la peine de mort. Premiers applaudissements. Abrogation des lois mémorielles. La poignée de militants contre-révolutionnaires de la Dissidence Française sort de sa torpeur. Interdiction des abattages rituels, élargissement du port d’arme, déremboursement de l’IVG… Les catholiques de Civitas et les royalistes de l’Action Française applaudissent à tout-rompre.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/jm_lp_1er_mai_2017_jeanne_darc-4.jpg

    Carl Lang (PDF), Alain Escada (Civitas) et un militant de La Dissidence Française défilent de front. / Crédits : Pierre Gautheron

    Après un tacle à Macron, « le candidat de Hollande et Soros », Le Pen conclut :

    « Vive Jeanne, vive Marine, vive la République, vive la France ! »

    Marseillaise et enfin, pour son publique fidèle, il rejoue son dernier tube :

    « Jeanne au secours ! »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/jm_lp_1er_mai_2017_jeanne_darc-14.jpg

    « Jeanne au secours ! », le dernier tube de Le Pen. / Crédits : Pierre Gautheron

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Nous avons besoin de 80 000 euros avant le 2 décembre pour finir l'année. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER