En ce moment

    04/04/2024

    Victime de violences policières

    La vraie vie de Vanessa, Gilet jaune mutilée par un tir de LBD

    Par Sara Carraud

    Pendant le mouvement des Gilets jaunes en 2018, Vanessa est victime d’un tir de LBD. Elle perd la vue de son œil gauche. Six ans plus tard, elle raconte à StreetPress les séquelles physiques et psychologiques qu’elle a gardées.

    « Je me suis dit qu’il fallait que je disparaisse, que je ne pouvais pas vivre avec ce visage-là. » Le 15 décembre 2018, Vanessa manifeste sur les Champs Élysées lors de l’acte V des Gilets jaunes. Elle est touchée au visage par un tir de LBD.

    Six ans après, Vanessa poursuit son combat. Membre active du collectif des Mutilé.e.s pour l’exemple, Vanessa partage son histoire comme elle l’avait déjà fait dans le documentaire de StreetPress sur les Gilets jaunes.

    À LIRE AUSSI : « Si je suis aux Restos du coeur, c’est parce que j’ai été mutilé par la police »

    Outre la perte de la vision de son œil gauche et la nécrose cérébrale que le tir de LBD a entraînée, la trentenaire blonde doit aussi supporter des douleurs chroniques au niveau des cervicales et des dents, ainsi que des troubles neurologiques persistants. Pour elle :

    « Il est temps que monsieur Macron arrête de dire qu’il n’y a pas de violences policières. »

    Si vous souhaitez soutenir Vanessa ou le collectif des Mutilé.e.s pour l’exemple, vous pouvez le faire ici pour la première ou ici pour les seconds

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER