En ce moment

    07/07/2017

    Ils doivent être relogés

    Porte de la Chapelle : 2.771 réfugiés évacués

    Par Maxime Reynié

    Ce vendredi 7 juillet, 2.771 réfugiés ont été délogés du camp de la Chapelle, dans le 18e. Entre espérances et doutes, ils espèrent tous trouver de l'eau, de la nourriture et un toit pour la nuit.

    Porte de la Chapelle, 18e arrondissement – Une trentaine de cars de police et plusieurs bus sont garés au niveau du camp de migrants, ce vendredi 7 juillet. Il est 6h et les forces de l’ordre sont là pour déloger les très nombreux réfugiés installés le long du boulevard des Maréchaux. 2.771 personnes sont, selon la préfecture, monté dans l’un des bus pour être placés dans des hébergements temporaires en région parisienne. Le dispositif d’accueil en place depuis novembre 2016, à quelques pas de là, est complètement saturé depuis le démantèlement de la Jungle de Calais.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/1_13.jpg

    Boulevard des Maréchaux /

    « Ou est ce qu’ils vont nous amener ? », demande un réfugié afghan dans un anglais parfait. Le jeune homme a un sac à dos comme seul bagage. C’est le début d’une longue attente pour la centaine de migrants qui s’entassent dans un entonnoir de grilles et de cars de police. Ils espèrent tous monter dans un des bus garés plus loin, à l’abri des regards, pour accéder à de l’eau, de la nourriture et un logement pour la nuit.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/2_15.jpg

    Vendredi 7 juillet /

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/3_10.jpg

    Ils espèrent tous un logement pour la nuit. /

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/4_9.jpg

    Les bus sont garés plus loin, à l'abris des regards /

    Face au début d’attroupement, une dizaine de CRS se positionnent pour garder le contrôle de la situation. L’un d’entre eux, un homme robuste d’une trentaine d’années, porte un masque en papier pour se protéger des risques hygiéniques. Selon Médecins sans frontières, le camp est touché par une épidémie de gale.

    Dans un communiqué, la préfecture précise :

    « Cette opération mobilise près de 350 effectifs de la préfecture de Police ainsi qu’une centaine de personnels de l’Etat et de ses partenaires. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/5_9.jpg

    Un CRS porte un masque. /

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/6_8.jpg

    La longue attente. /

    « Stop push ! », crie un CRS, lunettes sur le nez, face à une foule animée. Certains s’impatientent. D’autres s’agrippent les uns au autres, de peur d’être séparés. Au milieu de la cohue, des bénévoles tentent de mettre un peu d’ordre et donnent des consignes en anglais et en arabe.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/7_8.jpg

    Ils sont plus de 1.600 sur ce camp. /

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/8_5.jpg

    Ca se bouscule. /

    Dans l’attente, un groupe écoute de la musique en fumant quelques cigarettes. Un homme, chaîne autour du cou et bagues aux doigts, danse au rythme d’un son de Maître Gims.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/9_6.jpg

    Maître Gims on play ! /

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/10_8.jpg

    Au calme. /

    En partant, les migrants laissent derrière eux leurs affaires. Entre les tentes vides et la colonne de bus, une dizaine de jeunes jouent au foot.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/11_3.jpg

    Petite partie de foot ? /

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/12_3.jpg

    Ville abandonnée. /

    « Une fois mis à l’abri, les intéressés pourront par ailleurs bénéficier d’une proposition d’orientation vers un dispositif d’accueil adapté à leur situation, sur l’ensemble du territoire national », précise la préfecture, qui assure que 161 évacués sont considérés comme des personnes vulnérables.

    A 10 heures, la préfecture annonce avoir évacué 2771 migrants, avec l’aide des associatifs. Pourtant le camp ne comptait qu’environs 1.600 personnes, mais comme souvent, des migrants qui ne résident pas dans ce camp sont venus dans l’espoir de bénéficier d’un relogement. Les forces de l’ordre laissent derrière elles un campement fantôme où toutes les affaires iront à la poubelle. 34 évacuations de ce genre ont été effectuées à Paris depuis juin 2015.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/13_4.jpg

    Refugees welcome /

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER