En ce moment

    21/11/2022

    « Ils veulent que la justice frappe fort et fasse un exemple »

    Comment la direction de RTE a fait appel à la DGSI pour mater des grévistes

    Par Leo Le Calvez

    Début octobre, quatre salariés de RTE, filiale d’EDF, ont été placés en garde à vue par la DGSI. Selon nos infos, l'entreprise a fait des pieds et des mains pour que le dossier soit traité par la sécurité intérieure plutôt que par la police locale.

    Le 5 octobre dernier, quatre salariés nordistes de RTE, filiale d’EDF chargée du transport d’électricité, ont été perquisitionnés et mis en garde à vue par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Lorsqu’à l’époque StreetPress avait sollicité le géant de la distribution d’électricité, l’entreprise avait répondu, par son service de presse, « avoir porté plainte contre X comme elle le fait dans ces situations. Une procédure judiciaire est en cours. Par ailleurs, après une enquête interne, RTE a engagé des procédures disciplinaires contre quatre salariés ». Sauf que selon nos informations, l’entreprise ne s’est pas contentée de porter plainte. Elle a fait des pieds et des mains pour que l’affaire soit prise en main par les services de renseignements. RTE veut que « la justice frappe fort et fasse un exemple », estime Francis Casanova, délégué syndical central (DSC) de la CGT RTE.

    À LIRE AUSSI : La DGSI perquisitionne et embarque quatre grévistes de RTE

    Le 26 juillet 2022, Pierre A., le responsable maintenance se rend au commissariat de Lille, « suite à une intervention dans le système de supervision de 14 postes électriques haute tension de manière non autorisée qui a entraîné une perte d’observabilité et de manoeuvrabilité de ces derniers ». Une action menée par des salariés en grève qui n’entraîne, ni coupure de courant, ni mise en danger des installations. Les grévistes rendent simplement invisible du réseau internet les transformateurs qui permettent de transmettre le courant. Ainsi, le centre de commande – alias la RTE – ne peut plus les diriger à distance et est obligé d’envoyer « un technicien pour regarder ce qu’il se passe ». Des faits pour lesquels ils prennent, au pire, une simple amende.

    Pierre A. dépose plainte au nom de RTE. Jusque-là rien d’inhabituel. Mais, selon certains éléments de procédures que StreetPress s’est procurés, deux jours plus tard, le directeur Sûreté du groupe RTE, Marc Betton, va contacter la DGSI « pour les informer des faits impactant leur système informatique ». Et c’est là que la machine s’emballe. La DGSI alerte le parquet de Paris, qui décide de se saisir du dossier. Il ouvre une enquête pour « entrave à un Système de traitement automatisé de données (Stad) », « sabotage informatique », « accès et maintien frauduleux dans un Stad », « introduction frauduleuse de données dans un Stad », « modification frauduleuse de données contenues dans un Stad » et « suppression frauduleuse de données contenues dans un Stad ». Le parquet dessaisit au passage la police de Lille et confie officiellement l’enquête à la sécurité intérieure (DGSI).

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/capture_pv_partie_1_0.png

    Deux jours après la plainte déposée par Pierre A. au nom de RTE, le directeur Sûreté du groupe RTE, Marc Betton, va contacter la DGSI « pour les informer des faits impactant leur système informatique ». / Crédits : DR

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/capture_pv_partie_2_0.png

    Après l'alerte donnée par Marc Betton, le directeur Sûreté du groupe RTE, la machine s’emballe. La DGSI alerte le parquet de Paris, qui décide de se saisir du dossier. / Crédits : DR

    Du côté de RTE, comme Marc Betton est en vacances, c’est Philippe Le-Falher qui prend le relais. Il s’agit de l’officier central de sécurité de l’entreprise. Début août, il informe la DGSI que RTE a été en mesure d’identifier les deux « possibles auteurs ». Mais pour boucler son enquête interne, RTE aurait besoin d’accéder à certaines données personnelles, ce qu’elle n’a pas le droit de faire, sauf si la justice le lui demande. Pas de problème : la DGSI transmet une réquisition qui va dans ce sens à RTE.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/capture_pv_dgsi_rte_0.png

    La DGSI alerte le parquet de Paris, qui décide de se saisir du dossier, et ouvre une enquête. / Crédits : DR

    L’enquête conjointe de l’entreprise et des services de sécurité intérieure se conclut par l’arrestation le 4 octobre dernier des quatre salariés qui sont placés en garde à vue au siège de la DGSI à Levallois-Perret (92). Après presque 96 heures d’enfermement, ils sont relâchés et placés sous contrôle judiciaire. Ils ont interdiction de se voir et de se contacter et leurs téléphones professionnels ainsi que leurs équipements informatiques ont été saisis. Ils seront jugés le 28 février prochain, ils risqueraient jusqu’à cinq ans de prison et 150.000 euros d’amende.

    À LIRE AUSSI : Moussa Gakou, gréviste de GRDF perquisitionné pour avoir coupé le gaz

    Contacté par StreetPress, Marc Betton a répondu que « RTE ne commente pas une procédure judiciaire en cours ». Philippe Le-Falher n’a quand à lui pas répondu à nos sollicitations.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER