Dans l’enfer de la prison de Fresnes

Dans l’enfer de la prison de Fresnes

10 détenus saisissent la justice européenne

Prison break | Enquête | par | 8 Janvier 2018

Dans l’enfer de la prison de Fresnes

Puces, infections, violences, fouilles à nu, plus de 20 prisonniers enfermés dans d’anciens boxs à chevaux... StreetPress a pu consulter les témoignages de détenus qui déposent une requête contre Fresnes devant la Cour européenne des droits de l'homme.

« Je crains pour mon intégrité physique. Je crains pour mon intégrité psychologique. Je crains le personnel pénitentiaire. Je crains pour ma vie. Je ne me sens pas en sécurité du tout », écrit Franck (1), un détenu de la maison d’arrêt de Fresnes dans un questionnaire retourné à l’Observatoire International des Prisons. Il détaille les brimades, les rats, les puces de lit. Un récit court et tenu qui raconte à lui seul un morceau de l’enfer de Fresnes. « Il faut casser cette prison et la reconstruire », conclut Franck :

« Les gens souffrent énormément. Les droits de l’homme s’arrêtent à l’entrée de Fresnes. On n’a aucun droit. »

Comme Franck, au cours des six derniers mois, dix détenus ont déposé une requête devant la Cour européenne des droits de l’homme pour dénoncer leur condition d’incarcération. StreetPress a pu consulter leurs témoignages écrits. La démarche est soutenue par l’Observatoire Internationale des Prisons (OIP), une ONG qui vient en aide aux prisonniers. Car Fresnes n’est pas une prison comme les autres. Discipline de fer, cours de promenade minuscules et dangereuses, violence des gardiens, usage immodéré et parfois abusif des salles d’attente, fouilles à nu systématiques… Les spécificités de la maison rendent le séjour des détenus particulièrement difficile. Bienvenue dans l’enfer de Fresnes.

Fresnes1
La prison est constamment surpeuplée. / Crédits : JC. Hanché pour le CGLPL.

Des conditions de vie infernales

À Fresnes, les détenus sont confinés en moyenne 22 heures sur 24. Les cellules sont surpeuplées. La densité d’occupation de l’établissement avoisine bien souvent les 200%. Du côté des cellules, il y a beaucoup à redire. Dans leurs témoignages, les requérants parlent de cellules dans un « état catastrophique, très mal isolées, le froid et la pluie rentrent », avec des « problèmes d’étanchéité, des moisissures sur le plafond, sur les murs, [des] champignons, [et des] saletés. »

« Les lits sont des nids à punaise et les draps sont changés toutes les trois semaines », écrit Yann (1), l’un des requérants. Les couvertures, quant à elles, ne sont « jamais lavées ni changées », ajoute-t-il. Les nuisibles qui infestent la literie rendent la vie impossible aux détenus de Fresnes. « Ça me démange tous les soirs », raconte Ali (1), un autre prisonnier :

« Je dors avec les punaises. Je les sens quand je dors sur ma peau. Ça me fait des boutons et ça tache ma peau. »

Fresnes2
Les marques laissées sur le dos d'un détenu par les punaises. / Crédits : Le CGLPL.

Louise Dumont Saint-Priest, avocate de deux détenus, résume :

« Les rats, les cafards et les punaises de lit, on en est à un stade où on en parle même plus tellement ça devient la norme. »

L’hygiène est le principal grief des détenus contre l’administration pénitentiaire. « Les douches sont sales, c’est un nid à microbes », écrit Franck. Interrogé par l’OIP sur la fréquence des douches, Yann (1) répond que celles-ci ont lieu « trois fois par semaine à 7h du matin quand on ne nous oublie pas ».

À Paris, nous avons rencontré Djibril, un ancien de Fresnes. Lui aussi garde un souvenir amer de ces « douches ». « T’as un bac blanc avec un petit creux pour que tu puisses mettre tes pieds. Le truc doit être bouché depuis qu’ils ont construit la prison en mille huit cent je sais pas combien », raconte ce trentenaire au parcours carcéral chargé :

« Quand tu regardes où tu vas mettre tes pieds, tu vois des petites bêtes vertes qui bougent sur un fond marron. Sur les murs [des douches], il y a des mousses vertes qui ont poussé les unes sur les autres. Au-dessus, il y a des fissures de partout qui sont devenues toutes noires. C’est affreux. Tu te laves là dedans. »

Treize ans après sa sortie, l’homme garde des séquelles de son passage en prison. Des dizaines de cicatrices parsèment encore ses deux pieds. Les traces d’une maladie de peau contractée lors de son passage à Fresnes.

Fresnes7
De nombreuses années après sa sortie, il garde des séquelles. / Crédits : Théo Englebert

Des cours de promenade dans d’anciens box à chevaux

« Un carré de 12m² avec des fils barbelés, une porte en bois et une cabine téléphonique ». C’est ainsi que Léon (1) décrit les cours de promenade de Fresnes, tristement célèbres pour leur vétusté. « Fresnes, c’est une légende dans le monde carcéral français », rebondit V.R :

« Et les cours de promenade de Fresnes c’est vraiment la légende dans la légende des prisons françaises. Tout le monde connaît les box à chevaux de Fresnes, même ceux qui n’y ont jamais été. »

Incarcéré entre 2015 et avril 2017, V.R a porté plainte contre l’état de ces cours de promenade devant le tribunal administratif de Melun. « À Fresnes je les ai rendus fous. Sur tout ce qui n’était pas légal ou normal, je faisais une requête », annonce-t-il :

« L’administration pénitentiaire parie sur le découragement. On ne nous explique jamais que l’on peut faire des recours. On n’a même pas l’adresse du tribunal administratif, alors que c’est fondamental. »

Au téléphone, l’homme ne se fait pas prier pour raconter ces (tristement) légendaires cours de promenade :

« On est à 20 ou 30 dans d’anciens boxs à chevaux qui font 6m sur 6m pour les plus grands. C’est un espace où il y a des rats qui urinent par terre avec tous les risques de maladie que ça implique », annonce t-il d’emblée :

« Ça a des conséquences énormes sur le moral et l’ambiance. Vous imaginez 20 personnes qui organisent leur vie pendant deux heures dans cet espace ? »

Fresnes5
Les espaces de promenade. / Crédits : JC. Hanché pour le CGLPL.

Outre leur taille réduite, les cours de promenade de Fresnes ne sont pas équipées de sanitaires. Résultat ? Les détenus urinent par terre ou dans des bouteilles en plastique :

« J’ai vu des scènes incroyables avec des gens qui au bout de trente minutes ne pouvaient plus supporter d’être debout. Mais ils n’ont pas le choix. Soit ils acceptent de souffrir pour prendre un peu l’air, soit ils restent en cellule tout le temps. »

Outre les problèmes sanitaires, de nombreux observateurs ont dénoncé ces cours de promenade comme de véritables lieux de non-droit où les détenus sont livrés à eux-mêmes. Rackets et règlements de compte violents y sont fréquents. « Il n’y a pas de surveillant », s’étrangle V.R :

« Il y a une dizaine ou une quinzaine de cours collées les unes aux autres. Au-dessus, il y a une guérite qui permet à un surveillant de surveiller toutes ces promenades. Ils ont carrément dû mettre des barbelés pour éviter que des mecs ne sautent d’une promenade à l’autre pour défoncer d’autres détenus. »

La salle d’attente comme méthode punitive

L’une des spécificités de Fresnes, ce sont ses salles d’attente. « C’est un établissement qui est vraiment spécial de par son architecture intérieure. Vous avez une espèce d’immense couloir. De chaque côté vous avez les ailes de détention et tout au bout le quartier disciplinaire », explique Maud Schlaffmann. L’avocate de plusieurs détenus en guerre contre l’administration pénitentiaire connaît les lieux comme sa poche :

« L’idée, c’est qu’il n’y ait pas trop de détenus qui circulent en même temps. Donc dès qu’il y a un mouvement, on met la personne en salle d’attente. On s’est rendu compte que certains surveillants utilisaient aussi ces salles d’attente à des fins disciplinaires. »

« Les salles d’attente sont très sales, elles sentent l’urine en abondance », écrit un requérant. Dans ces salles d’attentes surpeuplées de 8 à 9 m², les détenus poireautent des heures en attendant que des surveillants daignent venir les chercher. « Le plus longtemps que j’ai fait est 4h », écrit Ali (1) dans son témoignage. La plupart des détenus s’accordent sur un temps d’attente de « 45 minutes à l’aller et de 1h30 au retour ».

Fresnes4
Les détenus passent des heures dans cette sale, sans latrines. / Crédits : JC. Hanché pour le CGLPL.

Pour les détenus, c’est clair : le personnel de Fresnes utilise ces salles d’attente comme un moyen de punition arbitraire et officieux. « Pour être placé en quartier disciplinaire, il y a une procédure particulière avec des règles à respecter. On ne peut pas faire ça n’importe comment », explique Maud Schlaffmann :

« Du coup, quand ça ne rentre pas dans les cases, on place les détenus en salle d’attente et on retourne les chercher quand ça nous chante. »

V.R, de son côté, confirme l’étendu de ces pratiques :

« À partir du moment où un surveillant veut vous faire passer un message ou se venger de vous, il vous met en salle d’attente et il vous laisse péter les plombs. »

Un personnel parfois violent et des détenus humiliés

Plusieurs détenus dénoncent le comportement de certains surveillants. « Un chef a étranglé un détenu qui refusait la salle d’attente où des détenus fumaient. S’en suit une intervention des surveillants, qui l’ont frappé au sol et fait piquer par le médecin », rapporte Yann (1) dans son témoignage, avant de raconter l’humiliation qu’il a lui-même subie :

« Tout nu au retour du parloir familial, le surveillant a refusé de me rendre mon caleçon parce qu’il voulait que j’écarte les fesses. »

Dans sa lettre envoyée à la Cour européenne des droits de l’homme, Léon, aussi, se plaint de mauvais traitements de la part des surveillants de Fresnes :

« Un surveillant a poussé la porte de ma cellule sur ma tête au D1 [division de la détention] et au D2 [autre division de la détention] je me suis fait étrangler par un surveillant parce que j’ai ramassé une cigarette sous une porte. »

Fresnes6
Derrière les murs... / Crédits : JC. Hanché pour le CGLPL.

Derrière les portes de la prison, la violence est quotidienne, explique V.R. « Fresnes, c’est ultra violent. Quand il y a une intervention la plupart du temps ça se termine mal. » La faute à des surveillants zélés… et à une administration qui fermerait les yeux :

« Il y a des surveillants qui sont réputés. C’est souvent ceux qui sont à l’isolement ou au quartier disciplinaire. C’est des mecs rompus au combat qui font du free-fight. C’est ceux-là qu’on met en avant et ils ne cherchent pas à comprendre, ils frappent. »

Maitre Schlaffmann, elle aussi, a pu constater la fréquence de mauvais traitements à Fresnes :

« Des personnes m’ont fait état de manière quand même assez régulière, beaucoup plus que dans certains autres établissements, de violences qu’elles ont subies et notamment commises par des surveillants. »

Fouilles à nu illégales

Autre spécialité de Fresnes ? Les fouilles à nu systématiques avant et après les parloirs. « Ça commence par une salle d’attente, ensuite nous passons 4 par 4 dans une salle », raconte Ali :

« Un petit mur nous sépare des autres détenus. Nous donnons nos habits au surveillant ainsi que le caleçon et il nous demande de nous retourner. »

Dans son rapport de 2016, le contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) constate lui aussi le recours systématique à cette mesure controversée. « Il y a un historique à Fresnes », précise Nicolas Ferran, responsable du pôle juridique de l’OIP. « En juillet 2012, on a attaqué la prison de Fresnes sur les fouilles à nu systématiques. Le tribunal administratif de Melun a suspendu la note qui prévoyait ces fouilles. Et puis on a réussi à récupérer deux notes supplémentaires dans lesquelles il s’est avéré que la direction a maintenu les fouilles en dépit de la décision de justice. »

Malgré de nouveaux recours de la part de l’association, la procédure, jugée illégale par le tribunal administratif, continue à être appliquée derrière les murs d’enceinte. « Dans le cadre d’une procédure ultérieure, on a appris qu’il y avait eu une quatrième note » déplore Nicolas Ferran. Dans la foulée, le défenseur des droits a réclamé des sanctions contre l’ancien directeur pour ne pas avoir respecté les décisions de justice.

Pour Maitre Louise Dumont Saint-Priest, la violence ne vient pas seulement des surveillants. Elle est inhérente à l’établissement et au peu de moyens qui lui sont alloués. « La vétusté entraîne une violence psychologique et presque physique. » L’avocate illustre son propos par une anecdote en apparence anodine. « Je sors tout juste de Fresnes. Cet après-midi, un surveillant qui voulait appeler son collègue au troisième étage et dont le talkie-walkie ne marchait pas, s’est mis à crier dans toute la prison pour le faire descendre », raconte-t-elle :

« Ça pousse le niveau sonore à un niveau hallucinant et tout le monde pète vite un câble. Ça a duré une demi-heure. Ça participe clairement à une violence et à une tension humaine. On se rend compte de ce que sont les conditions de détention à Fresnes quand on voit ça. Même nous, les avocats, on en vient à le ressentir. »

Fresnes3
Les parloirs sont exiguës. / Crédits : JC. Hanché pour le CGLPL.

« C’est l’enfer à Fresnes », écrit Yann (1) dans sa lettre envoyée à la CEDH. Dans ce court texte, l’homme décrit l’ambiance mortifère qui règne dans la prison :

« Je suis humilié par rapport à ma religion. Humilié au retour parloir par la fouille à nu. Humilié pendant le parloir de ne pas pouvoir être en intimité avec ma compagne (mère de mon enfant). C’est un robotisme quotidien. C’est broyant. Les portes qui claquent, les surveillants qui parlent mal, les odeurs de sale par la fenêtre… »

Avant de conclure en lettre capitale « L’ENFER C’EST FRESNES ».

No futur

« Ce qui est problématique, explique Maud Schlaffmann, avocate de quatre requérants, c’est que malgré le fait que des rapports sortent sur cet établissement, rien ne change vraiment ». Depuis un an, la prison de Fresnes a été pointée du doigt par le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), le Comité européen pour les préventions de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) et l’Observatoire International des Prisons… Pourtant rien ne semble avoir changé. « Quand on fait état auprès des magistrats des conditions de détention à Fresnes, on nous répond que l’on n’apporte pas la preuve que votre client subit personnellement ces conditions de détention », se lamente Maître Schlaffmann :

« Donc aujourd’hui une parole de personne détenue ne vaut rien devant la justice française. »

« Depuis que je vous ai écrit la première fois, la pénitentiaire m’en veut et me punit » écrit Franck à l’Observatoire international des prisons. V.R confirme qu’il n’est pas facile de dévoiler les coulisses peu reluisantes de la maison d’arrêt sans subir l’ire des gardiens :

« Quand il y a intervention, les surveillants viennent et ils frappent d’abord. Si vous avez le tort de porter plainte, vous vous retrouvez avec cinq surveillants qui déposent contre vous et une plainte au pénal. Vous vous retrouvez avec une affaire supplémentaire qui dure six mois, huit mois, un an… »

Dans ces conditions, la majorité des détenus préféreraient taire les violences qu’ils subissent.

Fresnes8
Quand les détenus ne sont pas là, les rats dansent. / Crédits : JC. Hanché pour le CGLPL.

Contactés par StreetPress, ni l’administration pénitentiaire, ni le ministère de la Justice n’ont donné suite à nos demandes d’interviews.

(1). Les questionnaires étaient anonymes, les prénoms ont donc été ajoutés. Tous les propos de détenus, à l’exception de ceux de Djibril et V.R sont tirés de ces questionnaires.


L'actu