En ce moment

    20/01/2022

    Plus d’expulsions pour préparer les élections

    Un document révèle « l’opération 1.000 étrangers à éloigner »

    Par Tomas Statius

    Des documents datant de l’été 2021 révèlent que le ministère de l’Intérieur avait lancé l’opération « 1.000 étrangers en situations irrégulières (ESI) à éloigner avant le 31 décembre 2021 ».

    Expulser toujours plus et toujours plus vite semble être le mantra de Gérald Darmanin. Ainsi mi-juin 2021, selon des documents que StreetPress a pu se procurer, le ministère de l’Intérieur a lancé l’opération « 1.000 étrangers en situations irrégulières (ESI) à éloigner avant le 31 décembre 2021 ». Le protocole fait suite à deux réunions portant sur la politique migratoire de la France, dans un contexte post-Covid.

    La première, le 9 juin 2021, était présidée par Emmanuel Macron. Y ont participé Jean Castex, les ministres Darmanin et Jean-Yves le Drian (Affaires étrangères) ainsi qu’une représentante du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti. La seconde, deux jours plus tard, réunissait le ministre de l’Intérieur et ses préfets. Dans les deux cas, priorité affichée ? Plus de fermeté en matière migratoire et expulser plus rapidement les étrangers en situation irrégulière, notamment ceux qui sortent de prison.

    À LIRE AUSSI : Il est impossible d’expulser les sans-papiers algériens

    La pression de l’élection

    À cet égard, l’exécutif annonce cibler en priorité les détenus fichés pour radicalité. Mais la mesure s’étend à ceux condamnés pour droit commun, remarque un avocat spécialisé dans les questions d’immigration, dont un dossier a été signalé comme faisant partie de l’opération. « On se concentre sur des personnes dont le passé judiciaire rend leur présence sur le territoire plus problématique », assure un préfet, que StreetPress a pu joindre. Contacté, le ministère de l’Intérieur confirme :

    « Comme le ministre l’a dit à plusieurs reprises, il a demandé aux services d’établir une première liste des étrangers les plus dangereux, à expulser dans les six mois. Cette liste avait été établie en juillet. Au 31 décembre, plus de 1.000 individus présents sur cette liste ont été expulsés. »

    Dans une missive datée du 22 juin 2021 et consultée par StreetPress, un fonctionnaire dessine les contours de l’opération, après avoir pris attache auprès de la préfète Sylvie Houspic, directrice de l’immigration à la DGEF. Il en avise ses collègues et détaille : chaque préfecture est invitée à dresser une « short-list » d’étrangers à expulser. La méthode ? « Se coordonner avec les parquets mais aussi avec les prisons », complète ce même haut fonctionnaire.

    La mission n’est pas nouvelle, soutient ce dernier. Bien que suivie avec un peu plus d’attentions de la part du ministère en cette année… électorale. « Je vous laisse tout seul faire les conclusions que vous voulez », ironise-t-il. En 2021, 37% des personnes expulsées depuis l’un des centres de rétention administrative (Cra) où l’association La Cimade intervient, étaient des sortants de prisons, assure l’un de ses salariés.

    Pour parvenir à ses objectifs, le ministère compte s’appuyer sur une « task force laissez-passer consulaire », chargée d’obtenir, auprès des représentations étrangères, ces précieux sésames permettant à la France d’expulser des sans-papiers qui n’ont plus de documents d’identité. Mais aussi sur les conseillers diplomatiques de chaque préfecture, poursuit le message. Ce sont eux qui sont chargés, au jour le jour, de mettre de l’huile dans les rouages diplomatiques. Avec le succès que l’on connaît en ce qui concerne l’Algérie, l’un des pays les plus visés par la procédure. En ce moment, et depuis début décembre : impossible d’expulser quiconque à destination d’Alger.

    _Image d’illustration issue du domaine public, via Pixabay.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER