En ce moment

    30/11/2023

    Dans le lot, une ancienne candidate FN

    Huit identitaires interpellés à Lyon après des collages

    Par Daphné Deschamps , Arthur Weil-Rabaud

    Le 27 novembre, les identitaires de Lyon ont manifesté malgré un rassemblement interdit par la préfecture. Ensuite, un groupe de zids a été interpellé en train de coller des affiches. Deux d’entre eux avaient des barres de fer dans leur voiture.

    Lyon (69) – Lundi 27 novembre 2023. L’extrême droite radicale est dans les rues à Lyon. Une bonne centaine de militants arpentent les rues de la Presqu’île aux cris de : « Islam, hors d’Europe », ou encore : « Français, réveille-toi, tu es ici chez toi ! » Un rassemblement organisé par le groupe local identitaire Les Remparts pour « la mémoire de Thomas », malgré l’interdiction annoncée par la préfecture et une déambulation raciste qui a été racontée par Libération.

    Dispersés par les forces de l’ordre aux alentours de 20h15, les identitaires rejoignent ensuite la Traboule, la « maison de l’identité » occupée par Les Remparts dans le Vieux-Lyon. Pourtant, selon les informations de StreetPress, un petit groupe a décidé de ressortir vers 22h pour coller des affiches et inscrire sur les murs des messages comme : « Thomas tué parce que blanc » ou « meurtre d’un blanc par des barbares ». Manque de chance, 8 d’entre eux tombent sur une patrouille de police et finissent au poste. 20 heures plus tard, ils ressortent libres, mais tous poursuivis pour « contravention d’apposition d’affiches sur un immeuble d’habitation ». L’enquête n’a pas permis « d’établir leur implication dans les faits de dégradations en réunion, ni de caractériser l’infraction de provocation à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur appartenance ou non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion », selon le parquet de Lyon.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/tag_des_identitaires.jpeg

    Selon les informations de StreetPress, un petit groupe d'identitaires a décidé de ressortir vers 22h pour coller des affiches et inscrire sur les murs des messages comme : « Thomas tué parce que blanc » ou « meurtre d’un blanc par des barbares » / Crédits : DR

    Un couple fan d’armes

    Mais selon nos informations, la police a également retrouvé des barres de fer et des bombes lacrymogènes dans le véhicule de deux d’entre eux. Ils ont été déférés et sont poursuivis pour transport d’armes de catégorie D. Dans les huit, on retrouve aussi Chloé et Adam A., un joli couple marié. Ces deux militants identitaires lyonnais historiques ont été déférés et ont vu leur domicile être perquisitionné, sans qu’à ce stade rien ne permette d’affirmer que ce couple et celui poursuivi pour transport d’armes sont les mêmes (1). Chloé a souvent posté des photos et vidéos de danses traditionnelles et de sessions de baby-foot à la Traboule depuis plusieurs années. Quant à Adam, il apparaît sur plusieurs actions des zids lyonnais. En 2020, il s’affichait aux côtés d’Adrien Lasalle – militant identitaire qui a tailladé deux jeunes au couteau à Lyon en 2022 – et Eyquem Pons, dit Etienne Cormier, ex-porte parole de la branche locale de Génération identitaire (GI). Il est également fan d’armes à feu et en publie un paquet sur Instagram.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/vdef_adam_a_qui_adore_les_armes.png

    Chloé et Adam A. ont été déférés et sont poursuivis pour transport d’armes de catégorie D. Adam A. est d'ailleurs fan d’armes à feu et en publie un paquet sur Instagram. / Crédits : DR

    Durant la perquisition à leur domicile, plusieurs milliers d’euros en liquide placés dans un coffre-fort ont été saisis. Il s’agirait, selon Chloé A., de « quatre ans d’économies », destinés « à la rénovation de [leur] maison ». L’Asla, l’association favorite des identitaires, a d’ailleurs lancé une cagnotte pour soutenir le couple.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/collage_gav.png

    L’Asla, l’association favorite des identitaires, a lancé une cagnotte pour soutenir Chloé et Adam A. après leur perquisition. / Crédits : DR

    Parmi les autres gardés à vue, on retrouve Roxane Chaudesaigues, une ancienne candidate du Front national dans l’Ain aux élections départementales puis régionales en 2015. C’est également une militante historique de Génération identitaire dans la capitale des Gaules. De nombreux clichés l’identifient à la Traboule, ex-local de GI et aujourd’hui des Remparts, en legging identitaire – ça existe – ou bien en compagnie de l’écrivain d’extrême-droite Laurent Obertone.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/collage_roxane_gi.png

    Parmi les autres gardés à vue, on retrouve Roxane Chaudesaigues, ancienne candidate du Front national dans l’Ain aux élections départementales. De nombreux clichés l’identifient à la Traboule, ex-local de GI et aujourd’hui des Remparts, en legging identitaire, ou bien en compagnie de l’écrivain d’extrême-droite Laurent Obertone. / Crédits : DR

    (1) Edit le 1er décembre : Nous avons corrigé l’article car nous avions indiqué dans un premier temps que Chloé et Adam A. étaient le couple poursuivi pour transport d’armes. Pour l’instant, rien ne permet de l’affirmer.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER