En ce moment

    08/02/2022

    370.000 abonnés suivent ses délires

    Valek, précurseur de la nouvelle vague de la fachosphère

    Par Pierre Plottu , Maxime Macé

    En 2013, Valek se lançait dans le YouTube game. Neuf ans plus tard, il est avec plus de 370.000 abonnés l’un des poids lourds de la fachosphère. Portrait.

    Plus de 370.000 abonnés sur YouTube, 84.000 sur Instagram et 41.000 à sa chaîne Telegram… Pas de doute, Valek est un poids lourd des influenceurs fafs. Et il est là depuis longtemps. Avant l’arrivée de Baptiste Marchais et de Papacito, avant l’explosion du Raptor (qui assume de moins en moins son passé « dissident »). À une époque où Julien Rochedy était encore au Front national de la Jeunesse, Valek était l’un des premiers représentants de la fachosphère nouvelle génération.

    Le virage de la fachosphère

    Alors que l’extrême droite sur Internet est encore dominée par les figures d’Alain Soral et de Dieudonné, Valek commence à publier des vidéos en 2013. Il va préfigurer le virage de la fachosphère d’un antisémitisme obsessionnel à une critique systématique de la gauche et du progressisme, sur fond de dénonciation de l’immigration.

    L’influenceur se fait connaître par ses vidéos se voulant humoristiques au montage saccadé. Et par l’utilisation d’un synthétiseur vocal comme marque de fabrique. Dès le début, le ton est volontairement masculiniste, misogyne, insultant et nationaliste. Il intègre d’ailleurs dans son montage de nombreuses références à la sous-culture du forum 18-25 de jeuxvidéo.com.

    Le jeune homme né en Albanie reconnaît sans peine son penchant pour la droite de la droite. En 2017, il expliquait :

    «C’est normal qu’on soit catégorisé de droite parce qu’on tient un discours assez virulent, violent. Ce n’est pas un gauchiste qui va sortir les trucs qu’on sort. (…) C’est du côté droit qu’il y a le plus de vérités. »

    Mannequin et essayiste moqué

    Et ça marche. Les vidéos de Valek font un carton au sein de la fachosphère et même au-delà. La popularité du jeune homme a même poussé le site de revente préféré de la fachosphère, Terre de France (qui a abandonné son projet de film médiéval), à lui proposer de devenir mannequin pour ses polos et t-shirts.

    L’homme n’a toutefois pas que des amis. Il s’est notamment attiré beaucoup de moqueries en vendant 15 euros un Ebook d’une trentaine de pages, intitulé : « Le guide ultime pour démonter l’idéologie antiraciste ». StreetPress l’a lu. C’est d’une extrême vacuité. L’argumentaire est particulièrement pauvre, bourré de fautes d’orthographe à la mise en page bancale. « Bâclé », le terme est faible. Le YouTubeur a été accusé par une partie de sa fanbase d’avoir voulu s’enrichir à peu de frais en proposant un produit médiocre.

    Bien antisémite

    Le format des vidéos de Valek a évolué depuis ses débuts. Désormais, finit la voix robotique et les montages épileptiques. Il montre son visage. Le ton se veut plus posé, plus sérieux, presque scientifique. Valek prend d’ailleurs un soin particulier à mettre en description de la vidéo les sources qu’il a utilisées. Mais le naturel revient toujours au galop. Ainsi, dans sa dernière vidéo sur le pass vaccinal, auquel il est opposé, le vidéaste pointe une série d’erreurs, de décisions contestables et de prises de parole polémiques du gouvernement pendant la crise sanitaire.

    Des critiques auxquelles il adjoint des gifs et des mèmes aux forts relents antisémites. Comme à la seizième seconde de la vidéo, où Valek utilise un même représentant trois personnages, dont deux visages déformés de Risitas, en robe de bure, avec un pendentif QR code autour du cou, lardé de seringues et avec l’inscription « impur » en hébreu sur le front.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/valek_antisemite_1_1.png

    Le montage antisémite en question. / Crédits : YouTube

    Plus loin dans la vidéo, Valek utilise à plusieurs reprises le mème de Claude Posternak pour illustrer le « Mais qui ? ». Le nouveau slogan antisémite de l’extrême droite, accusant la communauté juive d’être responsable de la pandémie et de la politique vaccinale, dont elle tirerait profit.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/valek_antisemite_2_1.png

    Le deuxième montage, avec le mème de Claude Posternak pour illustrer le « Mais qui ? », nouveau slogan antisémite de l’extrême droite. / Crédits : YouTube

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements

    Faf, la Newsletter

    Chaque semaine le pire de l'extrême droite vu par StreetPress. Au programme, des enquêtes, des reportages et des infos inédites réunis dans une newsletter. Abonnez-vous, c'est gratuit !

    Faire bouger les lignes, avec vous.

    StreetPress pratique un journalisme ouvert, conscient et engagé. Comment être neutre face au racisme, au sexisme, à l’homophobie et à toutes les formes de discriminations ? Pour faire bouger les lignes nous avons choisi d’enquêter sur ceux qui en politique comme ailleurs portent cette haine. Chaque mois nous publions des enquêtes et la newsletter FAF, consacrée à l’extrême droite. Elle est gratuite et pourtant elle coûte au moins 70 000 euros à produire.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER