En ce moment

    05/07/2023

    La veille il était en visite au commissariat de Nanterre

    Un député RN tente de rendre visite au policier qui a tué Nahel mais reste à la porte

    Par Mathieu Molard , Clara Monnoyeur

    Selon nos informations, le député RN Romain Baubry s’est rendu ce mercredi 5 juillet à la prison de La Santé pour rendre visite au policier qui a tué le jeune Nahel, sauf qu’il n’a pas pu le voir.

    Le député Rassemblement national (RN), Romain Baubry s’est, selon nos informations, rendu ce mercredi 5 juillet à la prison de La Santé à Paris. Le député du Vaucluse, pas vraiment connu pour son empathie pour les détenus, s’inquiétait pourtant des conditions d’incarcération de l’un d’eux : Florent M., le policier qui a, à Nanterre, tué d’une balle Nahel, âgé de 17 ans à peine. Le fonctionnaire mis en examen pour homicide volontaire est actuellement en détention provisoire.

    Si sa qualité de parlementaire permet à Romain Baubry de visiter à tout moment n’importe quelle prison de l’hexagone, elle ne lui permet pas pour autant de discuter avec les détenus de son choix. « Si le député cité a bien exercé le droit de visite dont bénéficie la représentation nationale ce jour sur des établissements pénitentiaires franciliens dont celui de Paris La Santé, j’indique qu’il n’a en aucun cas rencontré de prévenu lors de sa visite et souligne qu’il faut pour cela disposer d’une autorisation de communiquer du magistrat en charge du dossier », précise à StreetPress la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Paris.

    Une visite au commissariat

    La veille, le député s’est rendu en compagnie de Jordan Bardella, président du RN, au commissariat de Nanterre (92) pour marquer son soutien aux fonctionnaires en poste dans la commune d’où sont parties les premières révoltes après le décès de Nahel. Une visite d’une vingtaine de minutes, selon le Télégramme, pour « souhaiter bonne chance [aux fonctionnaires] pris pour cible », lance Bardella aux journalistes. Au second plan, les bras croisés, sur les images tournées par les chaînes de télévision, Romain Baubry se fait plus discret. Lui n’est pas là pour la presse, ou pas seulement.

    Il veut échanger et se faire voir des policiers dont il revendique être le porte-voix. Il faut dire que l’élu aime les uniformes : à 18 ans, Baubry s’est engagé dans la gendarmerie en qualité d’adjoint volontaire. Deux ans plus tard, il se tourne vers l’administration pénitentiaire. Mais il veut plus d’action, il se tourne alors vers les polices municipales : Vitrolles (13) d’abord, pendant cinq ans, puis à la brigade de nuit de Cavaillon (84). Il intègre ensuite l’école de police de Nîmes (30), qu’il quitte pour rejoindre les bancs de l’Assemblée nationale.

    Contacté par StreetPress, le député n’a pas répondu à nos sollicitations.

    Illustration de Une : image issue du compte twitter de Romain Baubry.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER