En ce moment

    02 / 09 / 2019

    Saluts nazis et coups de poing

    4 militants du Bastion social Chambéry condamnés pour une agression

    Par Christophe-Cécil Garnier , Yann Castanier

    Le 15 juillet 2018, six membres du Bastion social Chambéry frappent un groupe de supporters venus fêter le titre des Bleus. Un an plus tard, le jugement est tombé : 6 mois fermes pour l’un d’eux et 4 mois avec sursis pour trois autres.

    Le Bastion social a été dissous il y a plus de cinq mois, pourtant ses membres continuent d’être condamnés. Le 27 juin dernier, quatre militants de l’ex-mouvement néo-fasciste étaient jugés pour l’agression à Chambéry, le soir du sacre de l’équipe de France de football, de plusieurs supporters. Une affaire dont StreetPress s’était fait écho ici. Le délibéré est tombé le 21 août : trois militants sont condamnés à quatre mois de prison avec sursis, un quatrième à 6 mois de prison ferme (sans mandat de dépôt).

    Virée violente dans Chambéry

    Le 15 juillet 2018, l’équipe de France de football est sur le toit du monde depuis quelques heures. À Chambéry comme ailleurs, on fête la victoire des Bleus et les buts de Pogba, Mbappé et Griezmann. Il est aux alentours de 20h quand deux groupes se rencontrent rue de la Trésorerie, à l’écart du centre-ville. D’un côté, Manon, Edgar, son frère, la copine de ce dernier et deux amis. De l’autre, Mathias Jacquet, Florian Danger, Bruce Venner, Maxime Lombard, Romain Lucas et Neil N. Le premier est trésorier de l’association « Les petits reblochons », faux nez du Bastion social à Chambéry. Le second en est le président et le troisième est le secrétaire.

    À LIRE AUSSI : Bastion Social, une virée violente pour fêter le titre des Bleus

    Dans l’euphorie du moment, Edgar crie : « Vive la France ! On est champions du monde ! ». En face, l’autre groupe ne répond pas mais lorsque le trentenaire se retourne pour parler à un de ses amis, il aperçoit deux des membres faire un salut nazi dans sa direction. Edgar les traite alors de « fachos » et leur lance un doigt d’honneur. Les deux natios lui foncent dessus. L’un d’eux assène plusieurs coups à Manon et Edgar. Bilan : un hématome à la pommette et dix jours d’ITT (Incapacité Totale de Travail) pour la première, trois jours pour son compagnon mais aussi un « état de stress post-traumatique » selon un certificat médical. Lors de l’audience en juin, le président du tribunal cite même la présence d’une arme : « une fausse carte bleue convertible en couteau d’une lame de 2,5 cm », selon une témoin présente à l’audience.

    Quelques minutes après les faits, les prévenus sont interpellés devant leur local, situé à 500 mètres de là. Ils sont placés en garde à vue. Les victimes identifient Mathias Jacquet comme l’agresseur principal. Le trésorier du Bastion social, actuellement conseiller-service dans une concession automobile, est également lâché par Florian Danger et Maxime Lombard durant leur première audition en garde à vue. « C’est Mathias qui a donné le premier coup et a mis au sol celui qui était torse nu », indique le premier en parlant d’Edgar.

    Un casier pour des faits similaires

    Au tribunal, Mathias Jacquet nie les faits en bloc. Selon le néo-fasciste, c’est plutôt lui qui s’est retrouvé par terre, il n’a pas frappé Manon, et son salut nazi n’en était pas un mais un « salut de supporter de foot, car il était fait avec la main gauche », raconte un témoin de l’audience.

    De son côté, le président cite son casier judiciaire et ses deux condamnations. La première en novembre 2015 « pour des faits similaires », où il avait écopé d’un an de sursis et 500 euros d’amende pour « violences en état d’ivresse manifeste et outrage à personne dépositaire de l’autorité ». La seconde en février 2018, où il a pris six mois de sursis pour « conduite en état d’ivresse et possession d’une arme blanche dans son véhicule », à savoir un couteau. Lui et Florian Danger avaient également été rappelés à la loi après avoir attaqué le concert de rentrée de la fédération anarchiste de Chambéry, en octobre 2017, avec trois autres membres du Bastion social de Chambéry.

    À LIRE AUSSI : Soupes populaires, ratonnades et saluts nazis, bienvenue au Bastion social

    « À vous entendre, on a l’impression que rien n’est grave dans cette histoire (…) Le descriptif des blessures des victimes montre pourtant une grande violence », lance le juge. Ce dernier précise que des photos de « levage de bras douteux et réguliers » ont été retrouvées sur le téléphone de Florian Danger, le président du Bastion social Chambéry.

    Le 21 août, Maxime Lombard, Florian Danger et Bruce Venner, écopent de quatre mois avec sursis. Mathias Jacquet est condamné à six mois fermes et une révocation de son sursis de quatre mois. Ces dix mois sont aménageables. « En général, ça finit avec un bracelet électronique », indique son avocat Benoît Brogini, également défenseur de l’ex-boss du Bastion, Steven Bissuel, qui confie laconiquement qu’il ne fera pas appel. Les victimes, qui n’ont assisté ni au procès ni au délibéré, estiment que leurs agresseurs « ont eu ce qu’ils méritent » et ne feront pas non plus appel.

    Depuis la dissolution nationale du Bastion social, les militants nationalistes de l’antenne de Chambéry ont repris leurs activités au sein du mouvement Edelweiss Pays-de-Savoie, qui avait été mis en sommeil pour devenir la succursale savoyarde du groupe néo-fasciste.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress