En ce moment

    12/04/2023

    Pour l’amour de l’art, et de l’optimisation fiscale

    Les 750 millions d’euros d’œuvres d’art de Patrick Drahi échappent largement aux impôts

    Par Clara Monnoyeur

    Patrick Drahi possède une collection de plus de 200 œuvres estimées à 750 millions d’euros. De l’achat au stockage, jusqu’aux déplacements de sa collection, tout est pensé avec un seul objectif : que cela lui coûte le moins possible.

    Pablo Picasso, Marc Chagall, Eugène Delacroix, Jean Dubuffet, Alberto Giacometti… Une partie des créations de ces artistes mondialement connus n’est pas exposée dans les plus grands musées du monde mais détenue par un milliardaire français : Patrick Drahi. C’est ce que révèlent les documents issus d’une fuite de données que les médias indépendants Reflets, StreetPress et Blast ont pu consulter.

    Comme d’autres milliardaires, Patrick Drahi, à la tête du groupe Altice (SFR, BFM…) et 11e fortune de France, est devenu un grand collectionneur. Une passion très rentable : l’achat d’œuvres d’art permet de défiscaliser et les tableaux prennent souvent de la valeur au fil des années. C’est donc double gain. Ce système bien huilé, le milliardaire obsédé par les profits l’a poussé à son paroxysme. De l’achat d’œuvres d’art à leur stockage, en passant par leur transport, il a ses recettes pour payer toujours moins et gagner toujours plus. Instructif, s’il vous prenait l’envie de démarrer une collection…

    A LIRE AUSSI Les ports francs, ces hangars sécurisés où les milliardaires cachent leurs tableaux

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/5.crepuscule_2.jpg

    Dans sa résidence à Zermatt en Suisse, Patrick Drahi prévoit l'accrochage d'un tableau de Fernand Léger d'une valeur de plus de 15 millions d'euros. / Crédits : Caroline Varon

    Chagall, Giacometti et Picasso…

    Patrick Drahi semble aimer l’art encore plus que… les fraises Tagada qui l’accompagnent dans chacun de ses voyages en avion – une petite curiosité révélée dans un précédent volet de notre série des DrahiLeaks. Il possède des chefs-d’œuvre en quantité. Comme le décomptait le média en ligne suisse Heidi.News, une vingtaine de tableaux sont accrochés aux murs d’une de ses résidences près de Genève, dont un Modigliani acheté plus de 68 millions d’euros.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/collage_gallery_i_et_ii_projet_installation_israel.png

    Dans sa villa en Israël, Patrick Drahi prévoit l’accrochage d’un peu plus de 80 œuvres de style orientaliste. / Crédits : DrahilLeaks

    Dans une de ses résidences, Patrick Drahi avait prévu également l’accrochage d’un peu plus de 80 œuvres de style orientaliste. Un document de 15 pages – sur lequel nous avons mis la main – recense les tableaux et leurs futurs emplacements. Faut-il les installer dans la chambre des enfants ? Dans la salle à manger ? Ou dans le hammam ? Avant de se décider, Patrick Drahi demande conseil à l’un des chefs de département de Sotheby’s, qui lui prépare une maquette pour l’aider.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/collage_projet_installation_tableaux_etage_angelina_g_et_graziella_d.png

    Une quinzaine de tableaux sont prévus dans les étages réservés aux filles de Patrick Drahi. / Crédits : DrahiLeaks

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/collage_projet_installation_tableaux_israel_etage_david_g_et_nathan_d.png

    20 tableaux sont prévus dans les étages réservés aux fils de Patrick Drahi. / Crédits : DrahiLeaks

    La vue sur les montagnes depuis ses chalets de Zermatt en Suisse a, elle aussi, de la concurrence : une dizaine de tableaux, au moins, y sont accrochés aux murs. Un document rédigé au moment de leur installation, également exhumé par nos soins des DrahiLeaks, détaille les œuvres et leur placement dans la baraque. « Les versatiles » de Dubuffet, acheté plus de 5 millions d’euros, ira dans le salon « au-dessus du canapé ». Le tableau « Crépuscule ou la maison rouge » de Marc Chagall, acquis plus de 4 millions d’euros, sera parfait dans la salle de télévision de la famille. Un autre Dubuffet – « Vue de Paris, le petit commerce » – sera accroché dans la pièce télé des enfants… « à la place du puzzle ».

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/2.gestell.jpg

    La vue sur les montagnes depuis ses chalets de Zermatt en Suisse a de la concurrence. / Crédits : Caroline Varon

    Sympa la déco, mais pas donnée. La collection Drahi est estimée par Heidi.news et Le Monde à au moins 750 millions d’euros pour plus de 200 œuvres d’art (1). Enfermées dans ses villas, ces pièces de musée sont visibles uniquement par le milliardaire et son entourage.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/3.le_campeur.jpg

    La collection de Patrick Drahi est estimée à au moins 750 millions d’euros. / Crédits : Caroline Varon

    L’art, pour se payer aussi un réseau

    Mais Patrick Drahi est plus qu’un simple collectionneur qui souhaite redécorer ses résidences. En juin 2019, il s’est offert la maison Sotheby’s pour 3,3 milliards d’euros. Il est ainsi devenu le concurrent direct de Christie’s, la première maison de vente aux enchères détenue par François Pinault. Un investissement stratégique qui fait de lui un acteur incontournable du marché de l’art. « Cela lui permet de contrôler toute la chaîne, et d’être au courant des œuvres qui arrivent sur le marché », explique un bon connaisseur du marché de l’art. Une façon aussi de s’entourer des plus grands spécialistes et ainsi, être sûr de faire les meilleurs investissements. Pour Alexis Fournol, avocat spécialisé dans le domaine de l’art, c’est en effet le moyen « de savoir qui sont les plus grands acheteurs, de connaître leurs goûts » et de s’acheter un réseau :

    « L’art est toujours vecteur de sociabilisation et de respectabilité. Cela vous permet de rentrer dans un certain groupe, et de côtoyer vos pairs. Des personnes qui achètent des Chagall, il n’y en a pas tous les quatre matins. C’est un peu l’entrée dans un club… »

    L’achat de Sotheby’s est également la meilleure publicité pour se faire connaître sur les marchés étrangers. « Par exemple est-ce que les Américains savent ce qu’est Altice et qui est Patrick Drahi ? Non, par contre ils savent ce qu’est Sotheby’s parce qu’ils achètent là-bas. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/4.gabriele.jpg

    Patrick Drahi posséderait plus de 200 œuvres d'art. / Crédits : Caroline Varon

    Faire les meilleurs investissements

    Si la collection d’œuvres de Patrick Drahi ressemble pour le moment plus à une accumulation de patrimoine, l’art est un marché très rentable à condition d’avoir les moyens de faire de gros investissements au départ. Capital parle ainsi « de 6 à 7% de rendement par an sur le long terme (c’est-à-dire sur un horizon de dix à quinze ans) ». Certains explosent ces rendements. Selon Challenges, François Pinault a par exemple acheté 25 millions de dollars trois Rothko (peintre expressionniste américain). Dix ans plus tard, il en a revendu deux, dont un pour plus de 50 millions.

    Patrick Drahi, lui, ne semble pas prendre trop de risques. Les mauvaises langues diraient qu’il n’y connaît pas grand-chose. Le propriétaire d’Altice achète principalement des tableaux du 19e et début du 20e siècle, et surtout des grands noms comme Picasso ou Chagall. Des valeurs sûres et rentables, plutôt recherchées sur le marché.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/1.le_corsage_touge.jpg

    Le tableau de Fernand Léger « Le corsage rouge » devrait être installé dans la « pièce master », sur le « mur de droite » / Crédits : Caroline Varon

    Un placement financier

    « Il y a une circulation assez rapide des œuvres emblématiques et des prix stratosphériques qui ne veulent rien dire », relève une spécialiste. De bons investissements, donc. « Les prix ont profondément évolué au cours des dernières années : si aucune œuvre n’atteignait 100 millions de dollars aux enchères il y a 20 ans, ce seuil de prix a été dépassé à 23 reprises depuis, dont six fois en 2022, ce qui n’était jamais arrivé auparavant », peut-on lire dans le rapport annuel d’Art Price. « La première fois qu’une œuvre d’art atteint le palier des 100 millions de dollars, nous sommes en 2004, avec le Garçon à la pipe de Picasso ».

    Pour l’avocat en droit de l’art Alexis Fournol, investir dans les œuvres d’art relève aussi de la « diversification patrimoniale », comme peut l’être par exemple un investissement dans l’immobilier. « Pour être un peu caricatural, une fois que vous avez acheté 10 maisons, 10 Ferrari et un jet privé, qu’est-ce qu’il vous reste ? » Dit comme ça… « Une fois passé l’attrait purement décoratif ou sentimental, les gens voient parfois ça comme un placement financier », reprend Alexis Fournol. Avec cette précision :

    « Cette pratique ne représente qu’une infime partie du marché de l’art, réservée à une frange ultra résiduelle de personnes extrêmement riches. »

    Toutes ses œuvres, Patrick Drahi les achète via des sociétés dédiées à ces acquisitions. Une pratique courante dans le milieu selon les spécialistes interrogés. Leur domiciliation n’est évidemment pas laissée au hasard. Une de ces sociétés était domiciliée au Luxembourg, d’autres ont été créées aux Caraïbes, à Saint-Vincent-les-Grenadines. « Le Luxembourg permet de bénéficier d’une fiscalité atténuée en cas de succession », souligne l’avocat. La domiciliation de Saint-Vincent-les-Grenadines, en cas de revente des œuvres, offre des avantages en cas de plus-value.

    Stocker pour économiser

    Contrairement à d’autres milliardaires, le magnat des télécoms n’a ni fondation, ni collection exposée au grand public. Ses œuvres restent chez lui, pour son seul regard et celui de son entourage. Une autre partie de sa collection n’est même pas visible : elle dort dans des caisses en bois, dans le port franc de Genève. Cet immense entrepôt, véritable caverne d’Ali Baba, regorge de produits de luxe : œuvres d’art mais aussi grands crus, lingots d’or, pierres précieuses et même voitures (de collection).

    Au total, le port franc de Genève contiendrait plus de 90 milliards d’euros de trésors. « Le plus grand musée du monde », comme il est régulièrement surnommé, que personne n’a le droit de visiter.

    Environ un tiers des œuvres de Patrick Drahi y seraient stockées (2). Certaines dorment là depuis 2013 (3). Dans le lot, quelques chefs d’œuvres : deux Chagall, mais aussi un Picasso d’une valeur de plus de 24 millions d’euros, des tableaux d’Henry Moore et de Bacon, et même une statue de Giacometti (estimée à plus de 79 millions d’euros) (4).
    Mais que font-ils là ? Les a-t-on entreposés en attendant qu’ils prennent de la valeur ?

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/1_inventaire_pf_2022_page_1_png.png

    Les œuvres de Patrick Drahi stockées dans le port franc de Genève selon un document de 2022. / Crédits : DrahiLeaks

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/2_inventaire_pf_2022_page_2_png_0.png

    Giacometti, Chagall, Picasso... / Crédits : DrahiLeaks

    « Les personnes qui placent leurs biens dans ces zones-là sont soit rassurées de savoir leurs biens dans des lieux sûrs et confidentiels, soit essayent de contourner possiblement certaines taxes », explique Marine Vazzoler, journaliste au Quotidien de l’art. En effet, ce coffre-fort géant, détenu à plus de 80 % par le canton de Genève, est situé dans une zone franche. Les marchandises qui y passent ne sont, par conséquent, pas soumises aux droits à l’importation, ni aux autres impositions. Tout ça pour une durée illimitée.

    Le port franc de Genève possède également une salle d’exposition qui permet de faire du business. Les œuvres peuvent être vendues sur place, sans payer de droits de douane, ni de TVA.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/3_inventaire_pf_2020_page_1_png.png

    Selon ce document de 2020, certaines œuvres de Patrick Drahi sont enfermées dans des boites en bois dans le port franc de Genève depuis des années. / Crédits : DrahiLeaks

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/4_inventaire_pf_2020_page_2_png.png

    Des trésors signés Dubuffet, Miro, Léger, Chagall, Moore... que personne ne peut admirer. / Crédits : DrahiLeaks

    Rare exception à cette privatisation des œuvres qu’il a acquises, selon les documents que nous avons consultés, Patrick Drahi a prêté en 2022 une œuvre de Kandinsky au musée du château de Murnau en Allemagne. Il n’y perd pas au change. En effet, exposer un tableau fait monter sa cote, et donc sa valeur. Intéressant en cas de revente. Cela semble rester marginal : pour le moment, l’immense majorité de ses œuvres n’est jamais montrée au public.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/1.plant_de_tomate.jpg

    Environ un tiers des œuvres de Patrick Drahi seraient stockées dans le port franc de Genève. / Crédits : Caroline Varon

    A LIRE AUSSI Les ports francs, ces hangars sécurisés où les milliardaires cachent leurs tableaux

    Balade au rythme de la fiscalité

    Le déplacement d’une œuvre dans le cadre d’un prêt pour une exposition est totalement pris en charge par le musée qui l’accueille. En revanche, si Patrick Drahi veut faire sortir un de ses trésors du port franc de Genève pour l’accrocher dans une de ses résidences, c’est à ses frais. Pour une statue d’Arik Levy (d’une valeur de 50.000 euros), attendue à Zermatt pour une installation « à la piscine », la livraison est estimée à 5.870 CHF par la société de transports. Via sa collaboratrice, Patrick Drahi demande à avoir une réduction. Il faudra aussi mobiliser le personnel des Drahi pour porter la caisse de plus de 200 kilos.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/3.loiseau_senvole_.jpg

    Certains tableaux dorment dans leur boites en bois depuis des années. / Crédits : Caroline Varon

    Parfois, le voyage se fait sur d’autres continents. Ainsi, quand son fils a le projet de s’installer aux États-Unis, son équipe de conseillers analyse les conséquences fiscales de cette future installation : et rédige un document. David Drahi, le fils, possède lui aussi plusieurs œuvres de valeur qu’il « n’a pas l’intention de vendre ou de louer », peut-on lire. Les conseillers élaborent des montages pour lui éviter notamment de payer les droits de douane. Pour chaque éventualité – si David Drahi reste aux USA, s’il rentre en Europe, s’il veut vendre ses œuvres – le document recense les conséquences fiscales. Toujours autour du même objectif : quelle stratégie permet de payer le moins de taxes et d’impôts possibles ?

    Quand on est milliardaire, tout se négocie. Lorsque Patrick Drahi part s’installer sous le soleil de Saint-Kitts-et-Nevis dans les Caraïbes pour sa fiscalité avantageuse, il réussit à obtenir des avantages fiscaux sur sa collection d’art, comme l’avait révélé Reflets. En mai 2022, en échange d’investissements sur l’île, l’administration de Nevis lui accorde une exemption de droits de douane et sur la valeur ajoutée de tous les matériels importés, dont les œuvres d’art et les sculptures. Initialement, le ministre voulait taxer ces dernières. « Mais les discussions entre gens de bonne compagnie auraient permis de les exclure », précise l’enquête de Reflets.

    Comment échapper aux impôts

    Les stratégies et l’inventivité de l’équipe de fiscalistes de Patrick Drahi ne s’arrêtent pas là. Le magnat des télécoms n’achète pas d’œuvres en son nom propre. Il les a initialement acquises via Before, une structure installée au Luxembourg. Puis Before est devenue Forever, domiciliée à Saint-Vincent-les-Grenadines, toujours aux Caraïbes. L’un des indispensables experts fiscaux de la famille Drahi justifie cette nouvelle domiciliation, comme l’avait révélé Reflets.info, par les règles fiscales très avantageuses du pays. Le transfert soudain de la collection Drahi vers une société offshore serait notamment dû à l’entrée en vigueur d’une nouvelle réglementation fiscale, comme Heidi.News et Le Monde l’ont révélé.

    En effet, en domiciliant dans un premier temps Before au Luxembourg, Patrick Drahi bénéficiait d’avantages fiscaux. Le jour où il voudrait céder sa collection à ses enfants ou vendre, il ne devait pas payer d’impôts sur les plus-values. Sauf qu’après le scandale des « Lux Leaks », l’Union européenne a adopté en 2017 la nouvelle directive « ATAD 2 », censée limiter les possibilités d’optimisation fiscale dans les pays européens. Une tuile pour le collectionneur, qui vient déjouer le plan de ses conseillers. Ses fiscalistes ont eu le temps d’analyser les possibilités pour échapper à ce nouveau dispositif. En effet, la réforme n’est devenue effective qu’au premier janvier 2022.

    En réaction, Patrick Drahi et ses équipes décident de créer deux sociétés : Angelheart Ltd, au nom de sa fille Angelina, et Forever Ltd, au nom de son fils David. Les deux sont domiciliées aux Caraïbes, à Saint-Vincent-les-Grenadines, où il fait chaud mais où les taux d’imposition sur les plus-values sont gelés à 0 %. Et ces deux nouvelles sociétés-écrans achètent l’ensemble des tableaux détenus par Before (la société du père). L’opération est financée via un système de donations indirectes du père aux enfants.

    Malgré cette ingénierie, il reste un problème. Les œuvres d’art, dont Patrick Drahi souhaite céder la propriété à ses enfants, doivent être vendues au prix du marché. À l’époque où elles ont été achetées, leur valeur était de 712 millions d’euros. Sauf que certaines œuvres ont, depuis, pris de la valeur : l’ensemble vaudrait, selon les experts de Drahi, 764 millions d’euros. Ce qui veut dire que « Before SA réalisera une plus-value de 51 millions d’euros, imposable à 17 % – soit 9 millions d’euros d’impôts à acquitter au Luxembourg », détaille Le Monde. Mais l’équipe de conseillers de la famille assure pourtant que grâce à des mécanismes d’optimisation fiscale « aucune imposition ne devrait par conséquent être due par la société suite à ces cessions ».

    Mais tout ne se passe pas comme promis puisqu’il reste tout de même un impôt de 3 millions d’euros à acquitter. Comme le raconte encore Le Monde, à cette découverte, la réaction du fidèle fiscaliste de Patrick Drahi est fraîche : « C’est de loin pas ce que tu m’avais communiqué, merci de m’appeler immédiatement », lance-t-il à son confrère luxembourgeois. On ne peut pas gagner à tous les coups.

    Mais pour Patrick Drahi, on trouve toujours une solution : il aurait suffi de changer le prix de vente des œuvres à la baisse. La plus-value réalisée par Before SA ainsi diminuée, plus besoin de payer d’impôts… Si le contrat de cession a été signé depuis cinq mois, les équipes de Patrick Drahi en auraient rédigé une nouvelle version, avec un prix soldé, qui a miraculeusement baissé de 17,7 millions d’euros, comme l’article du Monde le constate : « La valeur d’un Picasso passe de 27 à 24,5 millions d’euros quand celle d’une gouache de Miro chute de près de 1 million d’euros ». Et le tour semble joué au prix de ce petit tour de passe-passe. « La deuxième mouture du contrat reste datée du 29 octobre 2021, ce qui suggère un possible antidatage », notent encore nos confrères. Reste à savoir si la justice d’un des nombreux pays où Patrick Drahi a domicilié ses sociétés s’en apercevra elle aussi. Et si elle se saisira du dossier…

    (1) Chiffre indicatif, il a pu entre temps en vendre, ou en acheter d’autres.

    (2) Taux indicatif, qui peut varier selon les années et les décomptes
    réalisés par les équipes de Drahi.

    (3) Selon un document de 2020.

    (4) Selon un document de 2019.

    Enquête de Clara Monnoyeur. Illustration de Une de Caroline Varon.

    Contactés, ni Patrick Drahi, ni le port franc de Genève n’ont répondu à nos questions

    RELISEZ LA SAISON 1 DES DRAHILEAKS

    DECOUVREZ LA SAISON 2 DES DRAHILEAKS

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER