Quand les gendarmes laissaient Hermant repartir avec un pistolet-mitrailleur

Quand les gendarmes laissaient Hermant repartir avec un pistolet-mitrailleur

« Je pensais que c’était pour le paintball »

Des armes | News | par , Tomas Statius, Clément Quintard | 13 Septembre 2017

Quand les gendarmes laissaient Hermant repartir avec un pistolet-mitrailleur

Faux documents, armes laissées en circulation… Ce mercredi 13 septembre, au tribunal de Lille, les agents traitants de Claude Hermant, accusé de trafic d’armes, ont reconnu des pratiques troubles.

C’est une journée décisive dans le procès de Claude Hermant. Ce mercredi 13 septembre, 3 gendarmes, qui ont traité avec l’indic, sont appelés à la barre pour s’expliquer sur quelques points troubles du dossier. Le colonel Jérôme B, le boss des agents traitant d’Hermant, est le premier à se présenter. Costard gris, coupe de rigueur, le patron, qui ne connaît pas personnellement l’ex barbouze, ne fait que poser le cadre de la discussion. « Des compte-rendus sont systématiquement rédigés après tout contact physique [entre un gendarme et un indic] », indique t-il.

La question est au cœur du sujet, car Hermant le jure : les armes qui ont atterri entre les mains d’Amedy Coulibaly ont été vendues en service commandé pour la gendarmerie. 12 rapports, listant les services qu’il a rendus aux pandores, ont finalement été déclassifiés. Certains passages sont noircis. Pour Maître Moulin, l’avocat du super indic’, le compte n’y est pas.

J’ai la mémoire qui flanche…

Place aux agents traitants d’Hermant : trois gendarmes entendus en huit-clos partiel (pour des raisons de sécurité, seule la presse est autorisée à assister à leur audition). Comme le colonel, deux d’entre eux déplient un petit papier avant de s’exprimer. Des notes. Devant le tribunal, ils déroulent la version officielle. Les 12 rapports déclassifiés correspondent à 12 rendez-vous avec l’indic’ Hermant. Circulez, il n’y a rien à voir.

Mais très vite, cette belle histoire vole en éclat. A la barre, Joël A., premier agent traitant d’Hermant, a la mémoire qui flanche. Il ne se souvient de rien, ni de personne. Le douanier Lemaire qui lui a présenté Hermant ? « Vous le reconnaissez ? »« Non », oublié. Les deux hommes se connaissent pourtant depuis 7 piges.

Faux document et armes en liberté

Parfois, l’homme retrouve subitement la mémoire. En pied d’un des rapports apparaît une photo de pistolet automatique. Une arme qu’Hermant lui aurait montré au cours d’un rendez-vous. Face aux enquêteurs, il semble reconnaître avoir pris lui-même le cliché et laissé repartir la pièce. Une faute professionnelle. A la barre, Joël A. retourne finalement sa veste : son indic lui a fourni la photo. Mais il n’a jamais vu l’arme. On aurait mal compris.

« Monsieur Hermant vous a-t-il déjà présenté une arme ? », l’interroge ensuite le juge Trevidic. « Une fois, un petit pistolet démilitarisé », dit Joël. « Pistolet-mitrailleur », complète ultérieurement Laurent B. également présent ce jour-là. Trévidic :

« Pourquoi n’est-il pas dans un rapport ?

C’est démilitarisé, il n’y a pas d’infraction. Ca lui appartient, donc voilà… »

Il concède ne pas avoir vérifié. Hermant repart avec l’arme. « Je pensais que c’était pour le paint-ball », tente le militaire. Pourquoi pas un pistolet à eau.

Place au troisième agent traitant. David D. a pris le relais de Joël, envoyé en mission en Afrique. Il n’a vu Hermant qu’à deux reprises, dit-il aujourd’hui. Au cours de l’instruction, il reconnaissait une entrevue le 7 mai 2014 au matin, qui n’a pas donné lieu à un rapport écrit, comme c’est pourtant la règle. « En rediscutant avec les collègues, on s’est rendu compte que je m’étais trompé. » Il aurait « confondu » avec un autre informateur…

Que savait la gendarmerie ?

Si, face aux juges, les gendarmes confessent des pratiques sur le fil, ils excluent l’un après l’autre avoir « donné leur feu vert » à Hermant pour une vente d’armes. Le nom de Ladjali n’est même jamais arrivé à leurs oreilles, disent-ils. Que savaient-ils ? L’un des « rapports de contact » déclassifié évoque la société AFG. L’indic les alerte sur ce fournisseur Slovaque qui propose des armes à blanc « facilement remilitarisables ». Ont-ils creusé la piste ? « On a fait des recherches sur internet », déclare Joël A.

Trevidic tique :

« C’est pas un truc qui vous passionne ?
– Non, ce n’est pas ça… Mais ça n’avait pas de lien avec armes 62 [un dossier que les gendarmes étaient en passe de finaliser grâce à Hermant] »

Dommage, c’est auprès de la société AFG que Claude Hermant et son épouse achèteront près de 150 pièces. Parmi elles, 5 armes utilisées par Amedy Coulibaly pour perpétrer l’attentat contre l’Hyper Cacher et l’assassinat de la policière Clarissa Jean-Philippe.

A la décharge de la gendarmerie, le colonel B. explique n’avoir été informé de la possible implication d’Hermant dans un trafic qu’en janvier 2015. Pourtant [comme StreetPress l’expliquait ici] fin mars 2014, la police, les douanes et les services de renseignement intérieur soupçonnent l’indic de la gendarmerie de remilitarisation et de vente d’armes. Ils auraient, juste, oublié de le prévenir…


L'actu