En ce moment

    25/04/2022

    Ils espèrent un relogement

    Entre bidonville et logement insalubre, c’est la galère pour les 80 occupants du squat qui a brûlé

    Par Clémentine Eveno

    Le 12 février dernier, un squat de Montreuil partait en fumée. Depuis, les 48 adultes et 32 enfants de la communauté Rom qui vivaient là se partagent entre un autre squat insalubre et un terrain vague. La mairie promet des améliorations.

    Claudia lève son pull marron. Des marques de brûlures quadrillent son dos. « Ça vient de l’incendie », souffle-t-elle. La maison qu’elle squattait a brûlé le 12 février 2022. Claudia et les 79 autres habitants du squat de la communauté Rom sont à la rue sans eau ni électricité. Le groupe est maintenant divisé en deux. Une partie vit dans un squat, une unique pièce où une trentaine d’habitants sont entassés. L’autre groupe de famille se retrouve sur un terrain vague, coincé entre un Lidl et une salle de sport. Petit rayon de soleil : la mairie leur promet l’installation prochaine de sanitaires et d’un point d’eau et, à plus long terme, d’un relogement.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/25_1.png

    Depuis l'incendie, le groupe de Roms est divisé en deux, sans eau ni électricité. Une partie vit dans une unique pièce où une trentaine d’habitants sont entassés. / Crédits : Clémentine Eveno

    Survie sans eau ni électricité

    En attendant, les deux enfants de Claudia, 11 et 13 ans, se rendent au centre Emmaüs situé à quelques centaines de mètres du terrain vague pour remplir des gros bidons d’eau. Sur place, ils peuvent aussi profiter d’une douche. La famille de cinq personnes vit dans un camion rouge pétant garé dans un coin.

    Sur le camp, le froid et la pluie printanière rendent le quotidien des 40 habitants difficile. Une peluche et une couverture léopard apparaissent depuis l’extérieur d’une Picasso cabossée. C’est le lieu de vie de Mandarina Vochta, 21 ans, visage bambin. Elle y dort avec son mari et ses deux enfants. Ils peuvent parfois se réchauffer en faisant du feu dehors, mais aujourd’hui, pas moyen. La pluie refuse de s’arrêter. Mandarina referme vite la portière. Son mari sert contre lui ses deux enfants. Le bébé fixe droit devant lui. Le plus grand pleure. Les deux petits s’emmitouflent un peu plus dans la couverture.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/12_1.png

    Sur le terrain occupé par les habitants roms, la famille de Mandarina vit dans sa voiture. / Crédits : Clémentine Eveno

    Certains n’ont même pas le luxe de dormir dans un véhicule. Roxana et son fils vivent dans une tente installée sous un abri en bois pour qu’aucune goutte ne passe. Même avec ce stratagème, impossible de faire sécher son linge quand il pleut. L’abri a été construit par les deux hommes qui s’affairent à quelques mètres de là, planches de bois dans les mains. Flori fanfaronne en roumain, langue avec laquelle il peut communiquer avec le traducteur :

    « Là, j’ai mis une semaine parce qu’on n’avait pas les matériaux, mais un abri comme ça, je te le fais en trois heures. »

    Encore faut-il dégoter les matériaux. Nicolaï, sourire et cheveux ébouriffés, montre les trous de l’abri. Il lui faut acheter des bâches. Pour ça, il fait la manche en ville.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/6_1.png

    Nicolaï tente de construire les abris. Pour combler les trous, il cherche à acheter des bâches. Pour cela, il fait la manche en ville. / Crédits : Clémentine Eveno

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/5_1.png

    Roxana et son fils vivent dans une tente installée sous un abri en bois. / Crédits : Clémentine Eveno

    Sa vie sur un matelas

    Dans le bâtiment occupé situé à deux stations de bus, c’est à peine mieux. Après l’incendie, une autre partie du groupe rescapée s’est réfugiée dans des locaux abandonnés. Une barrière en fer entrave l’accès à un bâtiment composé d’une unique pièce en parpaings. 35 personnes s’entassent sans chauffage et sans lumière. Parmi eux, deux bébés qui ont respectivement un et trois mois. Entre les gazouillements et les pleurs des marmots, les cris de joie d’enfants qui jouent au foot, il y a toujours un fond sonore.

    Une assiette de lentilles saucisse dans la main, Marie Guergeila, 24 ans, surveille d’un œil ses deux fils. Elle est enceinte d’un troisième. Elle ne peut plus supporter ce matelas en mousse sur lequel elle est assise. En plus de dormir dessus avec sa famille, elle y mange et y change ses enfants. Elle reste toute la nuit pliée pour que ses pieds ne touchent pas le sol.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/2_1.png

    Marie, 24 ans, surveille d’un œil ses deux fils. Elle ne peut plus supporter son matelas en mousse sur lequel elle vit. / Crédits : Clémentine Eveno

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/26_1.png

    Marie attend son troisième enfant dans ces conditions insalubres. / Crédits : Clémentine Eveno

    Installation d’eau et de sanitaires par la mairie

    Après deux mois d’incertitude, les 48 adultes et 32 enfants mis à la rue ont une pointe de soulagement. Maintenant, ils savent qu’ils vont avoir accès « avant toute chose à de l’eau et des sanitaires », selon un mail de la mairie que StreetPress a pu consulter. Les travaux commencent en mai.

    À LIRE AUSSI : Bienvenue au Platz, le camp Rom au bout des pistes de l’aéroport d’Orly

    À plus long terme, l’objectif est de reloger les familles dans de meilleures conditions, dans le cadre d’un accompagnement avec une association (Soliha). Mais à ce jour, aucune date n’est fixée.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/10_1.png

    Un relogement, mais quand ? / Crédits : Clémentine Eveno

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER