En ce moment

    15/04/2021

    Après les questions de StreetPress, le cabinet d’Hidalgo a demandé qu’il soit remplacé

    Un cadre sanctionné pour racisme, « référent déontologue » de la future police municipale de Paris

    Par Mathieu Molard

    En 2018, Christophe Moreau avait affiché à côté de la porte de son bureau à la ville de Paris une affiche islamophobe. Trois ans après, il se retrouve « référent déontologue » du service qui va accueillir la nouvelle police municipale.

    Paris s’apprête à accueillir sa toute première police municipale. Anne Hidalgo promet 5.000 agents, recrutés de façon paritaires, formés « au civisme » et « au respect » et notamment chargés de lutter contre les discriminations. Bref, une force publique exemplaire dont le « référent déontologue » devait être… Un cadre sanctionné par le passé pour avoir affiché une image islamophobe. Les questions de StreetPress, qui s’est procuré un document le démontrant, ont finalement changé la donne : l’équipe d’Anne Hidalgo explique demander immédiatement son remplacement.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/mairieparis1.jpg

    Christophe Moreau est le « référent déontologue » de la police municipale de Paris. / Crédits : DR

    L’affaire remonte à 2018. À l’époque Gabriel Bahous Beneddine, salarié de la ville de Paris, accuse son supérieur Christophe Moreau de harcèlement et de racisme. France Info, s’en était fait écho, tout comme le Comité justice et libertés. Dans un courrier que StreetPress s’est procuré, M. Beneddine accuse son supérieur d’avoir tenu à l’occasion d’une réunion des propos racistes.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/propos_islamophobes.png

    En 2018, Christophe Moreau – le « référent déontologue » de la police municipale parisienne – avait tenu des propos racistes envers un formateur. / Crédits : DR

    Pire encore, quelques mois plus tard, M. Beneddine découvre, sur le mur du bureau de son supérieur, une affiche « du front de libération des cochons ». Un visuel tiré d’une campagne islamophobe, lancée par l’extrême droite et identitaires en 2011.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/screenshot_20210415_154808_com.twitter.android_edit_1245898843116660.jpg

    L'affiche « du front de libération des cochons » est un visuel tiré d'une campagne islamophobe diffusée par le Bloc identitaire en 2011. / Crédits : DR

    Anne Hidalgo interpellé

    Christophe Moreau reconnaît les faits mais plaide l’humour. Il sera sanctionné d’un blâme, se souvient l’élue France Insoumise (FI) Danielle Simonnet qui à l’époque avait soutenu Gabriel Bahous Beneddine. Ce dernier sera, quelques mois plus tard, licencié pour insuffisance professionnelle. Un motif qui ne convainc pas la conseillère de Paris FI, joint par StreetPress :

    « On voit bien dans cette affaire que certains cadres se protègent entre eux. Il faut faire évoluer l’organisation chargée d’enquêter sur ce genre d’affaires. On a les mêmes problèmes que la police vis-à-vis de l’IGPN. »

    Elle a, mercredi 14 avril, interpellé Anne Hidalgo lors du Conseil de Paris sur le rôle de « référent déontologue », confié à Christophe Moreau. Sa question est, sur ce volet, restée sans réponse. StreetPress aura finalement plus de chance. Interrogé, le cabinet de la maire de Paris nous indique :

    « Nous avons demandé à ce qu’un nouveau référent déontologue soit nommé. Au vu des faits qui lui sont reprochés, c’est évidemment inacceptable. »

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER